UCC Dolorès, acte 3 : panser les plaies et laisser penser que tout ne fait que commencer

Depuis l’espace aussi pirate que western et heroic fantasy, une bonne nouvelle vient de nous arriver : UCC Dolorès, la série pilotée par les Taquin mari et femme, connaîtra au moins un quatrième épisode. Ce qui n’empêche pas le premier cycle du Cristal Rouge, une trilogie donc, de se conclure en toute férocité, entre guerre et pertes, s’offrant même des prolongations sur 64 planches plutôt que les 46 des deux premiers tomes.

À lire aussi | Didier Tarquin, roux-tard de l’espace encanaillé: « UCC Dolores, c’est open bar ! Je suis un enfant gâté… et j’ai envie de le rester. »

À lire aussi | Ucc Dolores: vers l’infini et roux-delà

Résumé de l’éditeur : Après avoir fui en catastrophe Fort Messaoud, l’UCC Dolorès – commandes bloquées – emmène Mony et Kash à travers le désert de Karmanga vers une destination mystérieuse. Échappant de peu à une attaque Rasseth se terminant en brasero de l’espace, le vaisseau hérité du général Mc Monroe finit par se poser dans le cœur labyrinthique d’une lune morte, après avoir passé une porte intrigante gardée par une puissante armée de robots…

© Tarquin/Tarquin chez Glénat

Après avoir joué de décalages et de contrastes pour mieux surprendre son équipage bédéphile autant que ses héros depuis le début de sa saga, Didier Tarquin a décidé de lâcher en bloc, profitant que le vaisseau déglingué soit en roue libre, une bonne partie des événements secrets ayant eu lieu il y a un bon paquet d’années mais expliquant aujourd’hui la mission suicide de Mony et Kash et pourquoi l’ancienne nonne est à ce point convoitée. La mise au point comporte son lot de surprises, là encore, prises entre deux antagonismes qu’on ne soupçonnait pas et qui se crashent dans les cauchemars de guerre totale et d’horreur cannibale. Le pouvoir et l’éternelle recherche de l’immortalité sont à ce prix, quelle que soit la religion.

© Tarquin/Tarquin chez Glénat
© Tarquin/Tarquin chez Glénat

Et au milieu, comme punching-balls, on trouve donc Mony, l’incendiaire, et Kash, le baroudeur que l’infection électrique laisse à chaque attaque un peu plus en piteux état. Entre bleu rêveur et froideur et rouge ébouillantant et ébranlant, le duo fait monter la fièvre sur un scénario qui n’invente rien mais fonctionne du tonnerre quand il est porté par le trait dantesque de Didier Tarquin qui resserre les cases et le piège dont personne parmi ses personnages de papier ne sortira indemne. Après trois tomes qui ne se répètent pas et poussent une mythologie foutraque et donc terriblement prometteuse, Didier Tarquin peut assurer les personnages aux physiques les plus freaks. Le mot de la fin laisse penser que tout ne fait que commencer.

© Tarquin/Tarquin chez Glénat
© Tarquin/Tarquin chez Glénat

C’est tout le mal, qui fait du bien aux yeux des lecteurs, qu’on souhaite à ces routards de l’aventure à des années-lumière mais qui font appel à des principes et thèmes bien de chez nous et de notre époque.

Série : UCC Dolores

Tome : 3 – Cristal rouge

Scénario, dessin et couleurs : Didier et Lyse Tarquin

Genre : Aventure, Science-fiction, Western

Éditeur : Glénat

Nbre de pages : 64

Prix : 14,95€

Date de sortie : le 13/01/2021

Extraits : 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.