Hubert Védrine sur les traces du vrai Olrik, entre BD et réalité : « Le seul camp qui lui importait, c’était lui, il trahissait d’autant plus facilement »

Complètement fou ! Dans leur enquête commune, Védrine père et fils (Laurent, le journaliste, Hubert, l’ancien ministre bédéphile) perce l’abcès autour d’un personnage mythique et machiavélique de la BD franco-belge. Olrik, le mal incarné, et même parfois désincarné, surhumain. Un personnage comme la BD sait en créer, encore plus quand celui qui en tire les ficelles est E.P. Jacobs. Sauf que ce personnage, la réalité l’a rattrapé, enfiévré, épaissis. Dans Olrik, la biographie non-autorisée, les auteurs-enquêteurs vont au bord de la fiction et au bord de la réalité pour retrouver la trace d’un personnage ambigu et bicéphale. Au bord de la crise de nerf parfois. Olrik a bel et bien existé et sa vie est désormais un conte de faits.

© E.P. JACOBS

Bonjour Hubert, si on en croit le début de votre enquête, passionnante, quand vous venez à Bruxelles, il n’est pas rare qu’il vous arrive des événements étranges. Ce fut le cas, aujourd’hui ?

Non, rien de spécial, je dois dire. Peut-être dans le Thalys du retour, qui sait ?

Comment s’est initiée cet enquête, globe-trotteuse, autour de l’un des plus grands méchants de la BD ?

J’ai tout fait avec mon fils. Le point de départ, c’est une grande familiarité avec la BD, et celle de Jacobs en particulier. J’ai toujours trouvé bizarre que cet auteur soit aussi vague, aussi flou, sur le personnage d’Olrik. Alors qu’il y avait tant d’explications sur d’autres personnages. Je me suis dit qu’il y avait quelque chose à creuser.

J’ai parcouru le XXe siècle, creusant la piste biographique d’Olrik. Certains m’ont mis sur des pistes aussi. Notamment ces cartes postales qu’Edgar P. Jacobs recevait du vrai Olrik. Un criminel avec différentes casquettes qui ne soit jamais au premier plan des événements-clés de l’Histoire mais y soit lié. Il fallait à partir des traces que nous trouvions de lui que nous rejoignions Jacobs qui tendait vers la tragédie.

© E.P. JACOBS

Ce livre sort chez Fayard, votre éditeur historique, mais quand on dit que c’est une biographie non-autorisée, ce n’est pas parce que des ayants-droit ou l’éditeur, Dargaud, vous a mis des bâtons dans les roues.

Non,en effet, Dargaud a été super depuis le début, on nous a encouragé à aller au bout de cette aventure. Si cette biographie n’est pas autorisée, dans son titre, c’est parce que des gens ont manifestement été gênés par notre entreprise. Olrik avait fricoté avec des réseaux de trafiquants, des grandes agences d’espionnage qu’il avait trahies les unes après les autres. Personne ne nous a menacés de manière explicite mais on a bien senti qu’il y avait une pression. Quelqu’un a même essayé de pirater notre ordinateur.

© E.P. JACOBS

C’est là qu’on touche à la personnalité extrêmement complexe d’Olrik, le vrai.

Le seul camp qui lui importe, c’est lui. Peu importe qu’il se retrouve chez les fascistes ou la CIA, qu’il alterne les idéologies. Par là, il se venge d’une enfance qu’il a très mal vécue, qui fut sinistre et qu’il a transformée en opportunisme et avidité. Il ne vit jamais pour être dans un camp ou un autre, il fait le boulot et trahit d’autant plus facilement.

Jacobs lui garantit l’anonymat.

Olrik est décrit comme un aventurier et au vu de ses activités, il a besoin de l’anonymat. Mais, d’un autre côté, il y a une telle rage en lui, qu’il est attiré par ce qui brille. Jacobs en fait un personnage déguisé, c’est le pacte initiale. Qu’Olrik va regretter ensuite tant Jacobs le suit à là trace, grâce aux cartes postales qu’ils échangent, dans ses albums et en fait un grand méchant. Qui perd toujours.

De quoi être furax !

