Le Saint Louis Rock Festival prêt à balancer des bonnes notes

Ces vendredi et samedi, la cour de l’Institut Saint Louis de Namur dégagera les cartables pour mieux faire place aux guitares. Sur deux jours, le festival namurois compte bien rassembler du monde autour de belles têtes d’affiche comme Bastian Baker, Antoine Chance ou encore Gladys. Du rock, mais pas que et, en tout cas, un bien beau weekend!

Depuis 14 ans, le Saint Louis Rock Festival propose tous les deux ans ses notes rocks de groupes bien en vue. Revenu depuis quelques éditions dans l’enceinte même de l’école primaire et secondaire, le 7ème SLRF ne change rien à la tradition en proposant des concerts de groupes composés de ses élèves ou de ses anciens élèves, le vendredi, et une affiche plus grand public avec des noms bien connus et des stars, le samedi.

Ainsi, le vendredi, le festival commencera doucement mais sûrement, du plus jeune au plus âgés. Une volonté de Jean-Marie Wénin, l’organisateur historique du festival. « Il est évident que personne n’a envie de commencer mais que tout le monde veut terminer. Du coup, on a pris un critère objectif, comme ça pas de jaloux. » D’autant, que rappelons au public que le SLRF a déjà donné lieu à de belles révélations comme celle d’Alaska Alaska en pleine montée de puissance et dont le premier EP n’en était que plus réjouissant.

Au menu du vendredi, dès 18h: 

Il y aura la jeune Manon Tang, élève actuelle de l’Institut, et le groupe Brown Sugar dont nous ne savons encore pas grand chose mais qu’on sera ravi d’écouter, de découvrir et, certainement, d’aimer.

Il y aura aussi Replay 61, un coup de coeur déjà présent lors de la cinquième édition et qui propose, avec guitares, batterie mais aussi un violoncelle(!), une revisite de classique du rock avec de merveilleux arrangements. Un immanquable!

Dans le côté plus reggae de la force, les fans de dub, et tous les autres, se réjouiront dans la chaleur de la voix de JLB Riddim (Thomas Jacubczyk) et de son groupe. Alors qu’ils se présenteront bientôt au concours L’Envol des cités avant une tournée en Ardèche cet été, JLB Riddim compte bien partager son énergie débordante entre ska, dub, afro… Il y aura même La petite Gayolle en reggae.

Revenons au rock avec The Jacklean’s. Caché derrière l’apparat d’un bel ours brun et faisant de #FollowTheBear sa devise, ce trio vient de sortir un très beau premier EP, envoûtant et puissant qui risque bien de conquérir vos oreilles. Encore plus, en live!

https://soundcloud.com/jackleans/sets/first-ep

Et, avant le clou du spectacle, les Ghost in the machine envahiront la scène. Tout nouveau groupe bâti sur l’expérience de nombreux groupes précédents (déjà passés de nombreuses fois au Saint Louis Rock), les Ghost in the machine se baseront sur des influences plus pop-rock. Ils joueront notamment en hommage de Mathias Lecharlier, musicien bien connu du Namurois décédé lors d’un incendie, deux jours après le Saint Louis Rock 2013 auquel il participait encore avec Seattle, dont quelques membres se sont retrouvés dans Ghost in the Machine.

Enfin, c’est la surprise du chef, Mister Cover qu’on ne doit plus vous présenter clôturera cette première soirée pour faire vibrer le public sur des tubes récents comme quinquagénaires, en Anglais comme en Français. Bref, le clou de la soirée, un show explosif, aussi festif qu’éclectique!

Le samedi, jour qui vraisemblablement attirera le plus de festivaliers, accueillera lui aussi du beau monde et pour tous les goûts.

C’est aux Pink Velvet Paradox que reviendra l’honneur d’ouvrir la scène, dès 16h. Mêlant alternative, électro et rock bien pesé, le trio donnera à ce début de deuxième journée un tournant enflammé. Quand on vous dit que les retardataires manqueront quelque chose!

Puis, c’est Broadcast Island et ses faux-airs des Smiths qui entraîneront le public sur des rythmes scintillants et ensoleillés. Les Bruxellois apporteront la lumière et de quoi danser sans souci. Ils sont en pleine marge de progression.

Avec Alaska Alaska, les choses très sérieuses commenceront et les grands noms de cette affiche commenceront à Namur. Alaska Alaska, ce sont peut-être les chéris du Saint Louis Rock. Alors qu’il y a seulement quatre ans, le groupe montait sur leur toute première (!) scène, le voilà proche de l’éclosion et de la reconnaissance. Leur premier EP vient de sortir et a fait l’objet d’un magnifique concert au Belvédère et Alaska Alaska compte bien vous ensorceler avec ses chansons transpirant la fièvre et l’inspiration.

Une diva! Bien sûr que le Saint Louis Rock en aura une. Et pas des moindres, puisque Gladys viendra fouetter le public de sa fougue et de sa voix parfaitement maîtrisée qui lui permet de tout chanter (ce n’est pas pour rien que la belle, aussi professeur de musique à Saint Louis, est aussi Lady Cover dans une autre vie de scène). Élue Révélation NRJ de l’année 2014 et citoyenne namuroise de l’année, Gladys proposera un rock de choc et, sans doute, sa sublime reprise de Boiler de Limp Bizkit.

Après quoi, c’est le Fils de (Geluck) qui s’est fait un vrai beau nom mérité avec son premier album, Antoine Chance, qui occupera la belle scène du Festival. Avec sa pop si personnelle et reconnaissable, nul doute que l’Artiste de 2014 aux Octaves saura faire vivre de la plus belle des manières ses tubes que sont déjà Fou ou Parade en Enfer. Une belle surprise, francophone qui plus est, qui en ravira plus d’un.

Puis, l’homme fort du folk du moment, Bastian Baker se présentera en tête d’affiche suprême. Popularisé par l’émission The Voice, le Suisse de seulement 23 ans possède déjà une bonne kyrielle de hit qui prennent tout leur sens en live. Le jeune homme a déjà tout d’un homme fort de la scène, avec un charisme redoutable (les demoiselles ne diront pas le contraire) et une connaissance du rock, du folk et du blues dont il fait avantage en live. À ne pas rater.

Enfin, dans un esprit d’after, les Discoclashers conclura cette septième, et bien belle déjà, édition du festival namurois. Tandem carolo-namurois de plus en plus en vogue dans le monde de la nuit, les Discoclashers ont acquis une grande expérience dans de nombreuses soirées estudiantines. Le tandem tire justement sa force de sa dualité: Harold comme Malik ne se concerte pas sur leur set et balance chacun leurs envies sonores pour mieux improviser et faire vivre leur musique. Pour le bonheur des festivaliers.

Et pour les intéressés, il y aura des concours sur place (et même peut-être ici… hum hum 😀 )

Infos:

www.saintlouisrockfestival.be

Vendredi 24 à partir de 18h: Brown Sugar – Ghost in the Machine – JLB Riddim – Manon Tang – Replay 61 – The Jackleans et …. MISTER COVER

Samedi 25 à partir de 16h: Pink Velvet Paradox – Broadcast Island – Alaska Alaska – GLADYS – Antoine CHANCE et … BASTIAN BAKER
DJ set: The Discoclashers.

Préventes:
Ve 24: 6 € – Sa 25: 21 € – Pass 2j.: 23 € hors frais
Night & Day Presse – TicketMaster – Fnac – Magasin Juke Box

Sur place: Ve 24: 8 € – Sa 25: 26 € – Pass 2j.: 30 €

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.