Barbara Abel : Je t’aime – un peu, beaucoup, … pas du tout, passionnément !

Le dernier Barbara Abel me laisse un peu perplexe au moment de vous le conter. Il est excellent, soyez fixé dès le départ. Mais je n’arrive pas à le classer. Vous dire que c’est un drame, ne vous inciterait pas à ouvrir ses pages et ce serait regrettable. De plus, ce terme est trop réducteur pour un récit comme celui là. Vous dire que c’est un thriller serait mentir, car pas de meurtres en série (mais pourtant il y a bien des morts) et pas de tueur psychopathe (quoiqu’on découvre ce que la volonté de protéger à tout prix peut provoquer chez un père). Ce n’est pas un policier classique et ce n’est pas qu’une simple histoire d’amour. C’est tout cela à la fois : un drame-thriller-romantico-policier !

Je ne suis pas claire? Vous m’étonnez !

Maude est maman de deux enfants, elle est fraîchement divorcée et reconstruit sa vie aux côté de Simon, lui-même père d’Alice. Une famille recomposée, une famille normale, avec la passion des parents, les caprices des adolescents, les difficultés organisationnelles du quotidien et les compromis pour que tous vivent sous le même toit. Puis survient un drame, un accident terrible qui coûte la vie à deux personnes.

La recherche de la vérité, la recherche de vengeance, la volonté d’apaiser un peu la douleur conduisent à chercher des coupables, même éloignés, qui donneraient un peu de réconfort aux victimes. Et la vie de Maude va être bouleversée. Alice arrêtée, Simon préoccupé, les enfants chahutés.

Et si Maude ne disait pas toute la vérité? Et si la maman, la belle-mère parfaite cachait un secret trop lourd? Et si l’amour se transformait en haine? Ou comment un petit mensonge peut avoir des conséquences dévastatrice : le fameux effet papillon.

Un roman captivant, on l’ouvre et on ne décroche pas. J’avais déjà beaucoup aimé « Je sais pas » et c’est pour cette raison, qu’alors que mon temps est actuellement fortement compté (fin d’année scolaire oblige!), j’ai ouvert ce dernier opus de Barbara Abel hier en fin d’après-midi… Je ne l’ai lâché qu’à la tombée du jour et l’ai repris dès qu’il me fût possible. On veut savoir, on veut voir cette famille si parfaite se déchirer. Parce qu’on le sent, on le pressent que la vie ne sera pas rose longtemps… Et ça fait un bien fou… Mais cela dépasse nos pressentiments !

Une raison supplémentaire de lire « Je t’aime »? Barbara Abel est une auteure belge, elle vit à Bruxelles. On retrouve dans son écriture, dans ses récits cet esprit, ces traits typiques de notre pays. Plus complexe, plus intéressant qu’un simple roman, sous des aspects légers, quelque chose de solide qui se dessine. 

Auteur : Barbara Abel

Titre : Je t’aime

Editions : Belfond

Date de sortie : le 03/05/2018

Nbre de pages : 462 pages

Prix : 19,50€

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.