D’un oiseau rare à la prolifération des corbeaux de mauvais augure, d’une misère à l’autre, Stalner Sr. et Jr. trouvent la force de s’en sortir

La grande peste © Simon/Stalner/Palescandolo chez Les Arènes

Ils sont inarrêtables ! Père et fils, Éric Stalner et Cédric Simon n’ont pas leur pareil pour interroger les rapports de pouvoir et explorer l’Histoire par le petit bout de la lorgnette. Petit bout qui s’épaissit en cours de route pour avoir une portée soci(ét)ale quand les auteurs décident de donner chair, âme (et parfois mal-être) à des personnages permettant de relier les mondes et les classes, de les frôler ou les intégrer, au cours d’aventures aussi intimes qu’au grand air.

La grande peste © Simon/Stalner/Palescandolo chez Les Arènes

L’oiseau rare: dans la misère, un joli vent de fraîcheur et de candeur

L’oiseau rare © Simon/Stalner/Fantini chez Grand Angle

Résumé de l’éditeur : Dans ce bidonville parisien, au milieu du petit peuple chassé par la spéculation immobilière, vit Eugénie et sa bande : le vieil Arthur, Tibor, l’ancien dompteur hongrois et les deux frères, Constantin et Lucien. Le ciment de cette famille, c’est Eugénie qui les entraîne dans son rêve fou de reconstruire L’Oiseau rare, le cabaret de son grand-père. Pour cela, chanter dans les rues ne suffit pas. C’est un prétexte pour attirer les bourgeois aux bourses pleines. Vols et filouteries sont leurs véritables activités. Mais les combines de plus en plus risquées, les problèmes avec les apaches et la police vont précipiter le petit groupe dans une spirale dangereuse.

L’oiseau rare © Simon/Stalner/Fantini chez Grand Angle

Pour le premier tome, nous avions eu l’occasion de discuter avec Cédric Simon qui nous avait promis des surprises dans le deuxième et dernier tome des aventures de leur héroïne, Eugénie, qui a plus souvent froid au pied qu’aux yeux, avec ce qu’il faut de tempérament pour devenir quelqu’un quand on est personne. Un drame lui a volé ses parents, leur cirque, mais lui a donné une sacrée bande d’amis qui donne à leur bidonville une certaine couleur. Pas forcément de l’espoir mais un sentiment que la vie mérite d’être vécue et permet de nourrir quelques rêves. Celui de devenir l’égale de Sarah Bernhardt, avec qui la première rencontre n’a pas tenu ses promesses.

L’oiseau rare © Simon/Stalner/Fantini chez Grand Angle

Entre cirque, cabaret et théâtre qui forge les évasions et les durs retours à la réalité, Cédric Simon et Éric Stalner intègre un personnage mystère (clé du récit) au casting fou et généreux de ce Paris réinventé pour donner des couleurs à une photo anonyme et pourtant immortalisée par Atget. Une chanteuse des rues dont l’Histoire a perdu la trace mais que les auteurs se chargent de donner de la grandeur.

L’oiseau rare © Simon/Stalner/Fantini chez Grand Angle

Bien dans cette époque qui voit Paris bouger, se métamorphoser, les auteurs l’animent de mille feux, par un sourire ou une grimace de leurs personnages très expressifs à qui ils font faire les 400 coups. Tragicomiques, Cédric et Éric aiment les pirouettes et en réussissent une belle en alignant les astres et les affres des autres, pour offrir un bel avenir à leur héroïne. Dans la misère, voilà un joli vent de fraîcheur.

L’oiseau rare © Simon/Stalner/Fantini chez Grand Angle

La grande peste: une cavalcade entre Histoire et ésotérisme, fuyant la mort cherchant le trésor

La grande peste © Simon/Stalner/Palescandolo chez Les Arènes

Résumé de l’éditeur :  En 1347, une maladie inconnue frappe l’Europe… Un mal aux origines mystérieuses Baldus, jeune membre de l’ordre des chevaliers hospitaliers, navigue en mer Méditerranée au large de Rhodes lorsque son navire croise le chemin d’une galère byzantine à la dérive. Les Hospitaliers l’abordent et ne trouvent à son bord que des cadavres rongés par un mystérieux mal : la pestilence. Alors qu’ils s’apprêtent à rejoindre leur navire pour fuir la maladie, un cavalier émerge sur le pont de la galère et décime ses frères d’armes. De son bataillon, seul Baldus survit miraculeusement à l’attaque. Des côtes calabraises aux montagnes du Vercors, s’engage alors une course-poursuite effrénée à travers une Europe ravagée par ce mal inconnu. Au fil de sa fuite, Baldus s’enfonce dans sa propre folie et découvre celle des hommes.

