Dans la tête de Sherlock Holmes, un acte 2 tout sauf élémentaire: le personnage de Sir Conan Doyle va à Liéron et Dahan comme un deerstalker

Les pages de garde avant et après (avec l’espace laissé pour le trou dans la couverture) © Lieron/Dahan chez Ankama

Et si le multi-adapté, dans le monde entier, Sherlock Holmes était en fait un personnage de BD plus que de roman, de cinéma… En tout cas, dans la vision impeccablement tortueuse de Cyril Liéron et Benoit Dahan, ça ne fait aucun doute. Avec la conclusion de ce diptyque sur l’affaire du ticket scandaleux, le duo d’auteur reproduit le miracle oubapo et retrouve Sherlock comme au premier jour.

© Lieron/Dahan

À lire aussi | Liéron et Dahan ont les coudées larges et créatives dans la tête de Sherlock Holmes: « La batterie du livre n’est jamais vidée, on n’a pas encore fait le tour de ce qui peut être original »

Résumé de l’éditeur : Alors que Sherlock Holmes et le Dr Watson sont sur la piste du magicien chinois Wu-Jing, le ministre des Colonies britanniques est à son tour visé. Cette fois, ce sont les plus hautes sphères de l’État qui sont frappées. Quel genre de complot le sulfureux mage peut-il bien tramer ? Le célèbre détective est décidément confronté à un personnage aussi secret qu’inquiétant et il n’est pas au bout de ses surprises…

© Lieron/Dahan chez Ankama

Des quatre coins de Londres à toutes les pièces de son âme et son cerveau en passant par le jour et la nuit, les feux de Bengale, il faut que Sherlock et Watson intensifient leur enquête s’ils veulent sauver les notables et le Grand Brouillard. Intensifier mais pas précipiter, notre héros sait prendre le temps de la réflexion, c’est ce qui fait sa force. Et s’il n’est pas infaillible, malgré tout, rien n’empêche de faire machine arrière, en retournant une page, en la redécouvrant sous un autre coup de projecteur.

© Lieron/Dahan

Les auteurs ne s’interdisent rien. Le risque étant que, si la surprise était sublime dans le premier tome, le lecteur s’habitue et que le feu d’artifice sente le pétard mouillé. Il n’en est rien. Dès la première planche, on repart à l’aventure, dans l’émerveillement et la contemplation de cet accordéon reliant les pages (jamais pareilles) entre elles avec le célèbre fil rouge de l’enquêteur. L’aventure, le mot est important et témoigne du coup de maître réalisé par Liéron et Dahan qui extériorisent ce cheminement avant tout spirituel et psychologique. Tortueux, jouant aux échecs pour prédire le coup à faire d’ici trois ou quatre autres.

© Lieron/Dahan

Si j’avais longuement échangé avec les deux auteurs à l’époque de la sortie du premier tome, force est de constater que, non seulement, je suis toujours sous le charme, mais le mystère est toujours total sur la maestria obtenue par les auteurs sans doute au fil de séances de torture de leur esprit (avant celui de leur détective). Pas besoin d’ennemis quand on a des alliés aussi inspiré et vous obligeant à hausser votre niveau. À la fin de ces deux albums, le spectacle est impressionnant. Le personnage de Sir Conan Doyle va à Cyril et Benoit comme un deerstalker. Et l’hommage et l’invitation (aux autres auteurs) à (re)découvrir la capacité de la BD à faire rêver, à être pointue tout en divertissant formidablement, sont parfaits.

© Lieron/Dahan chez Ankama

Expo-vente « Benoît Dahan, retour à la Mansarde » jusqu’au 16 octobre chez Art-Maniak.

Série : Dans la tête de Sherlock Holmes

Tome : 2/2 – L’affaire du ticket scandaleux

D’après l’univers créé par Arthur Conan Doyle

Scénario : Benoît Dahan et Cyril Liéron

Dessin et couleurs : Benoît Dahan

Genre : Enquête, Mystère

Éditeur : Ankama

Nbre de pages : 48

Prix : 14,90€

Date de sortie : le 24/09/2021

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.