Pile ou fake: entre les photos Insta et la réalité, Louison est la Celeste Barber du dessin

La première et dernière fois que j’avais croisé Louison, cette héroïne de BD qui en est aussi la dessinatrice, c’était dans Cher François, cet album qui racontait sa rencontre avec le président Hollande. Il ne l’est plus; Louison, elle, est restée dessinatrice de presse et a publié d’autres albums depuis. Et même un roman. Mais qui sait peut-être continue-t-elle de traquer François sur les réseaux, Instagram, Facebook et consorts ? François mais aussi tant d’autres, stars de longue date ou de l’éphémère qui imposent leurs normes clinquantes et leurs modes. Nos smartphones seraient-ils devenus des signes extérieurs de richesse et de beauté de ces gens qui n’existent pas vraiment une fois hors-cadre du mode selfie. Louison en propose la confrontation dessinée.

© Louison chez Marabulles

Résumé de l’éditeur : Deux dessins se répondent sur une double page. À gauche le monde vu par le prisme fantasmé d’Instagram. À droite la même scène dans la vie réelle dans un esprit de décalage absolu.

© Louison chez Marabulles

Être sur les réseaux et se faire remarquer, ce n’est pas sans danger. À commencer dans les coulisses, quand vous vous tenez sur la pointe des pieds sur une chaise pour vous prendre en photo devant un poster égyptien, il faut être sûr de son équilibre. Dès la couverture, Louison, lunettes de soleil sur le bout du nez, situe l’action, le grand jeu de dupes dans lequel on fait convoler la réalité avec le virtuel.

© Louison chez Marabulles

Sous cinq thèmes, #love, #food, #fashion, #lifestyle et #selfie, Louison s’amuse à voyager d’un excès à l’autre, celui de la facticité la plus pimpante et jalousée et celui de l’extrême modestie. La vérité est entre les deux, et peut-être même moins dans les dessins que dans les courts textes qui accompagnent chaque nouvel « onglet » de cet album. Mis bout à bout, ces quelques mots appellent à du bon sens et à profiter des moments vrais plutôt que faux. Il faut être attentif, les premiers sont éphémères dans le flot de la vie, les seconds le sont aussi dans le flot du faux.

© Louison chez Marabulles

Malheureusement, si le trait de Louison est toujours aussi comico-caustique, force est de constater qu’en passant d’un côté à l’autre du miroir aux alouettes, pour atterrir dans ce qu’elle présente comme « la vraie vie », la trentenaire répond aux clichés par… des clichés. Éculés, qui plus est. Comme quand cette anti-star mime en photos les attitudes des stars de Hollywood. Les exemples fourmillent et laissent au lecteur que je suis le goût de la soupe réchauffée pour la cinquantième fois. Sur la plage, chez le coiffeur, avec des tatouages ou des t-shirts à texte, face à un heureux événement en préparation… La tentation est grande de partager pour faire liker.

En fait, Louison a dix ans de retard. Sans doute, aurait-elle été accueillie comme une visionnaire en 2010, quand on était encore naïfs face à ce qui est progressivement devenu une invention du diable. Nous ne sommes plus en 2010, et cette septantaine de dessins semble bien dérisoire à l’heure où les trolls sont toujours plus inventifs. Malheureusement, malgré toutes les parodies, le système des influenceurs lambdas continue de séduire. Pourtant les pensées qui ouvrent chaque chapitre sont louables et pertinentes.

© Louison chez Marabulles

Et une petite chanson qu’on aime bien sur ce thème.

Titre : Pile ou Fake

Recueil de dessins

Scénario, dessin et couleurs : Louison

Genre : Humour, Parodie

Éditeur : Marabulles

Nbre de pages : 96

Prix : 10€

Date de sortie : le 05/02/2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.