Witch Please, pour apprendre la sorcellerie sans passer par la case Poudlard !

Halloween est bien derrière nous, mais de nos jours, la mode est à la sorcière, automne ou pas. Intimement liée au féminisme et à l’émancipation des femmes, la sorcière, après avoir été brûlée sur les bûchers de l’Histoire, revient en force dans les esprits, conviant les femmes à honorer leur féminité tout en se reconnectant à la nourricière mère Nature. Après avoir exploré le tabou des menstruations et titillé la grande Faucheuse, Taous Merakchi, aka Jack Parker, nous arrive avec Witch Please. Un livre qui nous invite à sortir les runes et les chaudrons et à danser sous la lune.

|À lire aussi | Non, la puissance des femmes ne s’est pas consumée sur le bûcher et les sorcières ne sont pas celles qu’on croit.

Processed with VSCO with m3 preset

Impossible de la louper, la sorcière est partout. Du catalogue Netflix au fil d’actualité Instagram en passant par les boutiques Etsy et surtout les rayons de nos librairies favorites. Mona Chollet, Odile Chabrillac, Starhawk, nombreuses sont les femmes qui ont pris leur plume pour nous parler de sorcellerie, de féminin sacré et de féminisme. Aujourd’hui, c’est au tour de Jack Parker de s’y coller. Après avoir exploré le monde sombre, mais fascinant de la mort au détour de son podcast mortel, l’autrice revient sur le devant de la scène avec un bel ouvrage destiné aux magiciennes débutantes ou qui s’ignorent, illustré par nulle autre que Diglee.

© Diglee chez Pygmalion
Film still / publicity still from Hocus Pocus Bette Midler © 1993 Walt Disney Pictures File Reference # 31371275THA For Editorial Use Only All Rights Reserved
Hocus Pocus (1993)

Si nos anciennes conservaient leurs observations et leurs sorts dans d’épais grimoires, nos contemporaines leur préfèrent parfois une variante numérique. De nos jours, l’information est accessible à tous par la magie d’internet, et la sorcellerie, longtemps cachée et reléguée dans l’Enfer des bibliothèques, ne déroge pas à la règle ! Qui veut jeter un sort trouvera tout ce qu’il lui faut sur bon nombre de blogs, obscurs ou non. Quelle joie donc de retrouver le béaba de la sorcière au sein d’un même ouvrage, clair et concis ! Car c’est ce dont il s’agit avec ce grimoire moderne. Jack Parker ne cherche pas à nous apprendre la sorcellerie, cela relève d’une démarche individuelle d’exploration mystique et surtout de développement personnel et spirituel.

Au travers de ce très beau livre, l’autrice regroupe toutes les informations basiques nécessaires à qui veut se lancer dans une pratique quelconque. Ici, vous ne trouverez aucun dogme, ni aucune ligne de conduite, mais quelques éléments de réponse avant de vous jeter dans la marmite.

chilling-adventures-of-sabrina-image
The Chilling Adventures of Sabrina (2018)

Witch Please n’est pas un grimoire, mais plutôt un manuel, didactique et pédagogique, une sorte de dossier Wikipédia qui serait structuré et fouillé ! Après quelques pages d’introduction et un avertissement (car oui être une sorcière n’est absolument pas un remède à tous les maux et problèmes de la vie), on peut rentrer dans le vif du sujet : à savoir les bases de la magie. Si la diablerie d’antan se pratiquait au cœur de la forêt à la tombée de la nuit ou dans les chaumières isolées, la sorcellerie moderne a bel et bien muté pour s’implanter partout, jusqu’en milieu urbain.

© Diglee chez Pygmalion

C’est un fait, aujourd’hui, tout le monde peut s’essayer aux enchantements, seul ou accompagné. Pour cela, nul besoin d’avoir étudié la cosmogonie scandinave, de rédiger une thèse sur le folklore européen, ni même de connaître la définition de la Wicca. L’unique prérequis nécessaire est peut-être de reconnaître que la magie se niche partout autour de nous, à commencer par cette fascinante nature qui vit, meurt et renaît chaque année ou ces astres grandioses qui valsent dans le cosmos.

