Quand l’humain a péri, les chats sourient et dansent, et les dinosaures avec : une série Z de BD entre kung-fu et hip-hop qui hypent

Une série Z en BD, voyez-vous chat ? L’éditeur Les aventuriers de l’étrange repousse encore un peu plus les (il)limites prônées par son nom pour assouvir la soif de conquête du marché francophone de l’incroyable et insaisissable Rune Ryberg. Pas de Sharknado à l’horizon mais des dinosaures qui sèment la panique dans la ville dévastée. De la bande dessinée de ciné !

Les dinosaures de l’apocalypse © Rune Ryberg

Résumé de l’éditeur : Le monde n’est plus. Entre gratte-ciel ravagés, routes abandonnées et cité engloutie, seuls les dinosaures ont survécu… et une poignée de chats trompe-la-mort. Défis absurdes, affrontements furieux et fraternité salvatrice exaltent l’existence de cette clique armée jusqu’aux dents.

Les dinosaures de l’apocalypse © Rune Ryberg chez Les Aventuriers de l’étrange

La série Z, c’est plutôt une affaire de cinéma, non ? Je n’ai pas l’impression qu’il y ait tant d’exemples de ce genre déglingué (à la Sharknado par exemple) dans le monde de la BD. Peut-être parce que celle-ci ne peut se parer comme effets spéciaux que de ceux permis par le crayon ? Peut-être aussi parce qu’un manque de scénario, c’est beaucoup plus criant sur papier que sur écran.

© Rune Ryberg chez Les Aventuriers de l’étrange

Donc, il faut bien faire les choses, les crédibiliser un tant soit peu et par là même s’évader de l’esprit série Z. Cela dit, dans le clash improbable entre chats ninjas et hip hop et des dinosaures ancestraux que propose Rune Ryberg, les règles et l’art sont respectés et ça envoie la pâtée (pas que pour chat).

Les dinosaures de l’apocalypse © Rune Ryberg

Et cela uniquement par la force du dessin, plus ou moins appuyé. En effet, dans cette collection de petites histoires visitant un bestiaire préhistorique plus ou moins fantasmé, mais souvent toutes dents dehors, Rune Ryberg, à son habitude, a banni le texte mais pas la tension, le rythme et l’action féconde. Anachronique, son album de sciences surnaturelles crée une chasse aux souris géante, dans un décor urbain, américain (qu’on voit dans quelques cases pour situer l’espace, mais l’ensemble se focalise sur les corps à corps), qui verrait les chats être les souris et les dinosaures immenses être les chats. Ne laissant quasiment aucune chance de survie à leur proie. C’était sans compter les attitudes de kung-fu, la voltige (skate, vélos et motos sont au rendez-vous) et la rue des félins agiles qui ne comptent pas tenter le diable et tester s’ils ont ou non neuf vies. Mais la survie n’empêche pas le fun.

Les dinosaures de l’apocalypse © Rune Ryberg
Les dinosaures de l’apocalypse © Rune Ryberg
Les dinosaures de l’apocalypse © Rune Ryberg
Les dinosaures de l’apocalypse © Rune Ryberg

Dans un petit format, bourré d’énergie et follement inventif pour sauter d’une case à l’autre, d’une page à l’autre, avec des couleurs improbables que lui seul est capable de dompter, Rune Ryberg livre à nouveau un album unique en son genre, addictif et frénétique. À coup sûr, le Danois gagne à être connu. Et si pas, tant pis pour vous.

Les dinosaures de l’apocalypse © Rune Ryberg chez Les Aventuriers de l’étrange

À lire aussi | Rune Ryberg, une patte spectaculaire et jubilatoire dans des décors de ciné devenu BD

À lire aussi | Kaijus et Kaboom entre un improbable duo et des forces du mal lovecraftienne et dantesque dans Homunculus

Titre : Les dinosaures de l’apocalypse

Recueil d’histoires courtes

Scénario, dessin et couleurs : Rune Ryberg

Genre : Anthropomorphe, Fantastique, Horreur,

Éditeur : Les aventuriers de l’étrange

Nbre de pages : 56

Prix : 16€

Date de sortie : le 16/04/2021

Extraits : 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.