Enquête sans concession dans le milieu de la gymnastique de haut niveau : de l’Or et des Larmes d’Isabelle Villain

De l’Or et des Larmes est sans conteste un roman policier. Isabelle Villain nous propose une nouvelle enquête de tout le « groupe Lost » mais c’est bien plus qu’une enquête habituelle. La victime est un célèbre entraîneur de gymnastique et nous sommes à 7 mois des jeux olympiques 2024 de Paris. Bref, l’enquête est sensible et il faut à tout prix découvrir la vérité sans faire de vagues. C’est ce monde du sport de haut niveau dans lequel le lecteur plonge, avec ses codes, ses rythmes, ses exigences et ses travers. Et je peux vous garantir qu’elle démystifie ce petit milieu. Ces athlètes sont des bêtes de concours, d’entraînements. Ils ont une vie totalement hors de la norme. Et l’entraîneur victime a de furieux airs de Philippe Lucas (le célèbre entraîneur de Laure Manaudou en natation). En plus de vous tenir par l’enquête policière – on apprend la vérité seulement quelques pages avant la fin – c’est passionnant de découvrir l’envers du décors du sport de haut niveau. Préparez-vous à reporter vos rendez-vous car, une fois ouvert, ce livre vous appelle irrémédiablement à le terminer au plus vite. Impossible de le laisser de côté trop longtemps ! Une réussite.

« Jean-Luc Provost, le très médiatique entraîneur de gymnastique français, meurt dans un accident de voiture. La thèse du suicide, à seulement six mois des prochains jeux Olympiques de 2024, est très vite écartée. 

L’affaire, considérée comme sensible et politique est confiée au groupe de Lost. Pourquoi vouloir assassiner un homme qui s’apprêtait à devenir un héros national ?

Rebecca et son équipe se retrouvent immergées dans un monde où athlètes et familles vivent à la limite de la rupture avec pour unique objectif l’or olympique. Ils sont prêts à tous les sacrifices pour l’obtenir. Jusqu’au jour où le sacrifice demandé devient insurmontable…

Après avoir travaillé pendant une quinzaine d’années dans la publicité et l’événementiel, Isabelle Villain se tourne vers la littérature policière, genre qu’elle affectionne depuis l’enfance. Elle obtient le prix Maurice Bouvier pour « Peine capitale » et le prix polar du festival Jeter l’Encre pour « Armes battues ». « De l’Or et des Larmes » est son huitième roman. »

Ce roman est le cinquième tome de la saga du commandant Rebecca Lost. Il n’est pas indispensable d’avoir lu les premiers pour comprendre cette histoire. J’ai découvert l’équipe de Lost avec ce livre et je dois reconnaître qu’il y a quelques références, interactions au sein de l’équipe et souvenirs qui me sont étrangers. Cela n’empêche pas de s’attacher aux personnages et cela me donne surtout envie de découvrir les premiers tomes. Mais si vous avez l’occasion, ce sera sans doute plus sympa de les lire dans l’ordre.

C’est tout un univers que nous propose de découvrir Isabelle Villain. De nombreuses recherches et des relectures effectuées par de grands sportifs font que ce récit est riche de crédibilités. D’autant que plusieurs notes en bas de page nous informent de la véracité d’une anecdote, d’une phrase. Le contexte original est précisé et l’on se rend vite compte que ce que nous décrit l’autrice est totalement vraisemblable… et que cela s’est même déjà produit ailleurs. C’est bluffant de réalisme.

On découvre donc ce monde fait de souffrance où les gymnastes entrent dans une team dès l’âge de 12 ans, s’éloignent de leur famille pour la remplacer progressivement par la team, apprennent la souffrance du corps et de l’esprit comme lame de fond. Ce sont des machines à gagner, qui suivent un entrainement de plus de dix heures par jour, 7 jours sur 7 pour atteindre un seul objectif : arriver au meilleur de sa forme aux Jeux et gagner l’Or.

Mais dans cet univers qui fonctionne en vase clos, les dérives ne sont jamais loin. Et l’enquête sur le meurtre de l’entraîneur va lever le voile sur des pratiques criminelles.

Ce qui est également très réussi dans le récit ce sont les liens et les interactions entre les membres de l’équipe Lost. Je suis bien consciente que de nombreuses choses sont passées inaperçues puisque je n’ai pas lu les premiers tomes (Peine capitale, Armes battues, Mauvais genre, Blessures invisibles). Toutefois, on peut aisément comprendre que les personnages sont complexes, épais. Qu’ils ont une existence, une vie et des liens multiples. Un peu comme dans l’équipe du commandant Sharko de Franck Thilliez.

Bref, un tout bon policier, court, qui a le mérite de placer son cadre dans un milieu fermé dont on est avide de découvrir les travers. Très belle réussite.

Autrice : Isabelle Villain

Titre : De l’or et des larmes

Editions : Taurnada

Sortie prévue le 13 janvier 2021

Nbre de pages : 250

Prix : 9,90 €

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.