PomonaSprout_WB_F1_SproutHoldingMandrake_Still_080615_Land
Harry Potter et la Chambre des Secrets (2002)

C’est ainsi qu’au lieu de nous conter cette sorcellerie idéalisée par J.K. Rowling et auteurs, qui ne serait accessible qu’à une poignée d’élus nés sous de bons augures. Jack Parker nous démontre que la magie appartient à chacun et surtout réside en toute chose, à commencer par l’univers tout entier ! Elle nous parle du rythme de la lune et de ses phases, des planètes au travers d’un petit précis d’astrologie, des éléments, des cristaux, des minéraux, mais aussi des plantes, des arbres et des sabbats et esbats qui, sous différents noms, ont, de tout temps, rythmé nos calendriers ! Ensuite, vient la pratique avec presque un chapitre consacré à la divination sous toutes ses formes. Qui n’a jamais rêvé de connaître les secrets de son avenir ? Tarot, pendule, runes sont abordés aux côtés de méthodesmoins connues comme la daphnomancie ou même la lécanomancie (je vous laisse le soin d’ouvrir votre dictionnaire ou votre moteur de recherche pour découvrir de quoi il s’agit !).

B5Pl6goCMAAKiwV.png
Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban (2004)

Dernière partie et non des moindres : les rituels, qui font rêver tous les néophytes et ricaner les détracteurs. Certes, pour se sentir sorcière, nul besoin de jeter des sorts ou de créer un autel à côté de son lit, néanmoins, peut-on publier un grimoire sans parler de sortilèges ? Je ne pense pas ! C’est donc tout naturellement que Jack Parker propose à ses lecteurs quelques idées de rituels pour purifier son foyer, protéger son animal de compagnie, attirer l’amour, passer des nuits paisibles ou encore mettre fin aux ragots.

Tout un programme ! Certains diront que ces quelques herbes dans un sachet en tissu ou cette minable amulette n’opéreront sur nous et notre vie qu’un simple effet placebo. Soit, peut-être ont-ils raison, mais le plus important, c’est l’effet positif qui nous impactera, magie ou non !

F-CTJ27346
The Craft (1996)

Ce que nous propose Jack Parker avec ce grimoire, ce n’est pas d’enseigner la sorcellerie, mais bien d’ouvrir la voie à une aventure plus large. Car toute entreprise ésotérique ou pratique spirituelle est d’abord et avant tout une quête personnelle. C’est une découverte de soi et de son potentiel créateur avant d’être une expérience collective. Jack Parker l’a bien compris, Witch Please respecte cela en se contentant d’ouvrir le voile sur ce monde mystérieux. Elle dissémine de précieuses informations au gré des pages, libre au novice d’aller fouiner un peu plus loin pour accroître ses connaissances.

Car il est évident que ce grimoire, aussi attrayant soit-il, ne sera jamais suffisant, loin de là ! Heureusement, on peut compter aujourd’hui sur bon nombre d’autres écrits tout aussi magiques comme le merveilleux « Âme de Sorcière ou la magie du féminin » d’Odile Chabrillac. Et, ne diabolisons pas internet, car il existe de belles lumières offrant chaque semaine de superbes contenus pour élever nos consciences, comme Vae Bataille sur YouTube. Alors, n’attendons plus, embrassons la magie du monde, réapproprions-nous nos potentiels et créons pour devenir toutes et tous des sorciers et des sorcières, bref, des êtres humains !

Processed with VSCO with f2 preset

9782756425351

Titre : Witch Please, grimoire de sorcellerie moderne

Livre illustré

Auteur : Jack Parker | Illustrations : Diglee

Éditeur : Pygmalion

Nombre de pages : 215

Sortie : 30 octobre 2019

Prix : 24 euros

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.