Miss Davis, icono-graphique dans un évangile puissant de De La Croix et Ameziane

« Oh Angela Angela
My home is your home
Oh Angela Angela
You now you’ll never walk alone »

© Titeux de la Croix/Améziane aux Éditions du Rocher

Si la chanson de Yannick Noah est une bonne introduction au destin d’Angela Davis, à un moment, il ne faut pas tergiverser et rentrer dans le vif du sujet, là où ça fait mal pour faire du bien à nos sociétés étriquées. À chacun de ses projets (quand on lui laisse le loisir de les faire, le monde éditorial est comme ça), Amazing Ameziane, dont nous sommes des fervents admirateurs ici, engage les muscles de son crayon et sa force de caractère. Pour le deuxième opus de sa soul trilogy (après l’uppercut Ali), il offre une stature bd, parce qu’on a peu à faire des statues, à l’une des plus grandes dames de la cause black.

En ces temps de pandémie et de confinement, l’envie sera grande de se procurer de bonnes lectures. Épanchez la seulement ! Mais privilégiez les commandes en ligne auprès de vos libraires habituels plutôt que d’un célèbre géant du web. Vous pouvez vous rendre sur ce site, par exemple => www.lalibrairie.com.

© Titeux de la Croix/Améziane aux Éditions du Rocher

Résumé de l’éditeur : Née en 1944 à Birmingham en Alabama, où sévissent la ségrégation raciale et les attaques du Ku Klux Klan, Angela adhère au Che-Lumumba Club en 1968 puis au Black Panther Party. La chasse aux communistes ainsi que le programme Cointelpro du FBI ne laissent pas de répit aux activistes afro-américains. Tous les groupes d’opposition sont infiltrés et surveillés. En 1970, suite à l’attaque du tribunal du comté de Marin, Angela Davis deviendra « l’ennemie publique numéro un » et sera emprisonnée pour être condamnée à mort. Le « comité national uni pour la libération de Angela Davis » est alors créé. Le monde entier connaîtra son histoire et demandera sa libération.

© Titeux de la Croix/Améziane aux Éditions du Rocher

Les années 60, ce n’est pas si loin, et pourtant. Comment cerner ce monde de différence dans lequel tout le monde n’avait pas sa place. Du moins, dans des wagons séparés dans le train qui menait à la catastrophe. En 188 pages, Sybille Titeux De La Croix et Amazing Ameziane parcourent dans les yeux d’Angela (mais aussi d’autres personnalités, ceux des opposants mais aussi ceux d’une jeune journaliste qui va apprendre à gagner sa liberté de la presse quitte à s’opposer à la volonté de son rédacteur en chef déjà attiré par ce qu’on n’appelait pas encore le buzz) une époque qu’il fallait changer. Où il fallait gagner sa vie, et le droit de la vivre comme bon nous semblait, quelle que soit notre couleur de peau.

© Titeux de la Croix/Améziane aux Éditions du Rocher

À un rythme soutenu, Amazing Ameziane, ce pur actionner qui amène pourtant du fond, se permet encore tout. Alignant les pages à cases puis les grandes images (pas forcément ultra-détaillées mais fortes pour faire vaciller le lecteur) sur une seule planche ou deux, changeant de style pour mieux coller à ce qu’il raconte (l’histoire du Cointelpro racontée façon vintage un peu à la manière de figurines Pop! ce qui rend un peu cons ces « grands hommes » d’un pouvoir politisé et brillant par leurs intérêts). Encore une fois, les mondes graphiques XXL de ce dessinateur impressionnent, généreux mais aussi précis, gérant l’ombre pour renforcer l’horreur, n’ayant pas peur des tartines de textes pour mieux permettre aux pages suivantes d’être plus light et concentrées sur l’action, les expressions, le drame de ses vies qui n’auraient pas dû être sacrifiées pour quelque chose qui aurait dû couler de source : la liberté.

© Titeux de la Croix/Améziane aux Éditions du Rocher

Seul bémol de cet album ? Une relecture qui a laissé passer beaucoup trop de fautes d’orthographe sous les radars. Ombre au tableau d’un travail éditorial pourtant poussé pour offrir à cet album un bel écrin. Car ce que livre le couple ici, c’est la Bible de l’engagement jusqu’au-boutiste, prêt à tous les sacrifices. Parce que la cause est plus grande que le destin personnel, et qu’il nous appartient, c’est un devoir, de nous souvenir de ces grandes personnalités qui ont permis à l’humanité d’avoir face plus humaine.

© Titeux de la Croix/Améziane aux Éditions du Rocher

Miss Davis est aussi apparue dans Big Black: Stand at Attica (du nom du massacre du même nom) chez Boom Studios dès le 18 février, d’après Franck « Big Black » et en compagnie de Jared Reinmuth. En espérant une traduction pour ce qui est le troisième opus de la Soul Trilogy.

Titre : Miss Davis

Sous-titre : La vie et les combats de Angela Davis

Récit complet 

Scénario : Sybille Titeux De La Croix

Dessin et couleurs : Amazing Ameziane

Genre : Biopic, Drame, Histoire

Éditeur : Les Éditions du Rocher

Nbre de pages : 192

Prix : 19,50€

Date de sortie : le 15/01/2020

Extraits : 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.