De tourments en torrents, Elma, tu seras une femme, mon oursonne !

Attention, petit trésor pour ceux à qui on tient comme à la prunelle de nos yeux, intrépides héros du quotidien, naïf et vifs, les enfants. Elma, une vie d’ours, encore plus avec ce deuxième et dernier tome, c’est l’album que j’aurais rêvé avoir comme première lecture quand j’étais petit. Bon, il y en a eu d’autres, mais j’aurais tant aimé m’en faire un souvenir dément et y revenir sans cesse, sans m’en lasser. Comment pourrait-on?

À lire aussi | Petit loup, petit ours, la forêt te tend les bras avec Elma

À lire aussi | Les livres diffusent la lumière; au fil des cases et de la vie, Léa Mazé en apporte la confirmation sublime

© Chabbert/Mazé chez Dargaud

Résumé de l’éditeur : Elma et son « papa » ours ont dû faire face à un parcours semé d’embûches pour rejoindre l’autre côté de la montagne où la fillette doit affronter son passé.

© Chabbert/Mazé chez Dargaud

Cette nature luxuriante, tournoyante, élancée mais menacée, Elma n’a connu qu’elle. Auprès de papa ours, elle vivait tel « un petit singe » plus que comme une petite d’homme, d’amour et d’eau fraîche. Il en faut peu pour être heureux, vraiment très peu.

© Chabbert/Mazé chez Dargaud

Sauf que, depuis quelques jours, au fil des arbres et des planches, le duo parfois explosif a entamé une épopée pour aller voir de l’autre côté de la montagne. Un grand dessein à accomplir, se murmure-t-il.

© Chabbert/Mazé chez Dargaud

Si petite et déjà ultime espoir pour ce monde en sursis, Elma ne va pas comprendre, quitte à rejeter l’indispensable et l’essentiel. Traquée par des forces sinistres, comme cette eau tourmentée, ravageuse. Pourquoi lui en veut-elle ?

S’éloignant du Livre de la jungle, Ingrid Chabbert et Léa Mazé (dont on avait beaucoup parlé, il n’y a pas si longtemps) livrent un album à craquer, à croquer. Loin de nos jungles technologiques, c’est le retour à la nature qu’elles permettent et célèbrent dans des décors vivifiants et débordant de créativité. Léa Mazé fait bonifier son style d’album en album, elle atteint ici un sommet de beauté et d’expressivité. Extasiant.

 

Le fond, lui, n’est pas en reste, et à l’économie de mots et à l’intensité de bonheurs simples, sur ce long chemin d’éducation et d’apprentissage, Ingrid Chabbert témoigne de sujets universels qui forgent l’identité emballés d’atours fantaisistes très accrocheurs. C’est juste un grand bonheur.

© Chabbert/Mazé chez Dargaud

Pourquoi ne retrouverions-nous pas un peu de la part de l’ours?

Série : Elma – Une vie d’ours

Tome : 2 – Derrière la montagne

Scénario : Ingrid Chabbert

Dessin et couleurs: Léa Mazé

Genre : Aventure, Anthropomorphe, Fantastique, Initiatique, Jeunesse

Éditeur : Dargaud

Nbre de pages : 44

Prix : 10,95€

Date de sortie : le 19/04/2019

Extraits : 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.