Une saison en Égypte, sans pharaon mais sous les fards de l’amour

Dans la foule de nouveautés proposées par Casterman, ces dernières semaines, les BD’s se suivent mais ne se ressemblent pas! Après Rose Profond, Perles et Pirates ou l’apocalypse du Reste du monde, changement de cap et retour dans les années 1870 avec une Saison en Égypte qui parle moins du pays des pyramides que de l’amour inconditionnel que portent deux hommes à une même femme. C’est signé Claire Fauvel, une belle première!

Un rêve, tout commence par un rêve. La seule évasion possible pour Sacha, sans ami pour lui souhaiter son anniversaire si ce n’est son médecin, sans projet et sans passé, calé dans une vie qu’il jure misérable. Lui qui voulait être poète n’a gagné des poètes que le spleen qui le tourmente. Et cette Russie, ce Moscou qu’il haït. Si, en plus, la phtisie vient cogner à la porte de sa santé et gangrener ses poumons, Sacha n’a plus rien à faire ici. Un coup de tête l’emmène au guichet de la gare. La décision est prise: ce soir, il partira en Égypte.

Une saison en Égypte Claire Fauvel Castermanrencontre

Et sur le pont du bateau, Sacha rencontre le peintre Alexandre Payan et son épouse Catherine qui vont le prendre sous leur aile pour qu’il ne manque de rien. Mais en Égypte, rien ne sera simple pour les amis devenus. L’explosion de saveurs est belle, autant que la fille qu’ils ont vu danser un soir de réception. Le peintre en fait son modèle obsessionnel tandis que Sacha en tombe éperdument amoureux. Duel entre les deux hommes et poursuite dans le désert à la clé.

Une saison en Égypte Claire Fauvel Casterman Danseuse

Ne cherchez pas les pyramides, le Sphinx et autres trésors de l’Égypte Antique, il n’y sont pas. Une saison en Égypte est plus une épopée romantique qu’autre chose, un huis clos amoureux dans les rues du Caire puis dans un désert assoiffant et meurtrier. Claire Fauvel, pour cette toute première bande dessinée, suit ses personnages plus qu’elle ne les cale dans un décor imposant et référentiel. L’Egypte est le contexte plus que le sujet. Pourtant, passé cette rectification, on ne peut qu’apprécier le dessin de Fauvel et surtout une lumière parfaite (en analogie à la recherche de lumière du peintre Payan).

Une saison en Égypte Claire Fauvel Casterman rue

Aussi, les rues du Caire s’animent et leur ambiance traverse le dessin. Sans besoin de grands dialogues explicatifs, ce récit fort lisible se vit au travers des yeux des personnages. Et quant à l’histoire d’amour, elle est bien menée, ce n’est pas la dernière bluette venue, c’est une histoire qui se transforme en réel récit d’aventure, un peu légère mais fort enthousiasmante. Du très beau travail de la jeune Claire Fauvel qui affirme une vraie patte graphique remarquable  et forte dans les arrondis à l’instar de quelques grands peintres! Avec une certaine impression de dessin animé, aussi. Cette patte est de celles qui nous dépaysent. En plus, ça se lit aussi vite que ça nous emporte.

Une saison en Égypte Claire Fauvel Casterman Désert

Retrouvez Claire Fauvel sur son blog

Une saison en Égypte Claire Fauvel Casterman Couverture

Titre: Une saison en Égypte

Scénario et dessin: Claire Fauvel

Genre: Romance, Aventure, Drame

One Shot

Couleur

Éditeur: Casterman

Nbre de pages: 176

Prix: 20€

Sortie: 25 mars 2015

Extraits (prépublication ici):

En bonus, le travail d’animation de fin d’études de Claire Fauvel et de ses comparses de l’École des Gobelins:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.