VIDÉO| La grande évasion de Napkey en animation : une aventure sensorielle et humaine dont vous être le hé… robot

Paru en octobre dernier, le deuxième album de Napkey, Solstice, surprenait par con caractère conceptuel autour de « SOL, un jeune robot qui choisit l’exil, à la recherche de réponses existentielles. Guidé par Napkey, il devra trouver les clés de l’humanité afin de comprendre pleinement ce que signifie être humain. » Pourtant, c’est l’humain que le groupe hybride a réussi à captiver. Preuve en est, un nouveau clip fascinant.

Quand on visite la page Facebook d’un groupe, on sait souvent à quoi s’attendre… parfois pas. Le tandem Napkey se range (pour mieux être dérangés, maintenant qu’on les a découverts, on compte fouiller leur univers de fond en comble) dans la seconde catégorie. Ne fût ce que par leurs centres d’intérêts, dans la lune pour des musiciens : « Musique / Isaac Asimov / Astronomie / Sciences /Exploration ». Tout est ordonné, pourtant, ils ne sont pas les nouveaux Stephen Hawking (qui sait, après tout ?) ni les Bogdanov. S’ils sont deux à être les visages du collectif, Benjamin Cholet et Justine Rousseau (deux Parisiens qui se sont rencontrés à… Shanghai) voyagent dans la musique, du genre électro-pop, comme on part à la conquête de l’espace.

Et pour les accompagner, un team transversal s’est noué pour donner corps aux rêveries : courts-métrages, clips, instruments uniques au monde (le NapkeyChord) et collection capsule en collaboration avec les Ateliers Hère. Florian Sauvage & Côme Balguerie se chargent eux de l’identité visuelle. Comme ce clip de toute beauté et poétique.

En témoigne d’ailleurs le nouveau clip tiré de leur second album, Great Escape. La conquête spatiale a de nouveau le vent en poupe (au cinéma, avec Thomas Pesquet mais aussi en musique, regardez Marvin Jouno) et l’animation, pareil. Après le clip dégainé par Stuck in the sound, on repart dans une aventure graphique, incroyablement graphique, et on en prend une nouvelle fois plein les mirettes, une fois qu’on a démarré la machine, la navette.

Le groupe raconte : « Great Escape illustre la prise de conscience du jeune robot SOL, qui décide de s’émanciper en quittant sa planète d’origine STELLAR ROCK. C’est le point de départ d’un périple stellaire sous l’égide de Napkey, à la recherche des clés de l’humanité. 🚀 »

Pas si loin de Daft Punk ou de M83, la french touch a encore beaucoup de chose à dire et à faire ressentir, c’est sûr. Il y a de la place pour l’humain et le naturel dans cette musique électronique, et ce n’est pas si courant.

Pour nos amis français, Napkey sera en concert aux Étoiles (on ne connaît pas cette salle mais au vu du nom, elle doit être faite pour elle), le 25 janvier. Great Escape se retrouvera lui sur la sélection “Kitsuné Parisien 5” (sortie le 22 février 2019).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.