Oui, d’autant plus que Jacobs lui a une fois grillé une adresse à Paris. Il y avait une tension entre les deux hommes. Jacobs, dans le pacte qui les unissait. Jacobs promettait la notoriété à Olrik qui n’était pas un demi-aventurier mais vivait dans l’ombre jusque là. Mais Olrik va être victime de ce contrat, à tel point qu’à un moment donné, il ne sait plus qui il est. La réalité et la fiction se confondent. Le trafiquant, espion, négociateur entre la Chine et l’Amérique ne savait plus qui il était. Il faut dire qu’on connaît peu de personnages qui ont été autant de fois en même temps autant de choses.

© E.P. JACOBS

Votre livre aborde néanmoins des facettes moins exploitées dans Blake et Mortimer. Notamment le rapport aux femmes.

Ce qui se comprend assez facilement. Pour être diffusé dans les magazines BD de l’époque, comme Hergé et Martin, Jacobs devait correspondre à l’idée qu’on se faisait de la jeunesse, ce ce qu’on pouvait ou pas mettre à sa portée. Il y avait des règles. Mais la vie d’Olrik était normale. Et les conquêtes, nombreuses.

L’enquête est toujours en cours, alors ?

Nous n’arrêtons pas la piste, c’est certain. Nous avons retrouvé la trace d’Olrik dans une clinique de Suisse où il est logé et soigné, très âgé. Mais entre-temps, il y a une série d’épisode que nous avons appris en cours de route, des éléments manquants aussi. Puis, publier ce livre, c’est l’occasion de recueillir des réactions des lecteurs. Il y a ceux qui pensent que nous avons fait une fiction – et il est important de respecter la liberté du lecteur – et d’autres qui pourraient bien nous amener des informations. Érik Orsenna nous en a données, incluses dans le livre. Yves Sente nous a appris certaines choses, il y a quelques jours.

© E.P. JACOBS

La fille présumée d’Olrik vous a d’ailleurs écrit.

Ce fut la récompense quand Fayard nous a dit qu’ils avaient reçu cette lettre. Elle trouvait que Jacobs avait été un biographe trop sévère vis-à-vis de son père. Ce que nous avons écrit lui semblait être un appel à plus d’équilibre.

Si nous apprenons d’autres choses, pourquoi ne pas en faire un bonus dans une prochaine édition augmentée ?

Comment expliquez-vous que les langues se soient déliées là où certains autres avaient essayé d’enquêter quelques années avant vous ?

Il était trop tôt. Je crois que le temps passé est le meilleur allié pour faciliter les recherches. Il y a eu rétrocession, les gens parlent plus facilement. Ça ne veut pas dire que l’exercice n’est pas compliqué. Il reste des intérêts, notamment des services secrets, britanniques notamment, qui n’ont pas envie que la vérité fasse surface. Olrik les a bernés, trahis.

© E.P. JACOBS

En tout cas, pas de photo de lui dans votre album, juste des photos de recontextualisation.

Juste des supputations. Il y a la un mystère qu’on ne peut pas dépasser. Jacobs s’était engagé à ne pas le représenter et on a peu d’indices sur le physique d’Olrik. Mais, on peut encore attendre un peu.

Par contre, on peut se rapprocher au plus près de l’homme par des citations, des témoignages. Ça nous a permis de reconstituer cette vie.

Avec un moment assez dingue, cette litanie ressurgie du désert africain et parlant d’un homme blanc fou. Ou’rik, Ou’rik majnun al’abyad. Ou’rik, Ou’rik aimtalak shaykh.

Dans la BD, nous avions perdu la trace d’Olrik entre la fin de la Grande Pyramide et le début de La marque jaune. Il doit y avoir quelque chose. Le vrai Olrik ne peut pas avoir marché tant de kilomètres pour se sortir du désert. À ce jour, nous n’avons rien trouvé de mieux que cette chanson, troublante.

© E.P. JACOBS

Comment expliquez-vous qu’Olrik soit à ce point magnétique, inoubliable, qu’aucun album de Blake et Mortimer, ou presque, ne puisse s’en passer.

Des grands méchants en BD, il y en a eu, beaucoup, Zorglub, Rastapopoulos, par exemple. D’autres inspirés physiquement de personnages marquants mais sans aller plus loin. Il n’y avait pour eux pas de grand indice de réalité. Ici, c’est tout l’inverse. C’est troublant.

Merci beaucoup Hubert pour cette révélation de qui était Olrik foisonnante et passionnante.

Titre : Olrik – La biographie non autorisée

Auteurs : Hubert et Laurent Védrine

Genre : Enquête

Éditeur : Fayard

Nbre de pages : 232

Prix : 20€

Date de sortie : le 16/10/2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.