Ce n’est pas tout de s’appeler The Killmasters quand on joue du metal, encore faut-il tuer le démon !

Imaginez un cri retentissant dans la nuit norvégienne. Un metalleux vociférant ? Peut-être. L’effet d’un monstre répugnant et se nourrissant de sang, sûrement. Nous sommes en 1995 et l’histoire dont  Damiàn et Javier ont été les témoins est restée inconnue. Pourtant, eux peuvent le dire, tout s’est passé comme ça !

© Damian/Javier

À lire aussi | Les Japonais ne sont pas les seuls à construire des « Méchas », la preuve avec Damiàn et Nico Naranjo et leurs robots/armures made in Europe

© Damian/Javier chez Ankama

Résumé de l’éditeur : Norvège, 1995. The Killmasters, un groupe de metalleux, rentrent chez eux après un concert. Sur la route, ils repèrent un camion duquel s’écoule du sang et se lancent à sa poursuite. Ils le retrouvent abandonnés dans un coin reculé de la forêt et des bruits effrayants s’en échappent. Alors qu’ils s’apprêtent à fuir, ils sont arrêtés par des chasseurs. Quand l’un des hommes ouvre la remorque, une créature monstrueuse apparaît et commence à massacrer tout le monde…

© Damian/Javier

Quand l’incandescence espagnole rencontre la froideur de la Norvège, ce n’est pas pour faire dans le détail. C’est sous les paroles de Dark Throne que cet album, comme un long sprint, s’ouvre. Sous « une Lune funéraire ». On ne croit pas si bien chanter. Très vite, nos héros de Metal, ronflant dans le chaos de cette route tortueuse tandis que le conducteur tente de garder les yeux ouverts, vont être confrontés à un camion tout droit sorti du Duel de Spielberg. Il y a aussi quelque chose d’un Venom. Incontrôlable et dangereux, son conducteur comme envoûté.

© Damian/Javier chez Ankama

On le suit à la trace, la traînée de sang qui s’en échappe servant de fil rouge. Et d’une forêt à un village tout aussi perdus, vedettes et autochtones vont devoir lutter contre un monstre semblant insubmersible. Les Killmasters méritent-ils leur nom ?

© Damian/Javier chez Ankama

Comme envahis par le stress de la situation, Javier dessine à tombeau ouvert quitte à semer un peu la confusion dans cette narration oscillant entre torrent d’hémoglobine et déluge de feu. Les visages sont taillés à la serpe, les yeux injectés, c’est vif et infernal. Durant 70 pages, les mots sont chassés par les actions et les revers, dans une lutte pour la mort ou pour la vie. Si The Killmasters était un film, il serait à gros budget. Javier se déchaîne.

© Damian/Javier

Pourtant, le scénario reste unidirectionnel. Du moins, jusqu’à la dernière planche posant question. Une série B inaboutie mais servie par un dessin flamboyant et corrosif, peut-être un peu trop serré dans ce format un peu trop petit (plus grand qu’un comics, plus petit qu’un album traditionnel).

© Damian/Javier

Série: The Killmasters

Récit complet

Scénario: Damiàn

Dessin et couleurs : Javier

Genre: Horreur

Éditeur: Ankama

Nbre de pages: 72

Prix: 14,90€

Date de sortie: le 30/05/2019

Extraits : 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.