Conan outragé, Conan brisé, Conan martyrisé mais Conan libéré au pied de la citadelle écarlate

Le voyage continue dans l’univers crée il y a près de nonante (quatre-vingt-dix) ans par Robert E. Howard avec un cinquième tome auquel se collent Luc Brunschwig , Etienne Le Roux (mais aussi le sanglant) et Hubert.

© Brunschwig/Le Roux/Hubert chez Glénat

Résumé de l’éditeur : Tout commence sur un champ de bataille. Conan, alors roi d’Aquilonie, affronte une coalition de traîtres menée par le sorcier Tsotha-Lanthi qui, pour venir à bout de la rage du cimmérien, use de ses sortilèges avant de le neutraliser de la plus lâche des façons. Capturé vivant, Conan est emmené dans les terribles geôles de la citadelle écarlate pour y subir un sort pire que la mort et obtenir son abdication, pendant que les armées du sorcier marchent vers sa capitale. L’horreur de la prison et la redoutable magie du sorcier auront-elles raison de la résolution inflexible de Conan ? Celui-ci parviendra-t-il à s’échapper pour rejoindre son peuple à temps ?

© Brunschwig/Le Roux

Le monde de Conan, pour peu qu’on ne s’y soit jamais plongé, est assez brillant dans sa manière de varier les plaisirs et les facettes de son personnage central, en fonction des époques dans lesquelles on croise le Cimmérien mais aussi les fonctions qu’il occupe. Tour à tour surhomme ou juste chanceux, brigand ou justicier.

© Brunschwig/Le Roux/Hubert chez Glénat

Cette fois, c’est dans la peau du déchu, du roi qui perd sa couronne que l’on retrouve le héros, toujours autant imbattable mais victime d’un sort et d’un complot. Durant cet album, le guerrier passera le plus clair de son temps emprisonné, enchaîné dans une geôle pas comme les autres, censée matérialiser ses pires cauchemars.

© Brunschwig/Le Roux/Hubert chez Glénat

Tel Bob Morane , Conan s’en sortira toujours autant et à temps, et cet album manque finalement d’enjeu dans ce qui restera une course folle vers la fin.

Première version de la première planche, révélée par Étienne Le Roux © Brunschwig/Le Roux
Version retenue de la première planche © Brunschwig/Le Roux/Hubert chez Glénat

Les auteurs semblent avoir été pris par le format et le manque de place que pour vraiment réussir à faire peur à leur héros (dont l’aura est clairement contrebalancée par une face sombre et pas très catholique ou digne de Crom) et à lui donner l’espace pour s’exprimer. Tout est joué d’avance, prévisible. 56 pages pour une telle fresque barbare, c’était trop serré pour la musculature du Cimmérien.

© Brunschwig/Le Roux/Hubert chez Glénat

Du coup, les coutures ont pété. Et n’ont apparemment pas convaincu les fans de l’oeuvre de Robert E. Howard qui expriment leur sensation d’être trahi. Novice dans ce bain de sang, je ne permettrai pas de juger.

Recherches © Le Roux

Reste le dessin de Le Roux qui se démène comme un beau diable dans cette veine réaliste qui n’empêche en rien l’héroïc-fantasy. Ça fouette, ça claque mais ça n’empêche malheureusement pas le premier faux pas de cette collection. Quelques cr…om en dessous des autres.

© Brunschwig/Le Roux/Hubert chez Glénat

Série : Conan le Cimmérien

D’après l’univers et les nouvelles de Robert E. Howard

Récit complet

Tome : 5 – La citadelle écarlate

Scénario : Luc Brunschwig

Dessin : Étienne Le Roux

Couleurs : Hubert

Genre : Fantastique, Guerre

Éditeur : Glénat

Collection : Grafica

Nbre de pages : 72 (+ 8 pages de cahier bonus réservé à la première édition)

Prix : 14,95€

Date de sortie : le 12/12/2018 (version en noir et blanc, le 03/04, à 29,95€)

Extraits : 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.