Fred Vargas nous entraîne au sein de temps glaciaires et néanmoins révolutionnaires

Vous cherchez du suspense, de la poésie et de l’humour surréaliste, …tout à la fois ? Impossible, me direz-vous … Et bien si pourtant, il suffit d’ouvrir un Fred Vargas et le pari est tenu avec excellence.

À lire aussi | Un lieu incertain: Fred Vargas ou le surréalisme policier

À lire aussi | Zone Blanche : promenez-vous dans les bois, mélangez les genres et mordez au mortel… chef d’oeuvre

Temps glaciaire nous entraîne en Islande où deux Français sont morts il y a dix ans lors d’une expédition. Un groupe de touristes s’est retrouvé isolé sur un morceau de terre, un bout d’île du bout du cercle polaire pendant 15 jours et 15 nuits. Deux longues semaines dans le froid, dans la brûme, en vase clos… Tout de suite, on pense aux dix petits nègres d’Agatha Christie, on ne peut pas s’en empêcher… Et pourtant, ce serait faire injure à Fred Vargas que de lui attribuer une énigme aussi simple, aussi connue, aussi « réchauffée ».

D’autres meurtres, actuels cette fois-ci, conduisent le commissaire Adamsberg, le commandant Danglard et le lieutenant Retancourt au sein d’une société secrète « rejouant » les interventions publiques de Robespierre durant la révolution. En habits d’époque, plus de sept cents adhérents s’enflamment, exultent pour les discours du révolutionnaire qui conduisit à la guillotine de nombreux français, coupables de quelques vices, ou innocents… Les bourreaux avaient tellement de travail, que certains tombaient en dépression… Le burn-out de l’époque !

On ne sait plus très bien où chercher le coupable de ces meurtres, on ne sait plus très bien si les symboles retrouvés sur les lieux des meurtres sont là pour nous aiguiller ou pour nous perdre, on ne sait plus qui ment ni qui dit la vérité… Mais on est entraîné dans l’esprit si brumeux du commissaire Adamsberg, qui « pellette les nuages » et parle au seconde (troisième, centième degré).

Bon, je suis clairement fan de Fred Vargas. Totalement sous le charme de ses personnages qui ont fait l’objet d’adaptations réussies pour la télévision avec Jean-Hugues Anglade dans le rôle si particulier du commissaire et l’excellente Corinne Masiero pour donner vie à Retancourt.

Bref, si vous n’avez jamais ouvert un Fred Vargas, il est plus que temps !

Auteur : Fred Vargas

Titre : Temps glaciaires

Editions : Flammarion 2015

J’ai lu 2016

Nbre de pages : 476 pages dans la version J’ai lu

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.