La grande peste © Simon/Stalner/Palescandolo chez Les Arènes

Les dessous des cartes conjugués à la grande aventure, voilà ce que propose le même duo avec son diptyque épais (2 x 120 planches) historique et un brin fantastique consacré à La Grande Peste. En divisant leur récit en chapitres, Cédric Simon et Éric Stalner se font professeurs en intégrant plusieurs cartes témoignant de l’avancée de l’épidémie de peste noire au fil des années mais aussi des conséquences liées (chasses aux sorcières, religions, etc.). C’est didactique mais bref, pour laisser la place à la fiction, crédible et documentée.

La grande peste © Simon/Stalner/Palescandolo chez Les Arènes

Le début de cette épopée, à cheval ou à pied, dans l’ombre ou la lumière, avec beaucoup plus d’ennemis que d’alliés, est l’occasion de suivre différents personnages. À tel point que ce récit démarre comme une oeuvre chorale, à différents endroits et avec différents vécus. Il y a Baldus, l’unique survivant, miraculé, d’un naufrage qui ramène sur le continent de quoi mettre le feu aux poudres et semer la mort. Ce n’est pas son seul problème puisque l’hospitalier se voit poursuivi par un cavalier démoniaque. Est-ce un cauchemar, le fruit de son imagination perturbée ou la réalité ? De même, est-ce lié à l’épidémie ou sont-ce deux fléaux bien distincts.

La grande peste © Simon/Stalner/Palescandolo chez Les Arènes

D’un autre côté, il y a Alixe, une jeune fille de la nature qui vit d’insouciance et d’eau fraîche jusqu’au jour où elle rencontre bien plus sauvages qu’elle: des hommes qui n’en sont plus, des barbares prêts à sacrifier ce qu’ils voient comme une sorcière mais qui peut tout aussi bien être une innocente. En l’occurrence la mère d’Alixe, Jeanne, qui vivait une existence saine mais ne correspondant pas aux normes de l’époque? Trop indépendante ? En tout cas, ce drame va purger Alixe de son innocence et éveiller en elle un sentiment de vengeance, quitte à adopter des comportements criminels, sorciers ?

La grande peste © Simon/Stalner/Palescandolo chez Les Arènes

Dans leur fuite qui va embrasser la trajectoire de l’épidémie mais aussi de la folie humaine au-delà des frontières, Alixe et Baldus vont à un moment devoir faire force commune, se retrouver pour avoir une chance de s’en sortir. Sans oublier une certaine chasse au trésor ésotérique. L’air de rien, au fil des pages, leur destin se découvre autant que leur passé et permet de visiter les différentes classes sociales de l’époque et la tension qui s’opère quand quelques âmes vous échappent et remettent en question votre pouvoir.

La grande peste © Simon/Stalner/Palescandolo chez Les Arènes

Avec un rythme infernal se servant de chapitres courts pour avancer petit à petit et en même temps en grands bonds, Éric Stalner se sert du format pour composer des doubles pages à la dynamique incroyable et des cases grandes, fortes en ambiance, pour mieux immerger le lecteur dans cette époque heureusement révolue mais faire le lien, en compagnie de ses personnages très expressifs et forts en gueules, avec notre modernité, qui a gardé des plaies prêtes à se rouvrir des combats d’hier. Et des croyances. Voyez où nous en sommes. Le travail du père et du fils est impeccable, entre moments de dialogues et des combats intenses, démesurés, jusqu’à une fin qui peut surprendre, qu’on adorera ou haïra. Épique.

La grande peste © Simon/Stalner/Palescandolo chez Les Arènes

Titre : L’oiseau rare

Tome : 1/2 – Eugénie

Scénario : Cédric Simon et Éric Stalner

Dessin : Éric Stalner

Couleurs : Florence Fantini

Genre : Drame, Histoire

Éditeur : Grand Angle

Nbre de pages : 54

Prix : 14,90€

Date de sortie : le 13/01/2021

Extraits : 

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Titre : La grande peste

Tomes : 1/2 – Le quatrième cavalier et 2/2 – Le labyrinthe et la guerre

Scénario : Cédric Simon et Éric Stalner

Dessin : Éric Stalner

Couleurs : Claudia Palescandolo

Genre : Aventure, Drame, Fantastique, Histoire, Psychologique

Éditeur : Les Arènes

Nbre de pages : 128 et 120

Prix : 20€

Date de sortie : le 25/02/2021 et le 23/09/2021

Extraits : 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.