Sociorama: la BD décomplexe et décomplexifie la sociologie

Sans doute l’heure n’a-t-elle jamais autant à la BD du réel. Existant de manière plus timide depuis les années 80, ce Neuvième Art voulant expliquer la vie réelle par des reportages, des enquêtes, des essais et autres récits de vie n’a cessé, depuis quinze ans, de s’asseoir et de devenir un pan emblématique d’une bande dessinée devenue adulte et mûre pour raconter autre chose que de la fiction. 

Ces derniers mois, entre le lancement de revues et des tentatives novatrices de collection, chaque éditeur tente de mettre le réel à sa sauce et à celle des cases et des bulles. Comme Casterman qui, par la collection Sociorama, décomplexe et décomplexifie la sociologie imbuvable pour en prendre le meilleur et l’écho de notre quotidien, quatre tomes sont déjà parus. Et sans avoir l’air d’y toucher, ils sont une véritable mine d’informations dans des thèmes variés et inattendus.

Sociorama - chantier interdit au public - Jounin - Braud - Planche 5

Bon, on vous le concède, se taper des textes de dizaines de pages emplies de phrases alambiquées, ce n’est pas ce qu’il y a de plus kiffant, sauf, peut-être, si vous êtes scientifiques et que vous en avez l’habitude. Et si de la sociologie, les grands noms sont vaguement enseignés dans les universités, elle s’arrête là, nous privant de la sociologie moderne, celle qui se pointe à l’angle de notre quotidien pour en dire tant sur notre société.

Sociorama - Seducteurs de rue - Maret - Gourarier - site internet

Mais voilà que le Neuvième Art, qui a désormais acquis ses lettres de noblesse dans la représentation de la réalité dans tous les sens, s’y investi et décide d’allier quelques sociologues contemporains avec des auteurs de BD trentenaire. Une belle carte de visite pour eux et une fantastique manière de s’instruire en s’amusant à montre l’envers du décor sur des sujets comme la peur de l’avion, le monde des chantiers, les séducteurs des rues ou même la pornographie. En attendant la banlieue du 20 et le quotidien des caissières de supermarché! La collection est multi-colore et attrayante tandis que chaque ouvrage bénéficie d’environ 160 pages et d’un format de poche à emporter partout pour un prix mini (12€). Pour moins d’une heure de lecture mais avec des images qui marquent.

Chantier interdit au public de Claire Braud d’après une enquête de Nicolas Jounin

Le panneau est clair: si vous entrez sur le chantier, ce sera à vos risques et périls. Alors mieux vaut passer son chemin comme la grande majorité des passants qui rangeront leur curiosité et ne s’intéresseront jamais au monde mystérieux qui se cache derrière les palissades, cachés par le bruit démentiel d’une construction en marche. Heureusement pour nous, Nicolas Jounin a enquêté et Claire Braud s’est chargée de l’adapter dans une fiction plus que réaliste. N’oubliez pas de mettre votre casque de chantier. Comme Hassane et Soleymane. L’un est ferrailleur novice et l’autre est coffreur expérimenté mais sans papiers. Mais tous deux ont eu la « chance » d’être choisi par l’agence d’intérim et vont découvrir un nouveau chantier et sa frénésie caractéristique entre les ordres hurlés, les anecdotes des travailleurs, les accidents de travail et tout le reste.

Sociorama - chantier interdit au public - Jounin - Braud - ordres

Voilà, ça y est, vous êtes la petite souris privilégiée qui va découvrir l’envers du décor. Et ce à un rythmé effréné tant le trait tout en vitesse de Claire Braud donne une cadence soutenue à cette histoire plus qu’inspirée de faits réels. C’est tour à tour jouissif et horrifiant, toujours juste malgré le plaisir pris par l’auteur à grossir les traits et à transformer les contremaîtres et autres supérieures en animaux vociférant. Sans bande-son, cette enquête bédéifiée est extrêmement et volontairement bruyante et bordélique. Les traits et gestes sont alliés à une compréhension sans effort d’une bien cynique réalité. Ébouriffant.

Extraits:

La fabrique pornographique de Lisa Mandel d’après une enquête de Mathieu Trachman

Une incursion sans concession dans le monde du X et du porno amateur. Voilà un thème qui, sur papier, risque d’en émoustiller plus d’un. Pourtant, la réalité est peut-être toute autre que celle que certains fantasment. Et pour le coup, c’est Howard, jeune black vigile dans un centre commercial qui se prête à ce qui semble d’abord être un jeu et des parties de jambes en l’air à volonté. Du plus beau jour de sa vie en un quotidien bien moins reluisant et réjouissant.

