Les Voyageurs du Crime, une comédie policière à bord de l’Orient Express où les spectateurs se trouvent ferrés sur la voie de l’intrigue

En 2018, lors d’un de mes séjours culturels à Paris, je franchissais la porte du Théâtre du Lucernaire pour assister à la représentation d’une pièce policière passionnante, Le Cercle de Whitechapel. Je venais de faire la connaissance d’une troupe de comédiens épatants au service d’une écriture qui l’était tout autant signée Julien Lefebvre. Deux ans plus tard, la pièce partait en tournée, forte d’un succès flamboyant, et passait par le Centre Culturel d’Auderghem en février 2020, juste avant le début de la pandémie. C’était l’occasion pour moi de vous écrire un premier papier pour Branchés Culture pour vous dire tout le bien que je pensais de ce spectacle. Cette fois, ils sont tous de retour avec une nouvelle pièce Les Voyageurs du Crime, qui faisait halte la semaine dernière au Centre Culturel d’Auderghem pour six représentations acclamées par un public enthousiaste.

Faisant suite aux événements du Cercle de WhitechapelLes Voyageurs du Crime nous proposent une nouvelle enquête haletante dans l’univers raffiné du plus célèbre train du Monde, l’Orient Express !

En 1908, l’Express d’Orient (bientôt renommé « Orient Express ») quitte la Turquie déchirée par une guerre civile. A bord, on s’affaire pour satisfaire des passagers hauts en couleur comme Madame Mead, une stricte préceptrice anglaise, Miss Cartmoor, « la Sarah Bernhardt de Buffalo », Monsieur Souline, un maître d’échecs ou encore Bram Stocker, le créateur de Dracula. Mais alors que deux nouveaux arrivants (le dramaturge George Bernard Shaw et Arthur Conan Doyle, le père de Sherlock Holmes) rejoignent le train, une jeune fille hurle que sa mère a disparu. L’enquête s’annonce difficile et les voyageurs vont aller de surprises en surprises durant une nuit de mystères, de meurtres et d’Aventure ! En voiture pour le crime !  (source Théâtre du Lucernaire)

D’une redoutable efficacité, l’intrigue est menée avec brio par les comédiens dont le plaisir du jeu est manifeste. Un voyage réjouissant et passionnant qui vous entraîne dans l’univers d’un des plus beaux trains du monde. Il est clair qu’avec ce concept de pièce policière dont l’enquête est menée par des auteurs célèbres, maîtres du suspense ou de l’horreur, Julien Lefebvre a trouvé un filon original qui à juste titre plaît beaucoup au public. On est donc heureux de retrouver nos héros en la personne de Arthur Conan Doyle campé par l’excellent Ludovic Laroche, Bram Stoker interprété par l’imposant Jérôme Paquatte et George Bernard Shaw joué par Nicolas St Georges. Sans oublier les excellents Stéphanie Bassibey et Pierre-Arnaud Juin qui endossent les rôles de nouveaux personnages.

À cette troupe de comédiens déjà familiers se rajoutent trois nouveaux venus Marjorie Dubus, Céline Duhamel et Etienne Launay, très convaincants eux aussi.

Bref, Les Voyageurs du Crime n’a rien à envier au Cercle de Whitechapel en matière de suspense, de personnages hauts en couleur et d’intrigue passionnante, le tout ponctué comme à l’habitude par un twist final imparable. On est là face à de l’excellent théâtre de divertissement pour amateurs d’intrigues policières, mené tambour-battant par des comédiens impeccables et attachants.

Il paraîtrait qu’un troisième opus est en cours d’écriture, on s’en réjouit déjà par avance…

Jean-Pierre Vanderlinden

Les voyageurs du crime de Julien Lefebvre, mise en scène par Jean-Laurent Silvi, avec Stéphanie Bassibey, Marjorie Dubus, Céline Duhamel, Ludovic Laroche, Etienne Launay, Pierre-Arnaud Juin, Jérôme Paquatte, Nicolas Saint-Georges. Actuellement en tournée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.