Villever… mine d’or et de poésie dans les mains de l’art-chitecte Julien Lambert

À la fin du premier tome – qui entre-temps a apprivoisé le Fauve Polar Sncf au Festival international de la BD d’Angoulême – de ce (premier?) diptyque, Julien Lambert nous avait laissé sans voix mais sous le charme de ce (super-)héros complètement paumé qu’est Jacques Peuplier, dans un monde dantesque et expansif. Villevermine, tentaculaire et déjà légendaire.

À lire aussi | Villevermine, le Gotham poétique et de post-it de Julien Lambert : « Personne ne se méfie des objets, encore plus quand ils sont perdus, ils sont pourtant les témoins de tout »

© Julien Lambert chez Sarbacane

Résumé de l’éditeur : Jacques Peuplier, privé taciturne aux dons singuliers, n’a pas l’intention de laisser VilleVermine, la ville poisseuse, la ville crasseuse, avoir… sa peau : il compte bien retrouver le scientifique fou qui lui a pris ce qu’il avait de plus cher. Pour cela, il va devoir affronter les répugnants hommes-insectes de ce dernier, et surtout, conclure une alliance avec le gang des gamins des rues sans foi ni loi, qui a lui aussi un compte à régler avec le vieux fou…

© Julien Lambert chez Sarbacane

Nous n’étions pas au bout de nos surprises, et encore moins de nos attentes. Énormes. Le garçon aux Bestioles fait donc suite à L’Homme aux babioles (on admirera le répondant entre les deux titres) et inverse la tendance, trouve un autre rythme, d’autres angles d’attaque mais toujours ce même punch. Et cette audace graphique mature mais allant de pair avec l’esprit d’un (grand) enfant. Dans Villevermine, rien n’est impossible mais tout se tient. De quoi faire rêver le plus large public possible.

© Julien Lambert
© Julien Lambert

À vol de mouche ou même d’oiseau, c’est un gigantesque terrain de jeu que Julien Lambert s’approprie, traînant la carcasse de Jacques Peuplier aux quatre coins de cette ville-monde, à la recherche de qui lui rendra son don perdu. Et sa voix. Cela passe par une cantatrice prisonnière, une bande d’enfants qui a pris sa liberté et nourri de haine pour les adultes, des savants fous, des mouches, des zombies ailés, un robot kaiju mais aussi un intrépide gamin et son chat qui vont avoir toute leur importance.

© Julien Lambert chez Sarbacane

Difficile d’être concis face à un univers tellement hors-norme. On pourrait s’attacher à chaque case, à toutes les règles que l’art-chitecte met en place et en profondeur pour régir son univers. Avec du supplément d’âme et une poésie toujours plus intense.

© Julien Lambert chez Sarbacane

Julien Lambert a mis dix ans à accomplir le début de destin de son personnage, tout coule dès lors encore plus de source. Ce héros qui ne ressemble à nul autre (un peu à Sandman), on le voit bien parcourir des planches et des planches, des années durant.

© Julien Lambert chez Sarbacane

Villevermine a le potentiel énorme pour nourrir une longue et belle série, réconfortante, attachante mais sachant se détacher de tout ce qu’on voit habituellement en BD. Julien Lambert réussit des tours de force en toute simplicité et en originalité, dans la générosité (quitte à se faire mal à la main devant tant d’ouvrage). On a rarement-jamais vu ça.

© Julien Lambert chez Sarbacane

Série : Villevermine

Tome : 2 – Le garçon aux bestioles

Scénario et dessin : Julien Lambert

Couleurs : Julien Lambert aidé par Martin De Clerfayt, Julien Mariette, François Spreutels, Manon Textoris et Kevin Van Uffelen

Genre : Aventure, Fantastique, Polar, Science-fiction

Éditeur : Sarbacane

Nbre de pages : 92

Prix : 18€

Date de sortie : le 03/04/2019

Extraits : 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.