Un Lundi francofou pour les futurs grands (Francofolies 2015)

Il est venu, le lundi, et il était temps. Non que nos oreilles soient gavées mais plutôt que nos pieds aient rompu depuis un moment. Pourtant, c’est dans un programme de choix que nous nous sommes baignés. Loin d’être le petit dernier, ce lundi était celui des grandes premières.

Francofolies de Spa 2015 - Lundi - Sarah Carlier (26)Arrivés trop tard, et à regret, pour voir Aprile et Baden Baden, nous avons vite fait notre deuil devant la Scène Proximus en compagnie de la décontractée Sarah Carlier. Une première pour nous! Un temps mi-figue mi-raisin mais le charme de Sarah, les cris surhumains d’un claviériste acquis à sa cause et quelques notes d’une soul fortement teintée de folk nous ont tout fait oublier dans la puissance et l’élégance d’un concert à plus d’un charme. Bien loin de la soul un peu molle du genou, la jolie Sarah sait y faire, parlant peu au public mais variant les rythmes et accélérant la cadence. Une excellente mise en oreilles!

Mario Guccio veut « faire bronzer les jeunes »

De la fête à la grenouille ou de celle de Mario, la météo a finalement tranché pour faire place à la générosité du leader de Machiavel. Et de sa fête! Enfin, la sienne? Non, pas vraiment tant ceFrancofolies de Spa 2015 - Lundi - La fête à Mario Guccio (322) dinosaure du rock à la belge avait décidé de donner un certain ton à ce moment particulier. Et après trois morceaux de son exceptionnel album solo, Link (dont le terrible In between the dreams), entouré de Giovanna Sacco, Michel Schyns, Hervé Borbé, André Hercot et Isabelle Guccio (« ma progéniture »); le chanteur de Herve, sourire légendaire et émotion de la partie, a tout de suite clarifié la situation: « Je suis aujourd’hui encore très heureux d’être sur une scène que j’adore (…) Je n’ai pas voulu prendre des gens confirmés pour ma fête, ils ont déjà bien bronzé sous les spotlights. Il faut faire bronzer les jeunes qui viennent après nous. » Tout à l’honneur de Mario d’autant que ces jeunes groupes (Feel, Dandy Shoes et The Bukowskies) n’ont pas eu à démériter et ont envoyé sévère!

Avec le deal pour eux de reprendre un titre de l’album de Mario Guccio. The Dome pour Feel, Included love pour Dandy Shoes et The Reason pour The Bukowskies. Un résultat qualifié d’étonnant pour Mario, mentor d’un soir et présentateur devenu. Et pour cause, pour peu qu’on Francofolies de Spa 2015 - Lundi - La fête à Mario Guccio - 2 Dandy Shoes (39)connaisse l’album de Guccio, c’est à la naissance de toute nouvelles chansons que nous avons assisté. Une voix incroyable et un esprit se baladant du côté de Muse pour Feel; du rock pur jus, bowiesque et énergique pour les Dandy Shoes et un côté psychédélique avec quelques excellents moments de guitare pour The Bukowskies. Les Bukowskies dont le chanteur semblait un peu dépassé par l’événement. Enfin, il a vite retrouvé ses esprits et le nord, allumant même une clope sur scène pour le final. Mais avant ça, c’est sur d’autres jolis moments de son album que Mario a repris la main, exhortant le public à prendre la main de son voisin et à forcer la positive attitude même dans les moments difficiles. De véritables hymnes à la joie et à la persévérance dont on a bien besoin en ces temps pas toujours glorieux. Avant un grand final sur l’incontournable Fly! « Je ne pouvais pas le rater celui-là, sinon je me faisais scalper… même si c’est déjà fait! » Un immense concert du Festival. Alors, la Wallonie, terre de talents? Oui, plus que jamais, merci Mario de l’avoir montré un peu plus, ils ont assuré! Retenez-bien leur nom.

Les Frero, plus grands qu’il y a trois ans

Malheureusement pour cette fête en bonne et due forme, la place de la Scène Sabam s’était un peu vidée sur les dernières chansons pour mieux converger vers la Scène Proximus. Tant pis pour eux, mais on ne saurait leur en vouloir tant les Fréro Delavega, puisque c’est d’eux dont il s’agit, étaient diablement attendus. Plus qu’il y a trois ans où, quasi anonymes, ils avaient déjà laissé Francofolies de Spa 2015 - Lundi - Frero Delavega (112)d’excellents souvenirs. « C’était le début, c’était pourri. Mais notre premier festival, il était à Spa, en Belgique. » Glorifié par un passage remarqué dans The Voice France, le duo s’est imposé comme une véritable tête d’affiche et a tenu le rang sans aller à l’économie, s’amusant avec le public (certains avaient même confectionné des petits mots sur des cartons, comme dans les tout grands concerts). Inventifs dans leur aisance scénique (une scène aménagée en salon cosy), malgré des refrains parfois poussifs, Jérémy et Florian ont très vite mis le public dans leur poche. Se montrant très comiques aussi. « Avant de venir en Belgique, vous savez, on ne connaissait que Dikkenek. Puis, on s’est rendu compte que c’était vrai. » Ne se privant d’ailleurs pas d’imiter François L’Embrouille, mais sachant aussi s’adonner à un véritable moment d’émotion. Comme sur Reviens. Avant d’ébouillanter le public sur leurs chansons les plus connues.

Grandgeorge, passionnant

Mais nous étions déjà partis pour assister à la naissance d’un héros de la nouvelle chanson à la belge. Parce que Grandgeorge, il est indiscutable, incontestable, fédérateur. Dans Francofolies de Spa 2015 - Lundi - GrandgGeorge (5)la foule, on en a vu des baraqués, des métalleux, des fans de Iron Maiden ou des Rolling Stones, bouches bées devant lui. Grandgeorge, c’est le tube So Fine mais c’est avant tout des balbutiements sur les plus belles scènes de Belgique et une assurance grandissante de jour en jour. C’est un sourire, de l’éclate, une voix absolument dingue, une voix forte. « Il y a Sam à la batterie, nico à la guitare, et on est là pour se marrer. » Remarquable crédo pour ce nouveau venu qui se crée une place fulgurante, d’autant qu’on a eu l’impression que le concert lui échappait un peu pour mieux appartenir au public (très conséquent malgré la présence sur une autre scène de Camélia Jordana), riche d’un moment passionnant avec un chanteur aux influences multiples, un ex-futur trader élevé dans le mélange des genres musicaux qui pourrait très bien devenir l’égal d’un Sting! Ce concert, c’est la plus grande promesse des Francofolies, le meilleur moment qu’on ai passé cette année en cité spadoise et une voix que le monde entier peut se préparer à nous envier. Vraiment. Sur ce, on est allé se coucher, bercer par les beaux moments vécus cette année, le temps d’une parenthèse de quatre jours.

Photos:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.