Les Japonais ne sont pas les seuls à construire des « Méchas », la preuve avec Damiàn et Nico Naranjo et leurs robots/armures made in Europe

Le monopole des ressources naturelles est toujours au centre des conflits, mais quand les enfants sont amenés à combattre, l’amitié et le respect ne sont jamais loin. Place aux Enfants de la colère de Damián et Nico Naranjo. Vous ne serez pas déçus par la qualité du service après vente !

© Damián / Naranjo chez Ankama

Résumé: Planète Aegis. Grâce à sa supériorité technologique et militaire, la Confédération des États du Nord exploite les ressources naturelles des régions sous développées du Sud. Pour contre-attaquer, la résistance utilise un nouveau type de méchas. D’apparence plutôt rudimentaire, ils sont pourtant rapides et bien organisés. Quand la CEN parvient enfin à en capturer un, ils découvrent que ce mécha est piloté par un enfant…

© Damián / Naranjo chez Ankama

Quand il s’agit de voler ou d’exploiter les ressources naturelles de son pays ou d’un pays tiers, l’homme possède une imagination débordante. Sur la planète Aegis, la Confédération des États du Nord, grâce à leurs avancées technologiques, utilise des drones méchas pour asseoir leur domination. Mais c’est sans compter sur le savoir-faire des Régions « sous développées » du sud. Après avoir récupéré, pendant une offensive de la CEN, des morceaux d’une armure, ils parviennent à créer leurs propres méchas. Ne bénéficiant pas de le même technologie, ils font appel aux enfants pour les piloter. Mais pas n’importe quels enfants … Plus rapides et mieux synchronisés sur le terrain, ils se montrent bien vite supérieurs aux machines télécommandées de la CEN. Mais « les enfants de la colère » vont-ils parvenir à endiguer l’expansion colonisatrice de la CEN?

© Damián / Naranjo chez Ankama

Damiàn est un Barcelonais né en 1976. C’est en 2010, après avoir travaillé comme éducateur, qu’il débute sa carrière de scénariste. Sa première collaboration, il la dirigeavec son frère sur « Blechkoller ». Nico Naranjo, lui, est le dessinateur. Diplômé des Beaux-Arts, il a collaboré à de nombreux « fanzines ». Son premier album solo était « La Patrouille Toucan ».

© Damián / Naranjo chez Ankama

Il n’y a pas que dans les mangas qu’on voit des méchas convaincants. Et cela fait du bien. Moins extraordinaires que les versions japonaise mais tellement attachants grâce a une belle réalisation. L’homme n’est pas avalé pour autant dans la machine. Dans cet album, le lecteur reconnait bien le pilote de l’armure car celle-ci possède certaines de ses caractéristiques physiques. Cela les rend plus proches de nous et accessibles.  Avec son dessin très typé « jeunesse » (tout est en rondeur, les traits adoucis…),  Naranjo réussit à plonger le lecteur dans un univers violent où la guerre marque autant les corps que les esprits. Malgré les thèmes assez durs  abordés, les petits (9, 10 ans) et les grands apprécieront le monde des Méchas. Les scènes de combats sont efficacement rythmées grâce à un dessin très précis dans l’élaboration des actions. Le découpage des planches est très efficace également ce qui permet d’avoir une lecture fluide et un compréhension de l’histoire optimale.

© Damián / Naranjo chez Ankama
© Damián / Naranjo chez Ankama

Le scénario, lui, est assez conventionnel: une super puissance volant les ressources d’un pays plus faible et s’appuyant sur une technologie plus avancée… Mais il ne faut pas s’arrêter là. L’histoire est pleine de rebondissements. Le vocabulaire facile et pas volumineux permet une lecture rapide. Ce récit nous enseigne aussi quelques notions fondamentales telles que: l’amitié, la tolérance, le pardon, etc. encore des sentiments propres au manga et aux shonen plus particulièrement. Mais également sur ce que les conflits armés peuvent produire comme comportements sur les hommes (adultes et enfants). Pour les plus jeunes, c’est une belle première approche, soft mais efficace. On se prend vite à aimer cette petite bande de potes forcée par le destin à protéger leur nation, leur peuple et leurs amis. La psychologie des personnages parfois quelque peu stéréotypée ne dessert pas l’intrigue. Au contraire, comme le dessin typé « jeunesse », elle permet de mettre une certaine « légèreté » sur l’histoire.

© Damián / Naranjo chez Ankama

Je recommande chaudement cet album pour son graphisme « doux » permettant d’appréhender des thèmes parfois très durs et son approche des mangas, ici plus particulièrement l’univers des Méchas. J’attends la suite avec impatience. Les Editions Ankama ont une nouvelle fois réalisé un super travail sur l’impression, la qualité des couleurs et sur le rendu de la jaquette.

Série: Les enfants de la colère

Tome: 1

Scénario: Damiàn

Dessin et couleurs : Nico Naranjo

Genre: Sciences Fiction, Mechas

Éditeur: Ankama

Nbre de pages: 72

Prix: 14,90€

Date de sortie: le 30/05/2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.