J’irai tuer pour vous : un Loevenbruck puissant de réalisme

Bon, soyons directs : Loevenbruck, c’est mon chouchou, mon écrivain fétiche. Le number one, celui qui est en haut de l’affiche dans mon cœur de lectrice, plus haut encore. Il a une place bien à lui dans ma bibliothèque. Difficile pour moi d’être impartiale… de toute façon, je n’essaie même pas. Avec Henri, je suis une fille facile ! Conquise avant même la lecture. Je suis en confiance et je me plonge avec délectation dans les récits qu’il offre. Ceci étant dit, on va pouvoir s’atteler à une chronique absolument et totalement subjective, mais n’est-ce pas un peu le but ?

À lire aussi | Henri Loevenbruck, la liberté initiatique et boostée à la testostérone

Marc Masson a une vie hors du commun. Élevé à Lorient, il passe toutes ses vacances en Amérique Latine chez son papy José…il y apprend le goût de la liberté, celui du respect de soi-même et de ses convictions. Après un bref passage par l’armée, il déserte car il s’y sent inutile. On lui avait vendu du rêve. On lui avait promis de combattre pour défendre les plus démunis, il se retrouve à briquer des chars. Il fuit la France pour retrouver ses Terres de l’Amérique du Sud. De petits boulots en galères, il utilise ses poings pour défendre les opprimés et ses valeurs… C’est à la frontière de la mort et de la Guyane qu’il est récupéré par la France, soigné et incarcéré. Une vie déjà bien extraordinaire à 25 ans mais qui va prendre un tournant exceptionnel.

On lui propose de devenir plus secret que les agents secrets. Il sera le bras armé au service de son pays et de sa liberté…mais sans jamais apparaître nulle part. Une ombre discrète sur laquelle on peut s’appuyer. Il entame alors une formation, il se construit sa légende et devient Hadès, dont personne ne voit jamais le visage.

C’est dans une France à mi-chemin des années quatre-vingt que Loevenbruck nous raconte cette histoire, au milieu de la vague d’attentats qui a secoué les citoyens, des galeries Lafayettes aux champs Elysées, personne n’est plus à l’abri. De nombreux otages sont retenus au Liban et la libération de ceux-ci semble compliquée…

Mais ce n’est pas qu’une histoire que l’auteur a choisi de nous raconter. C’est surtout l’histoire d’un homme qui a réellement existé et qui s’est confié, durant de longs entretiens, à Henri Loevenbruck… Les trous ont été comblés avec talent par les recherches et le génie de cet auteur. On apprend beaucoup de choses des coulisses du pouvoir de François Mitterrand sous la cohabitation avec Jacques Chirac. On y apprend beaucoup des relations internationales officielles et officieuses et l’on ne peut s’empêcher de penser à l’époque que l’on traverse actuellement. Un autre président, d’autres vagues d’attentats mais est-ce si différent ?

À lire aussi | Dure France, cher pays de notre enfance: Collombat et Davodeau mènent l’enquête

Qu’est ce que j’en ai pensé ? Passé la surprise de ne pas lire un thriller ésotérique ou rationnel comme Loevenbruck nous en a offert plusieurs, j’ai retrouvé avec plaisir la plume si talentueuse de cet auteur de caractère. Ce style bien à lui, cette ciselure des mots qui m’avait manquée dans le néanmoins chef d’œuvre « Nous rêvions juste de liberté». C’est avec bonheur que je me suis délectée de chacun des mots choisis, écris. Avec un plaisir bien réel que j’ai partagé quelques instants de la vie de Hadès, homme de caractère comme souvent les héros de Loevenbruck… Je ne pense pas que soit un hasard pour cet homme à part, passionné de motos et membre de la Ligue de l’imaginaire.

Mais je dois aussi avouer que si ce n’était pas un Loevenbruck, j’aurais fermé le livre rapidement. Parce que ce n’est pas ce que je lis habituellement, parce que les coulisses du pouvoir ne m’intéressent guère, que les petites et grosses compromissions des gens puissants ne me passionnent pas. Mais je serais passée à côté d’un roman intéressant, passionnant. Même s’il n’est pas un thriller, Loevenbruck impose son style, son rythme et il devient très vite addictif.

Je ne sais comment vous convaincre, comment choisir mes mots pour vous inciter à découvrir cet auteur si particulier. Tout ce qu’il écrit est exceptionnel, aucun livre n’est en-dessous, aucun livre n’est à laisser. Et c’est rare. Henri Loevenbruck est un auteur rare. C’est donc publiquement que je déclare ma flamme littéraire à cet auteur au talent exceptionnel qui, une fois de plus, se renouvelle et nous offre un récit de vie romancée intéressant, passionnant et rythmé.

Titre : J’irai tuer pour vous

Auteur : Henri Loevenbruck

Editions : Flammarion

Sorti le 24 octobre 2018

Pages : 634

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.