Paul et Pauline : un buddy comics d’H.Tonton qui fait le grand écart sur l’échelle des âges et parcourt une drôle de guerre à l’aquarelle

© H. Tonton

Après le temps du rêve, autre diptyque avec lequel j’avais découvert H. Tonton et son style tellement poétique et lumineux, l’auteur s’intéresse au temps de la guerre dans un road-trip à pied en compagnie d’un drôle de duo: une jeune fille courageuse qui n’a comme unique objectif que de rallier la mer et un homme qui pourrait être son grand-père mais n’en a ni l’âme ni le charme. Grognon et têtu, qu’il est. La route de la Corrèze à Sète risque d’être longue. Encore plus s’il y a des détours et de drôles de rencontres sur le chemin.

© H. Tonton chez Kennes

Résumé de l’éditeur : Juin 1944. Paul, un vieil homme que ses jambes ne peuvent plus porter, et Pauline, une jeune fille abandonnée en quête de ses parents exilés, tentent ensemble de s’extirper de la sauvagerie qui oppose les forces allemandes aux troupes maquisardes. De la profonde Corrèze aux plages sétoises, leur périple va bouleverser leur vie, créer des liens singuliers et les contraindre à affronter leurs démons.

© H. Tonton chez Kennes

Juin 44, on pourrait croire que le pire est passé, que la fin de la guerre approche. Mais sur le terrain, à l’instant T, qui pouvait vraiment savoir ce qui allait se passer? À l’abri de la fureur du monde, Pauline et Eugène se croyaient dans leur pâté de maisons entourées de verdure et de potager. Un village a priori connu pour avoir été déserté, dans lequel les deux amis attendent le retour de la paix, et des parents de Pauline, réquisitionnés pour bâtir le Mur de l’Atlantique. Mais les Allemands sur les dents et décidés à faire leur mortel ménage.

© H. Tonton chez Kennes

Pauline perd Eugène et n’a d’autre choix, esseulée qu’elle est, de prendre la route de l’exil. Et de trouver, comme si elle les attirait, un autre comparse du troisième âge pour poursuivre sa quête. Un boîteux. Mais avec la chaise roulante, dont Pauline se servait comme trolley, et quelques bandages, pourvu qu’on trouve de quoi les changer régulièrement, l’homme, Paul (comme un signe du destin qui rassemble ceux dont les patronymes se ressemblent) peut lui être utile, par son expérience de vie et, surtout, il semble savoir où aller. Même si le chemin est semé d’embûches.

© H. Tonton chez Kennes
© H. Tonton chez Kennes

Car oui, un vieil homme et une jeune fille, voilà un couple qui peut sembler soit être une proie facile soit suspect à divers égards au fur et à mesure des rencontres, résistants ou envahisseurs, docteur ou paysan.

© H. Tonton chez Kennes

Ce premier tome, qui met de jolies aquarelles sur les paysages de la détresse des hommes, de la naïveté à la réalisation de l’horreur de la guerre, se conclut par un retournement de situation que je n’avais pas pu venir. Peut-être parce que l’auteur a un poil abusé de la magie de la BD, insonore, pour nous berner et nous faire croire que tout le monde avait le même accent, la même langue universelle. Dommage, mais si on décide de passer outre l’incompréhension (qui, sait-on jamais, sera réglée dans le deuxième tome | mise à jour : promesse faite par l’auteur dont le second tome est en bonne voie), on se demande tout de suite ce qu’il va bien pouvoir se produire dans le deuxième et dernier tome. En tout cas, la patte de Tonton est un régal !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Titre : Paul et Pauline

Tome : 1/2

Scénario, dessin et couleurs : H. Tonton

Genre : Drame, Guerre, Road-Trip

Éditeur : Kennes

Nbre de pages : 56

Prix : 15,95€

Date de sortie : le 20/10/2021

Extraits : 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.