Des lectures dans les pédales avec Raymond, Bernard et les héros du Tour de France d’il y a trente ans

Contrairement aux autres années, nous n’avions pas mis jusqu’ici la main sur des lectures sportives pour accompagner le Tour de France. C’est chose faite avec non pas un ni deux mais trois albums de BD. Et à l’heure où l’Hexagone bout et s’exalte sur un potentiel vainqueur français après tant de temps, on a retrouvé des traces graphiques d’inoubliables champions. Tous en selle, ça va être explosif avec Poulidor, Hinault et le souvenir d’un tour endiablé, il y a trente ans.

© Cabanes chez Dupuis

À lire aussi | Thomas Liera et Didier Ocula remportent le Tour de France en… BD : « Nous ne voulions pas être des magiciens mais être crédibles, au détail près, face à notre héros qu’est le vélo »

À lire aussi | En balade à vélo, Monsieur Iou fait le Tour de Belgique hors des sentiers battus (Interview)

À lire aussi | Dans l’oeil du cycl-one de la Grande Boucle des jeunes années, Frédéric Kinder fait merveille

Raymond, c’est un joli nom pour briller

© Poulidor/Legrand/Girard chez Mareuil Éditions

Résumé de l’éditeur : Comment devient-on un champion alors que rien ne nous y prédestine ? Un  don, la chance, l’entraînement ? Fan de Marcel Cerdan, 2e meilleur élève de son canton, incapable de se payer ni vélo ni étude secondaire, comment un jeune paysan devient-il une icône du cyclisme mondial ?  De la Seconde Guerre mondiale à la guerre d’Algérie, RAYMOND vous invite à découvrir la jeunesse de Raymond Poulidor, le métayer qui deviendra l’une des légendes du cyclisme.

© Poulidor/Legrand/Girard chez Mareuil Éditions

Dans ce premier morceau de bravoure, nous prenons la roue de Mareuil Éditions, présent par deux fois dans cet article, en compagnie de l' »éternel second » mais premier dans beaucoup de coeurs : Raymond Poulidor. Sacré destin que celui de ce garçon de ferme qui a longtemps couru pieds nus sur le vélo de sa mère en se rêvant avec les poings de Marcel Cerdan (celui dont on écoute les matchs plein tube à la radio). Pourtant, les gants de boxe, ce n’est pas pratique pour se frotter les yeux quand on va vivre un rêve éveillé. Dire qu’une pneumonie a failli emporter, dans sa jeunesse, ce petit gars était déjà assez costaud que pour survivre, entouré de l’amour de ses parents et d’une fratrie prête à l’emmener faire les 400 coups (la pêche à la grenade, ça vous dit quelque chose?).

© Poulidor/Legrand/Girard chez Mareuil Éditions
© Poulidor/Legrand/Girard chez Mareuil Éditions

Avec son puits de science composé de pas mal de bouquins conçus en collaboration avec les grands champions, faire de la BD n’était pas une idée folle pour Mareuil. Projet concrétisé, sous l’impulsion de Jeff Legrand, en passionné de la petite reine, et de Christophe Girard qui a le trait parfait pour capter l’émotion des gens simples. En duo sur la bicyclette sur un chemin de près de 140 planches, les auteurs, sous l’oeil bienveillant de « La Pouliche » (un surnom scandé en bord de route des premières course régionales auxquelles se mêla Raymond et qui surprit les Louison et Geminiani), raconte les premières années de celui qui ne s’était pas encore fait un nom, ni un prénom. Pendant la guerre et avant le service militaire, avec ce désir du héros de faire des études mais entravé par la volonté de ses parents qu’il aille aux champs. Mais le dieu Merckx sait que le vélo est un sport d’endurance.

