Bonaventure fait sa « Mei-thologie » et refuse de faire taire la musique !

La parole n’est pas universelle, la musique, si. Quelle que soit sa langue, elle fait vibrer et provoque des émotions (positives comme négatives). Mais qu’adviendrait-il si un jour un despote ou une secte se mettait en tête de conjurer à jamais le quatrième art ? C’était déjà le cas dans Footloose. C’est dans la mythologie que Bonaventure plonge à nouveau pour offrir une aventure jeunesse mais aussi adulte à Mei. La seconde.

© Bonaventure chez Sarbacane

Résumé de l’éditeur : La paix est revenue sur l’archipel, et la jeune reine Reddeznah confie à Mei et ses amis une mission d’importance : une chasse au trésor. Ils doivent partir sur une île lointaine !
Mais très vite, un ennemi se met en travers de leur chemin : les Apôtres du Silence, ennemis jurés de la musique. Avec sa harpe, Mei, dernière barde du royaume, devient leur cible. Mei et ses amis parviendront-ils à déjouer les terribles plans de ce nouvel ennemi ? Et trouveront-ils les premiers le trésor tant convoité ?

© Bonaventure chez Sarbacane

Traiter de la musique, du son, en BD, en voilà un défi pour un art qui, a priori, doit susciter et faire appel à l’imagination du lecteur sans/pour être sonore. C’est ce que tente de faire Baptiste « Bonaventure » Corteggiani avec ce second tome de Mei. Pour être honnête, je n’avais pas lu le premier, L’archipel sans étoiles. Rien d’handicapant à cela, on se familiarise très vite avec ces jeunes héros à l’image de leur public : enfantin, avant tout.

Inventant une mythologie et cartographiant l’irréel (animé tout de même d’intentions castratrices et liberticides comme peuvent en générer certains régimes dans notre monde), Bonaventure nous emmène à l’… aventure, soufflé par les vents, sur une mer cachant quelques monstres bien plus inoffensifs que ce que les hommes tentent d’imposer. Un monde dont les vocalises doivent être unidirectionnelles et tout acquise à une vision despotique. Mais qu’une bande d’amis, soudée, entend bien contrecarrer.

© Bonaventure chez Sarbacane

Avec un dessin simple et direct, tirant à profit l’essence des mythes pour galvaniser les péripéties de ses héros, le coloriste prouve qu’il a toute sa place au dessin et crée une nouvelle odyssée, bien différente de ce que proposent Kid Toussaint et Kenny Ruiz qui se démarquent aussi dans ce genre avec Télémaque, intelligente et palpitante. Avec du fond et des bons sentiments.

Série : Mei

Tome : 2 – Le trésor du roi magicien

Scénario, dessin et couleurs : Bonaventure

Genre : Aventure, Jeunesse

Éditeur : Sarbacane

Nbre de pages : 48

Prix : 12,50€

Date de sortie : le 03/04/2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.