Sociorama - La fabrique pornographique - Mandel - Trachman - Star du X

Dans La Fabrique pornographique, c’est la plus expérimentée (et aussi directrice de collection avec la sociologue Yasmine Bouagga) du groupe d’auteurs qui prête son dessin à cette thématique chaude bouillante. Et sans doute fallait-il bien ça, tant le dessin de Lisa Mandel s’est habitué à décomplexé la nudité et à balader ses personnages, seins et bistouquette à l’air (ne fut-ce que dans le récent Super Rainbow). Tout en sachant être trash – ici rien n’est caché tout est montré sans le filtre des caméras -, Lisa Mandel fait la paire avec Trachman pour démonter les préjugés et la diabolisation des bien-pensants pour montre la réalité des plateaux dans le plus simple appareil. Ça papote plus que sa baise et quand vient le temps de la baise, force est de constater que les acteurs n’ont pas la facilité qu’on pourrait leur prêter. Car le porno est un business et un métier qui, pour ses acteurs, est loin d’être évident et parfois bien dégoûtant. Une réalité à froid jamais vue sur les écrans.

Extraits:

Sociorama - La fabrique pornographique - Mandel - Trachman - Star du X

Turbulences de Baptiste Virot et Anne Lambert

Transition oblige voilà une enquête dessinée qui secoue aussi mais pas dans le même sens. Bienvenue dans l’avion. On oublie les contrôles et les bouchons de l’aéroport de Bruxelles, et on fait comme si on était bien arrivé à bon port… de ceinture. Car pour certains, l’avion n’est pas rigolo et mieux vaut s’attacher. C’est le cas de Marion, totalement phobique à l’idée de quitter d’un pied le plancher des vaches. Alors, imaginez un peu: elle s’apprête à faire Paris-Sao Paulo. Le cauchemar. D’autant qu’en dehors des voisins directs, c’est peu dire que la vie à bord d’un avion de ligne est plutôt animée et agitée.

Sociorama - Turbulences - Lambert - Virot - Classes

Forte d’une enquête aérienne, c’est la sociologue Anne Lambert elle-même qui cosigne l’album avec Baptiste Virot, avec en ligne de mire l’idée de visiter l’avion en vol du cockpit aux soutes en passant par les Galleys et de l’embarquement à la navette finale. Sans oublier de scruter et décrire tout le petit monde inimaginable qui tente de vivre tant bien que mal à quelques kilomètres du sol: des passagers de tous types, du personnel de bord mais aussi l’état-major – et mine de rien, la vie d’une compagnie aérienne est très structurée selon une pyramide d’importance.

Sociorama - Turbulences - Lambert - Virot - Reveil

Baptiste Virot virevolte de son trait hyper-expressif et sachant ne pas s’embarrasser de détails pour aller à l’essentiel et nous en apprendre de belles! C’est sûr, on ne prendra plus jamais l’avion comme avant. Et quant au stress éventuel, on pourra se rassurer: dans un avion, il y a de fortes chances qu’il y ait une personne beaucoup plus angoissée.

Extraits:

Séducteurs de rue de Léon Maret d’après une enquête de Mélanie Gourarier

Allez pour le quatrième, on atterrit et on rejoint les bitumes de la drague inouïe en compagnie de Sacha. Sacha, c’est un garçon comme les autres, sauf qu’il a un petit supplément d’âme qui lui colle à la peau: il est AFC. Oh rien de grave, ce n’est ni une maladie ni une pathologie, Sacha fait juste partie de cette classe de la société communément appelé Average Frustrated Chump, ou en Français de base: « Mec frustré de base ». Qu’il parle à une fille et il suintera le malaise tout en se perdant en palabres et en mots hésitants, totalement déplacés. Sacha n’a qu’un rêve, être avec une fille, mais la route est longue pour devenir un vrai séducteur de rue.

Sociorama - Seducteurs de rue - Maret - Gourarier - Planche 8

Signe que la collection Sociorama s’ouvre joyeusement à tous les genres, c’est dans une narration proche du manga que Léon Maret nous entraîne au sauvetage de ce pauvre Sacha. Mais rien n’est perdu, pour se faufiler dans le langage des djeuns d’aujourd’hui et se former à devenir un séduisant mâle alpha, Sacha peut s’aider des différents sites dédiés à la pratique de la drague en bonne et due forme et ainsi espérer se taper un maximum de filles. Initiatique autant que délirant, édifiant et un peu effarant, Séducteurs de rue en apprend plus qu’il n’y paraît sur la société actuelle et le regard des autres autant que de… soi.

Extraits:

Découvrez tout sur Sociorama, ici!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s