Enfiler n’importe quel costume, même de super héros, ne nous montrera jamais qui on est à l’intérieur, y compris face au miroir…

On croit toujours que le miroir nous montre qui nous sommes ? Mais, en réalité, il ne nous renvoie qu’une apparence.  En réalité, ce qui fait de nous ce que nous somme, ce sont nos actes et notre vécu. Parcourez ces deux Terres et apprenez ces différences. Et si le monde tel qu’on le connait avec ses dérives et perversions, se transformait en son total opposé! Comment réagirions-nous sans nos repères, nos valeurs ou nos certitudes? C’est le parti pris par Tom Peyer pour explorer l’envers du décor ou l’autre coté du miroir.

Résumé: Sur la Terre Alpha, dans une vie d’aventures hautes en couleurs, le flamboyant super-héros l’Homme-Libellule et son partenaire le Dard mettent sous les verrous des méchants d’opérette en aidant la police dans sa guerre contre le crime. En revanche, sur la Terre Omega, le justicier Dragonfly pourchasse les criminels déviants les plus violents qui soient, tout en échappant à des forces de l’ordre corrompues!

Comment pouvons-nous appréhender une situation qu’on ne comprend pas? C’est ce que Dragonfly et l’Homme-Libellule vont devoir expérimenter. Et de leur adaptation dépendra leur vie. En effet, attirés dans une autre réalité, une autre Terre, ils intervertissent leur environnement réciproque. Dragonfly se retrouve dans un endroit où il est apprécié de tous, même de la police, tandis que l’Homme-Libellule se voit affronter un monde totalement corrompu où les plus bas instincts règnent. Comment vont-ils retrouver leurs univers respectifs?

On doit ce scénario original à Tom Peyer. Cet auteur de comics a travaillé pour Marvel en se faisant remarqué sur La légion des Super-Héros et Hourman. L’aspect graphique a, lui, été laissé à Jamal Igle. Brillant illustrateur, il a travaillé pour DC, Marvel et les Humanoïdes Associés sur différentes licences telles que Witchblade, Daredevil ou encore Green Lantern. On lui doit aussi la série Venture avec Jay Faerber .

Sur le plan graphique, on se retrouve à la fois dans du Pop Art (Terre Alpha, avec des couleurs vives) et l’Enfer de Dante (Terre Oméga). Les univers sont très opposés et ont dû demander beaucoup d’efforts pour que l’ensemble reste cohérent. Il faut aussi souligner les traits marqués des visages par différentes émotions mais également l’esthétique des décors et leur mise en scène. Le rythme et le découpage des pages sont sans surprise mais correspondent parfaitement aux codes du comics. Jamal Igle a réussi le tour de force de réaliser des protagonistes (Vilains ou Héros) très proches physiquement, mais malgré tout, avec des différences marquantes de leurs univers respectifs.

Le scénario est à la hauteur de l’esthétique de l’album. On se plonge très rapidement dans le quotidien bien différents de nos deux héros (je vous avoue que j’ai eu peur en lisant les premières pages un peu mièvres). Nous sommes face à deux mondes diamétralement opposés. Le premier Terre Alpha est une grosse caricature du monde réel et des super-héros. On se trouve au milieu de gens mielleux, de méchants pas très méchants. On se croirait en 1966 avec la première série de Batman diffusée à la télévision. Les personnages sont niais, et les vilains bien trop prolixes pour être consistants. Mais, très vite, la Terre Oméga fait son apparition. Là, on se retrouve sur les bases des comics modernes et leur ambiance très dark. La violence est omniprésente, le danger guette à chaque coin de rue et semble ne pas avoir de limite.

Et c’est cela qui permet à ce premier tome d’être original. En échangeant nos héros de monde, on les prive de toutes leurs certitudes et de leurs racines. On parvient à entrer dans leur tête et à comprendre leur psyché. Tom King était déjà parvenu à introduire la dépression chez les Supers dans son excellent Mister Miracle, mais ici  on touche à tout ce qui constitue la personne. On va un peu plus loin. On place notre L’homme-Libellule dans un monde dur alors que Drangonfly va au pays des Bisounours. On voit l’évolution de leur caractère mais également de leurs sentiments. On les voit en proie aux doutes et à l’absurdité du monde qui les entoure. On peut, grâce à cela, faire le lien avec nos vies parfois bien compliquées.

J’ai adoré cet album très original dans son approche. Le fait de rajouter un aspect psychologique, nous permet de mieux encore nous identifier aux héros. Montrez leur côté fragile et parfois leur maladresse en dehors de leur zone de « confort » les rend plus « humain ». Tom Peyer permet aussi de voir comment évoluer dans un monde totalement différent en apprenant à décoder les nouvelles normes propres à cet environnement. Il ne faut pas s’avouer vaincu et il faut toujours rester en perpétuelle évolution. Les Éditions Delcourt ont réussi à mettre parfaitement ce comic book en lumière grâce à une impression irréprochable. La couverture cartonnée est du plus bel effet.

Série: L’autre Terre

Tome : 1

Scénario: Tom Peyer

Dessin: Jamal Igle

Couleurs : Andy Troy

Encrage: Juan Castro

Traduction: Alex « Nikolavitch » Racunica

Genre: Comics/ super héros/ fantastique

Éditeur: Delcourt

Nbre de pages: 141

Prix: 15,95€

Date de sortie: 16 janvier 2020

Extraits : 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.