Avec des cartes postales et une boussole magique qu’aiguille Kathryn Durst, Paul McCartney reste un garçon dans le vent et enchante la jeunesse

Quatorze ans après High in the clouds, Paul McCartney reprend sa plume pour autre chose que de la musique. Il faut dire qu’avec ses huit petits-enfants, le fringant septuagénaire a du pain sur la planche et doit faire preuve d’une imagination débordante pour les border d’histoires folles avant qu’ils n’aillent dormir. Et pourquoi faudrait-il garder privée cette histoire universelle qu’est La boussole magique.

Résumé de l’éditeur : Lucy, Tom, Em et Bob sont chez leur grand-père pour le week-end mais rien ne se passe comme prévu. Il pleut, les enfants sont de mauvaise humeur et tout le monde s’ennuie. C’est alors que Papy sort une pile de carte postales et, avec elles, une boussole magique qui les enverra à chaque coin du monde pour vivre les aventures les plus extraordinaires.

Il fait gris, et en plus il pleut. It’s raining cats and dogs comme on dit chez les English. Et, forcément, ça ne fait pas les affaires de Lucy, Tom, Em et Bob. Même si la maison de Papy est remplie de livres, de peluches mais aussi, forcément, d’instruments de musique, les « Canailles » ont vite fait de s’ennuyer. C’est sans compter la mémoire d’éléphant, la collection de cartes postales et non pas la baguette mais la boussole magique d’Edward.

© McCartney/Durst chez Puffin Books

Il n’y a pas que les tapis volants et les parapluies dans la vie. Une boussole, c’est quand même l’outil rêvé pour vous emmener ailleurs. Celle-là, il vous suffit de la positionner sur une carte postale, de réciter la formule enchanteresse et dépaysante… puis paf, boumm, pschitt, vous voilà ailleurs. Là où la pluie n’est plus qu’un mauvais souvenir. Plage idyllique, western héroïque, alpage suisse, il y en aura pour tous les goûts. Mais papy devra rester vigilant, le danger guette toujours.

Pour donner corps, fantaisie et féerie à sa rêverie avant d’aller dormir, Sir Paul McCartney peut compter sur Kathryn Durst. Émancipée de la maison Pixar pour laquelle elle a longtemps officié, l’auteure est un peu paresseuse sur la gestuelle et les expressions du papy, il est vrai peut-être un peu rouillé, mais beaucoup plus expressives dans les illustrations dont elle orne le texte du Beatles. Avec des animaux, des décors de cinéma, et de la vie, beaucoup de vie. C’est souriant, bienveillant, et surtout tellement ouvert sur le monde qui nous entoure.

© McCartney/Durst chez Michel Lafon

Puis, qu’est-ce que c’est chouette de trouver dans ce récit aucun signe de nouvelles technologies. Il est si bon d’ouvrir les malles, de retrouver des trésors et les cartes postales merveilleuses et évocatrices. Alors que l’art d’en faire et d’en envoyer s’est perdu. Évocatrices, comme cet album, pas d’une folle imagination mais avec assez de ressort pour épanouir et relaxer nos têtes blondes. Allez, zou, au lit!

© McCartney/Durst chez Michel Lafon

Titre : La Boussole Magique

Écrivain : Paul McCartney

Illustratrice : Kathryn Durst

Éditeur : Michel Lafon

Éditeur VO : Puffin Books (Penguin)

Sortie: le 12/09/19

Nbre de pages : 32 pages

Prix : 13,95 €

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.