La meilleure d’entre nous…où l’apprentissage du bonheur.

Douceurs (sucrées), tendresse, humanité, bonheurs simples, rêves de vies parfaites et réalité du quotidien, épanouissement, destins de femmes… Voilà quelques ingrédients de ce roman tendre et bienveillant, qui vous donnera autant de bonheur d’une madeleine et un chocolat chaud, au coin du feu par une après-midi d’hiver.

La meilleure d’entre nous est le premier roman de Sarah Vaughan (aussi auteure de la ferme du bout du monde dont la lecture m’avait bouleversée d’émotions).

Un concours de pâtisseries organisé par une célèbre enseigne de grands magasins a pour objectif de trouver la nouvelle Kathleen Eaden. Femme d’intérieure parfaite, Kathleen a écrit un ouvrage mondialement connu en 1966 : l’Art de la pâtisserie. Kathleen est décédée l’année passée et l’enseigne commerciale cherche une nouvelle égérie pour sa gamme de sucreries. Claire, Vicki, Jenny, Karen et Mike sont sélectionnés pour les épreuves pratiques dans le grand manoir anglais de la famille Eaden. Les épreuves se suivent et les personnalités se révèlent.

Vicki est maman d’un petit garçon de 3 ans. Elle a arrêté sa carrière d’enseignante (pourtant décrite par l’inspection comme « l’institutrice parfaite ») pour élever son petit Alfie… Mais après trois ans à la maison, elle doit se rendre à l’évidence, elle n’est pas la femme parfaite qu’elle aimerait être : sa maison est en désordre; son mari, souvent absent; ses éclats de voix contre son fils beaucoup trop fréquents et les séances de pâtisserie avec son fils, le seul moyen de développer un lien entre eux.

© Alexas Photos

Jenny a la cinquantaine bien sentie et le poids qui s’est installé avec les années. Mariée, mère de 3 filles, cuisinière hors pair, elle a tout de la femme au foyer comblée. Mais ses filles sont parties aux quatre coins du monde pour suivre leurs chemins de vie, son mari s’est récemment converti à la salade thaï et aux entraînements sportifs intensifs. Les tourtes et gâteaux qu’elle prend plaisir à préparer ne sont plus dévorés par personne.

Karen, taille 36, femme conquérante, mitonne des petites douceurs sucrées dans une cuisine plus hygiénique qu’une salle d’opération. Elle suit les recettes à la lettre, refuse de goûter une miette de ses mets raffinés et vit dans une grande maison bourgeoise, financée entièrement par son mari. Mère de deux adolescents, elle organise et prévoit mieux qu’un ministre.

© Pixels 2013

Claire est une très jeune mère célibataire qu’un conjoint trop immature a quitté trop tôt. Elle est adepte de pornographie alimentaire… Trop pauvre pour acheter une gousse de vanille (qui coûtent le prix de 500 g de haché préparé, soit 3 repas pour sa fille Chloé), elle passe son temps à lécher les magazines culinaires ou les émissions de télévisions relatives à la pâtisserie… Quand elle doit se contenter de préparer un simple cake aux carottes.

Mike est le plus discret des participants. 40 ans, souvent en retard, il semble jongler pour garder l’équilibre de sa vie.

© Hans

Vous l’avez compris, Sarah Vaughan prend le prétexte de ce concours culinaire pour nous dresser le portrait de ces femmes et de cet homme. Des portraits de vies pas si parfaites que ça, des personnalités plus complexes qu’il n’y paraît. On découvre au fil des pages, pourquoi la pâtisserie a pris cette part importante dans leur existence. On suit leurs envies, leurs rêves, leurs espoirs… les relations qui se tissent entre eux aussi…parce qu’ils ne sont pas si différents, au fond.

Très joli roman, tout en douceurs sucrées, tout en finesses. Un roman qui laisse une grande part aux être humains, au temps qui passe, aux choix qui nous rendent heureux… ou un peu moins. Un roman sur l’importance du bonheur, sur la différence qui existe souvent entre ce que l’on projette de la vie de l’autre et la réalité. Une vie parfaite…est ce que ça existe réellement…est-ce que c’est l’objectif à atteindre ?

© Free-Photos

Sarah Vaughan nous offre avec ce premier roman tous les ingrédients qui explosent dans la ferme du bout du mondeC’est tendre, doux, bienveillant et positif…et en plus… ça donne faim !

Résultat de recherche d'images pour "la ferme du bout du monde"

Très joli moment de lecture, à accompagner de scones à la vanille ou d’une tarte au citron meringuée…Faites les courses avant de commencer la lecture car il est inévitable de succomber, tant au charme de l’écriture de Sarah Vaughan, qu’à la délicatesse d’un parfait au chocolat-framboises…

Titre : La meilleure d’entre nous

Auteur : Sarah Vaughan

Traductrice : Alice Delarbre

Editions : Préludes

Nbre de pages : 473

Date de sortie :  le 08/04/2015

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.