Tic tac tic tac, Khronos entre en scène dans le final bédéifié d’U4 et nous prend de court, bousculant les évidences de notre survie

© Lapière/Renders/Huelva/Crespo chez Dupuis

En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, voilà déjà que l’adaptation BD de la saga U4 se conclut déjà, avec un cinquième tome sur lequel on comptait bien pour éclairer notre lanterne sur l’issue des événements auxquels sont confrontés nos quatre héros. Et ceux qui les suivent, animés de bonnes ou de mauvaises intentions. Car dans ce Paris piégé par la poignée d’adultes ayant survécu, militaires pour la plupart, et encadrant l’activité des laborantins planchant sur le vaccin qui viendra à bout de cette épidémie mais ne vient pas, plus que jamais nos adolescents devront faire preuve de maturité et de sang froid pour survivre à cette guerre sanitaire.

À lire aussi | Les romans à succès pandémiques, U4 deviennent un nouveau puzzle pour Pierre-Paul Renders (Alter Ego): « Le suspense est plus intéressant que le mystère »

Résumé de l’éditeur : Jules, Koridwen, Yannis et Stéphane sont enfin réunis à Paris. Mais pas en tant qu’amis, puisque Steph tient en joue Kori et Jules avec son arme… Une situation que les militaires, traquant les ados ayant survécu à la pandémie U4, vont vite aplanir en incendiant les lieux où le quatuor s’était dissimulé ! Découvrant qu’ils sont tous fans du jeu « Warriors of Time » (WOT) et tous convoqués par le maître du jeu Khronos, Jules, Koridwen, Yannis et Stéphane comprennent qu’ils doivent unir leurs forces. Parviendront-ils à remonter le temps, afin d’empêcher l’apocalypse qui a dévasté la planète ? Ou bien Kronos leur réserve-t-il quelques (mauvaises) surprises ? Avoir la même passion pour un jeu en ligne ne signifie pas avoir les mêmes croyances ni la même vision de l’avenir…

© Lapière/Renders/Huelva/Crespo chez Dupuis

Quand on déploie une histoire chorale sur quatre tomes, chacun donnant une version de l’histoire, encore faut-il réussir à la conclure sans trahir les envies et les credos des personnages. Le tome 5, initialement, n’existait pas dans la saga littéraire dont cette série BD est librement adaptée (chaque roman étant conçu par un auteur : Florence Hinckel, Carole Trébor, Vincent Villeminot et Yves Grevet). Comme me l’expliquait Pierre-Paul Renders à l’intervier, avec Denis Lapière, il a voulu rendre cohérent et créer un vrai final pour les quatre héros dans un dernier tome qui consoliderait les bases établies par les quatre premiers, mis eux sur un pied d’égalité et pouvant se lire dans n’importe quel ordre.

© Lapière/Renders/Huelva/Crespo chez Dupuis

Voilà donc le temps venu de savoir la conclusion mais aussi qui est le cinquième personnage qui a uni jusqu’ici Jules, Koridwen, Yannis et Stéphane comme les doigts de la main, malgré leurs divergences. Oh, Khronos était déjà bien présent dans les quatre tomes initiaux, tapi dans l’ombre et sur les écrans pour peu qu’ils aient encore un peu de batterie. Khronos n’était, jusque-là, qu’un imaginaire mentor donnant au quatuor une chance, un espoir: remonter le temps et empêcher le virus dévastateur de se répandre. Mais l’imaginaire ne risque-t-il pas parfois d’être trahi par une réalité pas si rêvée?

© Lapière/Renders/Huelva/Crespo chez Dupuis

Ce dernier sprint, qui prendra des allures de champ de bataille dans la merveilleuse cathédrale Notre-Dame de Paris, ne sacrifie pas la cohérence et les retournements de situation. Je n’ai pas lu les romans de base, mais Pierre-Paul Renders et Denis Lapière semblent vraiment avoir trouvé le bon ton et les bons arrangements pour faire d’U4 une oeuvre de BD palpitante et réflexive, posant la question au jeune lecteur de ce qu’il ferait dans ce livre dont il peut être un peu le héros. Bien ficelé et ayant la bonne idée de continuer à diviser, physiquement, les héros pour qu’ils explorent le terrain de ce Paris enragé et ne sacrifient pas toujours leurs convictions et leurs idées à l’esprit de groupe, U4 brille aussi à nous prendre de court, à bousculer les évidences et à laisser une fin ouverte, en deux temps. Entre chaleur et froideur (qui doivent aussi aux couleurs d’Amparo Crespo), on sentait le dessinateur espagnol, Adrián Huelva, un peu moins performant à quelques brefs moments des quatre premiers tomes (qu’il a du réaliser en un temps record), conclut en beauté, en action, en sensations et en émotions cette série.


Série : U4

Tome : Khronos

D’après les romans de Carole Trébor, Yves Grévet, Vincent Villeminot et Florence Hinckel

Scénario : Denis Lapière et Pierre-Paul Renders

Dessin : Adrian Huelva

Couleurs : Amparo Crespo

Genre : Anticipation, Drame, Horreur, Survival

Éditeur : Dupuis

Nbre de pages : 144

Prix : 14,50€

Date de sortie : le 13/05/2022

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.