S’élancer et prendre la vague, le large s’appelle Rive et il nous appelle !

Rive. C’est un nom qui laisse rêveur, songeur, dont on sent l’écume ou le monde qui nous attend si on passe le gué. Rive, ça sonne bien et beau, comme un rêve d’évasion mais pas totalement déconnecté. Duo formé par Juliette Bossé et Kévin Boxes, Rive lève le voile sur un premier album, Narcose, et le jour se lève un peu plus, dans l’eau scintillante et mouvementé qui fait la force du tandem. Il rafraîchira cet été avec des passages notamment aux Francofolies (le jour des Belges!), au Brussels Summer Festival, au Cabaret Vert et aux Solidarités. Partons à l’aventure.

À lire aussi | Rive, nouveau bijou dans les eaux pop et électro : « Chanter en français, c’est s’apprivoiser les nuances, exploiter les sens cachés »

« Alors, il vaut mieux se dire adieu… » Ouvrir un premier album avec ces mots, c’est quand même courageux. Soit, il faut être sûr de son coup. Ou alors il faut croire en ce qu’on fait. Et c’est plutôt cette deuxième proposition qui convient à ce qu’a réalisé le duo Rive. Tant l’eau-dyssée est belle.

Dix mots (de Vogue à Nuit), rien de plus, comme tracklist pour se compléter et se provoquer, se mêler et décupler les champs lexicaux et les possibles musicaux sous le pouvoir de la narcose. Un sommeil qui n’a rien de naturel puisque d’origine médicamenteuse nous explique le dico. Mais dont Juliette et Kévin semblent plus concernés par l’éveil qui s’ensuit. Avec un regard neuf sur les couleurs et les tonalités qui filtrent. Un album, avant même de l’écouter (peut-être, moins, il est vrai, à l’heure du streaming), c’est d’abord un choc esthétique et visuel. Et à chaque pochette, tranchée, habitée d’une beauté étrange, intacte. Encore une fois, Temple Caché s’y est collé, avec Nicolas Pitz.

Une porte grande ouverte sur un univers de sensations. Extatique. Mêlant pop et electro, bidouillage et expérimentations (il y a quelque chose de la musique des films d’anticipation) à des textes envoûtants, il y a en Rive quelque chose d’à la fois relaxant et de reboostant. De rituel, aussi. D’intemporel et d’étonnamment moderne. L’exemple par excellente ? Filles, qui cultive la force des amazones. La dream pop se fait revendicatrice et c’est salvateur. Comme sur Soldat.

Les morceaux s’assemblent, colorés et vivifiants, sans temps mort, sans ventre mou. Tous ont quelque chose à dire, à émouvoir. Le sublime Croisades, en premier. Et puis, en conclusion parfaite, Nuit avec une vraie fin pour ce premier album royal et d’une beauté sublime. Sensible.

On se met à rêver qu’un jour Rive rencontre Christophe. Ils sont de la même trempe.

Rive

Narcose

10 titres

37 min

Art-i

Sorti le 01/03/2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.