© Poulidor/Legrand/Girard chez Mareuil Éditions
© Poulidor/Legrand/Girard chez Mareuil Éditions

Voilà un roman graphique, noir sur blanc, pas si loin de ce que fait un Tardi, qui se veut malin et bon enfant, avec ce qu’il faut d’explosions de joie et quelques déconvenues. Au pain et à l’eau claire, c’est le destin qui s’invite auprès d’un homme qui rêvait mais n’y croyait pas. Mais qui une fois en course, allait tout donner. L’histoire d’un héros tout ce qu’il y a de plus ordinaire qui avait la fringale, la bonne. Cet album se termine sur la première victoire de Poulidor, le reste n’est plus à inventer, est écrit en lettres d’or, haut en couleurs. Une vraie belle histoire, exécutée avec ce qu’il faut de sueur et de passion.

© Poulidor/Legrand/Girard chez Mareuil Éditions

De Hinault en héros, à la force du caractère

© Hinault/Legrand/Ronteix chez Mareuil Éditions

Résumé de l’éditeur : Bernard Hinault est un jeune coureur breton au potentiel reconnu et au caractère bien trempé. Convaincu qu’il peut devenir professionnel, il n’a qu’un but : marquer l’histoire de son sport. Et pour y parvenir, un monstre incontournable à affronter : le Tour de France !

© Hinault/Legrand/Ronteix chez Mareuil Éditions

Changement de style graphique total pour épouser la nervosité du Blaireau (un temps appelé le Borgne, comme raconté ici, qualificatif vite abandonné), Bernard Hinault. Même constat, d’abord, Mareuil a des ressources inépuisables pour nourrir les destins de champions, sur la route, les textes ou les planches. Puis, c’est Jeff Legrand qui reprend la musette pour revisiter la pugnacité de celui deviendrait le dernier vainqueur français du Tour (du moins avant 2019, qui sait ?). Un gaillard au caractère bien affirmé dès le départ, explosif et difficilement docile. Un homme qui savait dès le départ ce qu’il voulait… et ce qu’il accomplirait. Car le premier à miser et à croire sur Hinault, avant les grandes équipes, c’était Hinault lui-même. Capable de se faire aimer comme de se faire détester.

© Hinault/Legrand/Ronteix chez Mareuil Éditions

Pour sucer la roue de ce sacré baroudeur, c’est le tout jeune Fabien Ronteix qui a mis les mains aux cocottes. Second du Magic International Manga Contest relevé, ce Bordelais (comme Louis Trousselier) puise ses inspirations du côté du manga qu’il met au format franco-belge. Ce qui marche peut-être mieux au format webcomics ou en manga (on n’a pas su traduire son puissant Gunter publié au Japon sur le web, mais ça poutre). Cet auteur qui fait ses armes a dans ses mains une énergie dévastatrice, expressive avec des scènes superbes (ah les envolées cyclistes, le bon air de la mer, l’arrivée sur les Champs) mais aussi, parfois, des cases manquant de fignolage et percluses par une simplification des traits (et peut-être que Fabien voit plus la vie en noir et blanc qu’en couleurs, en fait, et que celles-ci parasitent finalement le résultat final ?) et un lettrage semblant fait-main et déforçant un peu le sérieux de l’affaire.

© Hinault/Legrand/Ronteix chez Mareuil Éditions

Car, comme avec Raymond, nous ne sommes pas sur des albums qui surfent la vague (ou la montagne) à coups de gags vus et revus et pouvant s’appliquer à bien d’autres cas que le cyclisme. Ici, il y a de la passion et de l’information, le goût de l’exploit à la force des jambes et de la gouaille. Car quand Nanard fâché, lui toujours faire ainsi.

© Hinault/Legrand/Ronteix chez Mareuil Éditions

Voilà donc un album qui a tout du livre de jeunesse, avec la fougue et les dents serrées, le bagout d’imposer sa loi pour voir la vie en jaune.

© Hinault/Legrand/Ronteix chez Mareuil Éditions

Le dernier grand Tour… avant celui de 2019 ?

