Impérial, Bertrand Belin a suspendu le temps et livré aux Nuits Botanique un concert de haut vol à la hauteur de son immense talent

Ce mardi soir, aux Nuits Botanique, le concert de Bertrand Belin affichait complet, et au vu de ce que nous a montré le Français sur scène, on a très vite compris pourquoi.

Bertrand Belin

Orangerie du Botanique, 19h30, les portes s’ouvrent et les premiers spectateurs se ruent vers le bord de scène, votre serviteur en tête. Eh oui, cette fois pas de photographe avec moi, je dois shooter et ramener de quoi illustrer cet article. Me voilà positionné, les hostilités peuvent commencer.

C’est Chance qui ouvre la soirée. Le chanteur belge, né Antoine Geluck, qui a désormais renoncé à son prénom et dont le célèbre papa continue à nous faire bien rire avec son félin préféré, a désormais un style qui lui est propre et développe une pop rock francophone inspirée.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

C’est léger et agréable et notre homme est fort sympathique. On passe donc un beau moment à l’écoute de ces 10 titres dont le dernier, « Trouble », fera bien bouger la salle.

Juste le temps de procéder au changement de matos sur scène, et voici que, sur le coup de 21h, les lumières s’éteignent et Bertrand Belin et ses musiciens déboulent sur scène.

Bertrand Belin

Dès les premiers instants du concert, le poète témoigne d’un charisme certain et démarre avec « Bec » dont le texte se traduit par peu de mots répétés de façon entêtante. Belin, dandy à la voix grave, auteur-compositeur-interprète, se transforme sur scène en un performer totalement habité dont l’univers musical et poétique se déploie sous nos yeux.

Bertrand Belin

Il nous cueille et ne nous lâche plus durant nonante minutes totalement envoûtantes où l’artiste déploie ses ailes et balance son rock brûlant alternant avec bonheur passages frénétiques et ambiances plus apaisées.

Bertrand Belin

Au passage, on reconnait « Bronze », « Sur le cul », « Glissé Redressé », « L’Opéra », une formidable version de « Grand Duc », « De Corps et d’Esprit », « Hypernuit », « Camarade » et bien d’autres titres tout aussi épatants.

Bertrand Belin

Dans la mouvance de feu Alain Bashung ou d’un Thiéfaine, Belin fait du Belin et a construit au fil des ans son propre chemin indépendant de toute comparaison.

Bertrand Belin

Au détour de ses chansons crépusculaires au désespoir sublimé, élégant et cinglant, Bertrand Belin renouvelle un rock français alternatif intelligent avec panache et sincérité.

Après sa prestation mémorable de lecture du journal de Nathan Adler et deux titres interprétés en compagnie de Stef Kamil Carlens, il y a quelques mois au Théâtre National dans le cadre du spectacle de Renaud Cojo Low/Heroes en hommage à David Bowie/Philip Glass avec le Belgian National Orchestra, Belin nous a cette fois envoûté avec son propre univers.

Hier soir, l’Orangerie a assisté à une énorme concert d’un artiste de premier ordre dont on n’a pas fini de parler. Tout simplement géant !

Jean-Pierre Vanderlinden

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.