Le sanctuaire des hérétiques : l’horreur se carapate dans les Carpates, du haut d’un château maudit, peut-être plus rationnelle et inhumaine que paranormale

© Bec/Montalbano/Facio chez Soleil

Avec Angel, selon ses propres mots, Christophe Bec a voulu rendre hommage, moderne, à tous les journalistes aventuriers, héroïques, que la BD de l’âge d’or a pu compter. Mais, c’est aussi dans un décor proche du premier album du Félix de Tillieux, Les ressuscités, que continue cette première histoire d’Angel, confronté à une vengeance qui fait tomber comme des mouches les petites affaires de la fratrie, tendance mafieuse, qui règne en maître dans cette petite ville des Carpates.

Résumé de l’éditeur : Un séjour dans une bourgade inhospitalière nichée dans les Carpates va conduire un journaliste à enquêter sur des faits mystérieux dont les origines remonteraient à l’Inquisition.

À lire aussi | Angel au pays des démons

© Bec/Montalbano/Facio chez Soleil

Incendies, attaques sauvages… S’il n’y a pas encore eu de mort humaine, il ne fait pas bon être un Popescu à Brancvastel. S’ils ont la réussite pour eux et qu’ils se gardent bien de donner trop de pouvoirs aux autres citadins, ils semblent touchés par une malédiction initiée sept siècles auparavant, dans une guerre de religion sur l’autel de laquelle une secte d’hérétiques a été sacrifiée.

© Bec/Montalbano chez Soleil

Mais, aujourd’hui, la source de ces ennuis pourrait bien être l’imposant château, où l’Histoire fut endeuillée il y a sept cents ans mais qui est toujours planté sur une roche qui, jusqu’ici, a refréné les ardeurs des plus téméraires. Sauf cette buse qui fait figure d’oiseau de mauvais augure et dont le passage précède tous les drames qui assaillent l’empire local des Popescu. Mais, cette fois, ces têtes brûlées qui n’aiment pas les contrariétés se sont résolues à l’assaut. Angel et son ami Florian, détective expérimenté, ont tout juste le temps de les précéder, de percer le mystère tout en évitant, qui sait, une nouvelle tragédie.

© Bec/Montalbano/Facio chez Soleil

Suite et fin de cette première histoire balancée entre fantastique et enquête rationnelle, sans définitivement trancher, ce second tome d’Angel reste sur l’excellente impression que m’avait laissé le premier. L’ambiance, entre pluie, feu et froid des vieilles pierres, ne relâche pas son étreinte malsaine tandis que les esprits s’échauffent. Si, les pages passant, je commençais à me douter de ce qui arriverait, force est de constater que Christophe Bec apporte des nuances à la résolution de son intrigue, servie par des personnages qui gagnent en épaisseur et un héros charismatique, qui sans besoin d’en dire trop sur lui arrive à dépasser sa condition de fournisseur d’une solution qui puisse mener à un retour à l'(a)normale, quitte à ce que personne ne gagne vraiment du vengeur mystérieux ou des héritiers maudits. Claudio Montalbano est désormais complètement dans son élément, intense, sous les couleurs à nouveau très à propos, habitée, d’Hugo Sebastian Facio.

© Bec/Montalbano/Facio chez Soleil

Un troisième tome arrivera donc, avec une histoire complète, cette fois. Mais j’espère que si la série garde cette qualité dans le fond et la forme, elle pourra voir plus loin.

Série : Angel

Tome : 2 – Le sanctuaire des hérétiques (2e partie)

Scénario : Christophe Bec

Dessin : Claudio Montalbano

Couleurs : Hugo S. Facio

Illustration de couverture : Yvan Villeneuve

Genre : Enquête, Horreur, Mystère

Éditeur : Soleil

Nbre de pages : 48

Prix : 14,50€

Date de sortie : le 01/09/2021

Extraits : 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.