En bateau ou en train, Piatzszek nous entraîne au large, dans l’aventure sans couvre-feu, charbonneuse ou face aux dangers pirates

En un peu plus de dix ans de carrière dans le monde du Neuvième Art, Stéphane Piatzszek s’est composé une bibliographie sans réelle fausse note et s’essayant à divers genres tout en nourrissant des lignes directrices: l’histoire, l’étude sociale, l’aventure, le rock’n’roll aussi. Grand Angle donne au scénariste un peu plus d’aisance et de latitude pour aller plus loin.

© Piatzszek/Tieko/Blanchot chez Grand Angle

Kilomètre zéro: un kilomètre en train, ça use, ça use…

© Piatzszek/Bossard chez Grand Angle

Résumé de l’éditeur : Mulhouse 1830, le rêve fou d’un pionnier du rail, l’histoire vraie de la création de la première ligne internationale de chemin de fer. Une saga industrielle… Nicolas Koechlin, l’homme le plus riche d’Alsace, se lance dans un projet fou : la construction de la plus grande ligne de train internationale de l’époque : le Strasbourg/Bâle. En ces années 1830, le train n’en est qu’à ses balbutiements. Nicolas va relever ce défi avec son courage, sa générosité, mais aussi sa rouerie et sa folie.

© Piatzszek/Bossard chez Grand Angle

Natif de Mulhouse mais ayant déjà pas mal bourlingué, Stéphane Piatzszek revient à la source mais s’interroge sur les fondements des grands voyages. À commencer par les trains. Et pour alimenter la bête, Stéphane Piatzszek a eu la bonne idée d’aller chercher le charbonneux et chaleureux Florent Bossard. On était tellement triste que son prometteur Léviathan, en compagnie de Luc Brunschwig, finisse en eau de boudin. Le voilà relancé, à toute vapeur, dans une trilogie sociale et industrielle qui lui va bien. Florent Bossard, excellent qu’il est, dans l’étude des décors, des hommes et femmes d’en haut comme d’en bas, des émotions et des réactions, tout en laissant des sortes de voiles sur les visages imprécis.

© Piatzszek/Bossard chez Grand Angle

C’est un allié de choc pour les passionnants débuts que propose Piatzszek en alliant le récit choral aux décisions unilatérales d’un patriarche mégalo qui voulait instaurer le cheval de fer au pays des filatures. Un incroyable pari qui risquait de changer la face de l’Alsace, voire de la France. Toute la documentation passe crème dans ce récit intelligent, qui oppose le crayon et le charbon aux déterminismes pouvant miner les classes inférieures comme supérieures. Quand des enfants meurent de travailler trop tôt et que d’autres luttent pour s’affirmer. Comme cette fille (et elle fait bien d’être en couverture, affirmant le parti pris des auteurs) qui veut avoir une voix et ne pas être l’objet de son père décisionnaire. Comme cet héritier qui avait tout planifié au Brésil et s’était marié en secret avant de déchanter, appelé comme homme de main et d’argent en France.

© Piatzszek/Bossard chez Grand Angle

Passant d’un destin à l’autre, Florent livre d’impressionnantes images, comme s’il s’y était rendu avec sa machine à remonter le temps, du port, des industries, des scènes de foule. Sur quelques mots d’Hugo, Piatzszek utilise les bons réflexes pour situer l’Histoire et lui rendre sa noblesse mais aussi sa rudesse. Entre les mines graves et les sourires des puissants en vue d’un grand coup. Mais les rails sont encore longs à poser.

© Piatzszek/Bossard chez Grand Angle

La promesse de la tortue,

© Piatzszek/Tieko

Résumé de l’éditeur : En 1642, deux ans après son héroïque reprise de l’île de la tortue aux Anglais, le gouverneur Levasseur fait venir des prisonnières françaises, voleuses et prostituées, pour servir d’épouses aux flibustiers et sédentariser la population. Parmi elles, Quitt, Apolline et Louise, trois femmes catapultées dans un monde violent et exclusivement masculin, vont conclure un pacte d’amitié pour s’entraider et survivre coûte que coûte. Mais dans cette période de fureur, leurs routes et leurs aspirations vont bientôt diverger, mettant leur amitié puis leur vie même en péril.

© Piatzszek/Tieko/Blanchot chez Grand Angle

L’Île de la Tortue a le vent en poupe, continuant de fasciner et d’appeler les fantasmes flibustiers laissant le goût de l’eau salée. Après Raven, en position de femme forte et terrifiante sur l’île aux pirates, place à un trio qui, de son bateau malmené par les flots, pensait bien ne pas avoir son mot à dire en territoire viril, sans foi ni loi, ou presque.

© Piatzszek/Tieko
© Piatzszek/Tieko/Blanchot chez Grand Angle

Quitt, Apolline et Louise font partie du contingent de prisonnières et femmes aux moeurs légères envoyées par la France dans les Caraïbes, dans un milieu où peu de femmes, de leur plein gré, veulent se faire une place. Vendues comme esclaves ou futures fiancées, au petit bonheur la chance parmi les crapules plus ou moins distinguées, les trois femmes font déjà valoir une sacrée trempe. Elles se lient d’amitié dans un pacte qui doit les souder à jamais dans la protection les unes des autres. Ce pacte qui sera mis à mal par les bras masculins que ces dames de petites vertus, dit-on, trouveront pour les consoler ou les malmener, dans des microcosmes très différents, même si l’île est petite, elle est cosmopolite.

© Piatzszek/Tieko

D’autant plus que les Anglais cherchent à remettre la main sur la Tortuga de mar, que les jeux de pouvoirs ont la place libre et que ces femmes doivent devenir de vrais bonhommes pour survivre. Et fuir. À moins qu’elles ne trouvent leur place ici ? À moins aussi que trop de choses ne les retiennent en métropole. Avec des psychologies de personnages capables de dynamiter le décor, Stéphane Piatzszek, ici, ne perd jamais de vue que ses héroïnes sont battantes mais soumises à rude épreuve. Elles ne mènent pas ce monde par le bout de leur nez, elles subissent, elles survivent, avec du tempérament, tentant d’influencer la bulle salée qui les entoure.

© Piatzszek/Tieko/Blanchot chez Grand Angle

Ça reste un peu gentil, un peu attendu, mais vu le caractère tempétueux des pirates, Piatzszek crée les remous à coups de rebondissements et de jeux d’influence bien dégainés. Au dessin et aux couleurs, Tieko et Fabien Blanchot font un équipage solide, dès la tempête en mer sur laquelle s’ouvre cet album. La faune des pirates mais aussi des femmes fraîchement arrivées est très diversifiée, ce qui rend d’autant plus crédible cette histoire qui entrechoque les vies et les fait souquer ferme. Il y a de la force de caractère, un côté brut mais sensible, dans le dessin de Tieko.

© Piatzszek/Tieko

Là encore, c’est un triptyque qui nous emmènera au fin fond de cette histoire dont le sable masque une vraie poudrière.

Série: Kilomètre Zéro

Tome: 1/3 – Une épopée ferroviaire

Scénario: Stéphane Piatzszek

Dessin et couleurs : Florent Bossard

Genre: Drame, Histoire, Saga familiale

Éditeur: Grand Angle

Nbre de pages: 56

Prix: 14,90€

Date de sortie: le 04/03/2020

Extraits: 

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Série: La promesse de la Tortue

Tome: 1/3

Scénario: Stéphane Piatzszek

Dessin et couleurs: Tieko

Genre: Aventure, Drame

Éditeur: Grand Angle

Nbre de pages: 64

Prix: 14,90€

Date de sortie: le 03/06/2020

Extraits: 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.