© Cabanes chez Dupuis

Résumé de l’éditeur : La Grande Boucle, le Tour, la plus prestigieuse des épreuves cyclistes sur route et la plus ancienne a été suivie par Max Cabanes pour son édition de 1989. Ce passionné de vélo y découvrira les émotions de cette course plus qu’exigeante. Son récit est livré dans une nouvelle édition, écrin poétique pour le rêve de gosse que l’auteur va vivre, en réalisant enfin sa boucle magique. Un reportage qui permet de découvrir plus que jamais le Tour de France et les 3 285 kilomètres que les coureurs devront réaliser cette année-là.

© Cabanes chez Dupuis

Moi, ça fait longtemps que je me passionne plus pour le Giro et la Vuelta, que je trouve bien plus durs, extraordinaires et fougueux que le Tour de France qui avait pris, ces dernières années, le pli de créer un faux-suspense où la suprématie non-négociable d’un coureur et les technologies omniprésentes et contrôlant tout avaient peut-être relégué la passion pour laisser la place à l’ennui. Jusqu’à ce 106e tour qui a relancé la machine à s’enflammer. Pour les Belges, pour les Français, pour l’amour du sport et de ceux qui le font sans compter.

© Cabanes chez Dupuis

Comme il y a trente ans, deux ans avant ma naissance, où il a suffi de huit secondes pour… C’est ce Tour complètement « fou » que revisite Max Cabanes dans 1989, le grand Tour. Une « Boucle Magique » (le premier nom de cet ouvrage, dans une mouture franco-belge, en collaboration avec Jean Mamère) qui le redevient au format italien (on en profite encore mieux) et avec de nombreux dessins inédits qui l’enrichissent. Pour revivre le choc des titans, LeMond, Fignon, Roche père,  Delgado et ceux qu’on a oubliés, la palette de Cabanes est sublime. D’autant plus que dans ce carnet de voyage sur les routes d’une France cyclophile, si le sport est central, ses à-côtés sont magnifiés.

Cabanes prend ses aises, le maquis par rapport à la grande foule et aux officiels. Tant pis s’il rate quelques moments cruciaux, une étape, l’auteur profite et ne s’en laisse pas compte. Lui et ses aquarelles sont les seuls maîtres à bord de la grosse machine qu’est cette grande boucle. Et nous ? Nous la bouclons, bouche bée, admiratifs, face à cet équilibriste qui ne craint pas d’être en danseuse pour toucher du doigt le rêve intact de la grande fête populaire, souriante, généreuse. Peu importent les finances et les gros coups publicitaires. C’est l’humain, sur le vélo ou portant un drapeau, qui resurgit sur la ligne d’arrivée. C’est l’artiste avant tout, pas le sportif professionnel ni le manager, encore moins le journaliste, qui s’adresse à nous à travers les temps. Revisitant chaque étape à la main, ce qui authentifie tous les textes qui encadrent les images spectaculaires ou juste ordinaires, c’est un témoignage sensible et intime que livre Cabanes. Majestueux, magnifique.

© Cabanes chez Dupuis

Titre : Raymond

Récit complet

Scénario : Raymond Poulidor et Jeff Legrand

Dessin : Christophe Girard

Noir et blanc

Genre : Biographie, Sport

Éditeur : Mareuil Éditions

Nbre de pages : 144

Prix : 19,90€

Date de sortie : le 14/06/2018

 

Titre : Hinault – Objectif maillot jaune

Récit complet

Scénario : Bernard Hinault et Jeff Legrand

Dessin et couleurs : Fabien Ronteix

Genre : Biographie, Sport

Éditeur : Mareuil Éditions

Nbre de pages : 48

Prix : 14€

Date de sortie : le 04/07/2019

 

Titre : 1989, le grand tour

Carnet de route

Textes, dessin et couleurs : Max Cabanes

Genre : Ambiance, Carnet, Documentaire, Sport

Éditeur : Dupuis

Collection : Aire Libre

Nbre de pages : 96

Prix : 26€

Date de sortie : le 05/07/2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.