Mercy 3 : ceci n’est pas un adieu, promet Mirka Andolfo, entre attirance et épouvante, possession et désincarnation

Fin d’époque troublée, entre prolétaires et riches propriétaires, romance et horreur dans le troisième et dernier tome de Mercy composée avec grâce et dégoût par Mirka Andolfo. Horrifiquement envoûtant tout en laissant quelques points de suspension. Peut-être parce que l’histoire n’est pas finie.

À lire aussi | D’Under York à Mercy, du magique au terrifi…que, place à son Altesse Mirka Andolfo

© Andolfo/Arancia Studio chez Glénat

Résumé de l’éditeur : Alors que la communauté de Woodsburgh livre ses derniers secrets, Lady Hellaine parvient enfin à ses fins. Ce plan machiavélique qu’elle a préparé soigneusement depuis toutes ces années arrive à son dénouement et nous découvrons enfin ses véritables intentions. Mais un grain de sable vient semer le trouble dans l’esprit de la mystérieuse jeune femme : quels sont donc ces sentiments nouveaux qu’elle ressent ? Serait-elle véritablement capable d’aimer ?

© Andolfo/Arancia Studio chez Glénat

L’étau se resserre, les rituels ont laissé plus morts que vifs quelques protagonistes, les tripes à l’air, tout comme les fleurs du mal, tentaculaires, qui s’échappent des corps ayant rendu leur dernier souffle. À force de passer du temps avec les humains, Monsieur Goodwill et Lady Hellaine; en apparence respectables et pourtant surgis d’outre-tombe – même s’ils pourraient ne pas être terriens -, monstrueux à l’abri des regards face à leur proie; auraient-ils par mimétisme ou envie d’être normaux pris des habitudes anthropoïdes.

© Andolfo/Arancia Studio chez Glénat

Plus loin que les déguisements, vivre ici, entre misère et luxe décadent, leur a-t-il enseigné des sentiments, donné une psychologie pouvant être tiraillante ? De quoi faire dérailler le plan que ces créatures infernales nourrissaient jusque-là ? D’autant qu’à deux pas de la ville, Indiens et trappeurs préparent la riposte, quitte à risquer leur vie. Ou leur immortalité.

© Andolfo/Arancia Studio chez Glénat

Le mystère reste opaque dans cette œuvre forte en courbes et en gore de Mirka Andolfo. La dessinatrice polyvalente réussit à créer des monstres inédits, à mi-chemin entre vampires et extra-terrestres, pieuvres et flore, et complexe. Le dessin est fameux mais on arrive à la fin en se demandant un peu ce qui s’est passé sous nos yeux dans cet opéra alliant beauté et sordide. On reste sur notre faim mais comme un séquel est déjà annoncé en compagnie de Siya Oum et en contre-pied. Dans Merciless, on trouvera une nouvelle génération et un nouveau décor, sans doute les questions restantes y trouveront réponses? En attendant, sous la rondeur et ce que certains pourraient voir comme une mollesse, l’histoire d’Andolfo est ferme et ambitieuse et donne de quoi creuser et relire les trois tomes à la suite.

Titre : Mercy

Tome : 3 – La mine, nos souvenirs et l’immortalité

Scénario, Dessin et couleurs : Mirka Andolfo

Assistants : Arancia Studio (Gianluca Papi, Fabio Amelia, Fabrizio Verrocchi)

Traduction : Flore Piacentino

Genre : Fantastique, Horreur

Éditeur VO : Panini

Éditeur : Glénat

Nbre de pages : 64

Prix : 14,95€

Date de sortie : le 24/02/2021

Extraits : 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.