Hillbilly part en guerre : Eric Powell rassemble sa ligue des Lonesome men extraordinaires

« Il y a de nombreuses histoires qui courent au sujet de Rondel, le Hillbilly errant. En voici une. » Et une longue ! Après avoir livré au travers de ses deux précédents tomes (chroniqués ici et ici), Eric Powell (génial créateur de The Goon, entre autres, faut-il le rappeler) fait s’aventurer ses héros dans un épisode épique, guerrier partant de premières planches à la Indiana Jones pour finir en vraie boucherie façon Game of Thrones.

À lire aussi | Ne regardez pas l’Appalache qui passe, regardez seulement quand il a haché

À lire aussi | Hill(billy) était une fois en Amérique… profonde, très profonde !

 

Résumé de l’éditeur : Rondel, un peu vagabond, beaucoup magicien et totalement aveugle est détenteur du Hachoir du Diable. Il va unir des villageois afin qu’ils combattent les monstres qui cherchent à les anéantir ! Aventure, danger, personnages bizarres et un dessin sublime, voici le cocktail que propose Eric Powell dans une série que l’on pourrait définir ainsi : « Conan Le Barbare au pays des Frères Grimm ».

Après avoir accumulé une somme d’histoires courtes nous présentant une véritable galerie d’affreux tantôt attachants tantôt effrayants, Eric Powell leur donne un peu plus de sens en les interconnectant et en les obligeant à choisir leur camp. Le vent a soufflé, la forêt est plus morne que d’habitude et les environs de ce coin des Appalaches doivent se préparer et craindre le pire : les sorcières du coin se sont rassemblées et ont décidé d’en finir avec leur ennemi juré, cet aveugle errant mais qui n’a pas son pareil pour les éradiquer.

En quatre épisodes, Powell rassemble donc sa ligue des Lonesome men extraordinaires et fait monter la tension. Au-delà de leur apparence, les héros ont le coeur sur la main et entendent bien sauver des vies humaines. Pas de chance, les habitants des villages environnants ne sont pas près de faire confiance à des personnages aussi crasseux et les rejettent toujours plus avec une violence inouïe. Il faut périr ou convaincre.

S’encombrant de flash-backs trop volubiles et surtout redondants par rapport à ce qu’on a lu dans les recueils précédents, Eric Powell déforce un peu son sujet et met du temps à rentrer dans le vif du sujet. Avec quelques passages superbes mais soporifiques. Il a le causant, notre auteur (et c’est sans doute l’histoire la plus « textuelle » proposée jusqu’ici pour Hillbilly), mais dans une guerre, sans doute faut-il économiser un peu ses forces, compter ses mots. Pour le reste, Powell est toujours un diable de dessinateur et réussit un récit qui va changer à jamais la destinée de son héros. Désormais moins humoristique que dramatique.

© Eric Powell chez Albatross Funnybooks

Série : Hillbilly

Tome : 3

Scénario, dessin et couleurs : Eric Powell

Traduction : Nick Meylaender

Genre : Fantasy

Éditeur VF : Delcourt

Collection : Contrebande

Éditeur VO : Albatross Funnybooks

Nbre de pages : 96

Prix : 15,95€

Date de sortie : le 26/06/2019

Extraits : 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.