Monde de la nuit, certainement pas de l’ennui #4 : dans Alt-life, Cadène et Falzon font de l’humain un dieu créateur tout-puissant dont les désirs font désordre

Au hasard des pérégrinations livresques et surtout bédéphiles, il arrive souvent que certains albums se prolongent, de par leur thème, leurs enjeux, la façon dont ils se projettent dans le réel ou dans la fiction. Dans ce nouveau topic, nous allons pénétrer (au propre, au figuré et même au fantasmé, vous verrez) un monde de la nuit pas si facilement appréhendable quand on vit au soleil. Certains n’en ont plus forcément l’habitude et ils font partie des riches rencontres que sèment les auteurs que nous allons suivre en bords de planches pour, ensuite, mieux nous fondre dans une foule (pas toujours sympathique) et dans un monde étrange, fascinant et parfois effrayant. Oubliez les idées reçues et les craintes, on repart d’une page blanche que nos auteurs vont très vite animer.

À lire aussi | #1 : De l’autre côté du bar, entre boire et déboires, Pauline voudrait bien vous y voir

À lire aussi | #2 : Nicolin ne calme pas les hardeurs et décrypte un monde sous X que les moins de… 18 ans ne peuvent (ou sont censés) ne pas connaître

À lire aussi | #3 : Strip-tease, avoir à corps de changer le regard des autres et à coeur d’être bien dans le string de sa vie

© Cadène/Falzon/Galopin chez Le Lombard

Et si l’extinction des feux propre au passage du marchand de sable et à la venue du sommeil n’était que propice à en rallumer d’autres ailleurs, dans le vie-rtuel, plus loin que le gaming et la réalité virtuelle. Il y a une vie dans l’immobilité physique clouée dans une bulle, décuplée par la puissance de l’esprit décloisonné, sans plus aucune limite. C’est la vision que nous offrent Thomas Cadène, Joseph Falzon et Marie Galopin dans Alt-Life. Alors, forcément, c’est un peu le hors-contexte de ce topic consacré au monde de la nuit. Pourtant, si c’est la nuit qu’on fait les rêves les plus fous, les plus forts, les plus dangereux aussi; Alt-Life y est complètement raccord.

Résumé de l’éditeur : Une petite histoire de l’avenir. Josiane et René sont de la génération 50/50 : à moitié dans le réel, à moitié dans le virtuel. Fuyant un monde à l’agonie, ils se portent volontaires pour la plus définitive des expériences : être les pionniers d’un nouveau monde, 100% virtuel, sans retour possible. Un monde que leurs désirs façonnent et duquel ont disparu la douleur ou les besoins naturels. Cet univers où tout est possible (ou presque) va devenir l’aventure qui définira les contours de leur avenir et de celui de tous ceux qui choisiront de les rejoindre. Bien sûr, parce qu’ils sont comme tout le monde, Josiane et René vont beaucoup s’intéresser au sexe.

© Cadène/Falzon/Galopin chez Le Lombard

Étrange objet du désir, étrange objet du dégoût que cet objet et néanmoins roman graphique non-identifié sorti de l’imagination de Thomas Cadène et Joseph Falzon.  Pour conserver toute la saveur et les mises à l’épreuve qu’ont concoctées les auteurs, je n’irai pas plus loin que le résumé donné par l’éditeur et qui constitue une mise en bouche idéale. Parlons donc des dessins. Et c’est vrai que l’art déployé par Joseph (dont c’est la troisième collaboration avec Thomas Cadène après Les autres gens et Romain & Augustin, un mariage pour tous) a tout pour déstabiliser et ne pas laisser indifférent. En mal ou en bien, tout en sachant qu’on peut passer d’un camp à l’autre. Parce que Joseph a, mine de rien, un pouvoir de fascination et un sens de la montée en puissance. Là où les premières planches peuvent donner l’impression d’une certaine austérité, d’un dépouillement tenant plus du vide, le dessinateur nous emmène très vite dans des décors luxuriants et variant selon les désirs des deux héros de cette histoire.

© Cadène/Falzon/Galopin chez Le Lombard

Et puisque le virtuel leur permet tout, sans transition, les paysages défilent et ont dû faire suer leur créateur graphique, aidé par la palette de Marie Galopin qui varie les tons, de la société fade quittée à l’intensité irréelle du nouveau monde (quel aquarium grandeur nature dans lequel nous sommes plongés!). De quoi nuancer l’apparente simplicité des personnages qui permet pourtant de mieux coller à leur naïveté dans ce monde paradoxal où le sensoriel est subordonné au virtuel.

© Cadène/Falzon/Galopin chez Le Lombard
© Cadène/Falzon

En fait, Joseph Falzon aborde un trait qu’on voit souvent à l’oeuvre dans les bandes dessinées documentaires, et notamment scientifiques comme on en voit de plus en plus. Un trait qui permet de préciser et de questionner. Et c’est bien vu, tant l’aventure proposée par Thomas Cadène est solide et pointue, laissant le lecteur vagabonder dans cette expérience sociale d’un futur aux airs pas si lointains même s’il y a un monde de différence, du réel au virtuel. Tripant et irradiant, cauchemardesque aussi. Et si le trio réinstitue l’humain comme dieu-créateur, il le piège pourtant et frustre sa toute-puissance, l’enfermant dans un monde évoluant pourtant selon ses désirs.

© Cadène/Falzon/Galopin chez Le Lombard

Les trois auteurs ont réussi leur voyage au-delà du réel. Une odyssée peut-être un peu trop polarisée par le sexe mais criante de vérité quant à l’importance de ne pas trop vite anesthésier nos émotions et, surtout, nos sensations. Celles-là, à peine émergées de cet album, sont au beau fixe, réveillées.

© Cadène/Falzon/Galopin chez Le Lombard

Titre : Alt-Life

Récit complet

Scénario : Thomas Cadène

Dessin : Joseph Falzon

Couleurs : Marie Galopin

Genre: Science-fiction, Érotisme

Éditeur: Le Lombard

Nbre de pages: 184

Prix: 19,99€

Date de sortie: le 06/04/2018

Extraits :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.