I wish you a Shaka year! Shaka Ponk part en liv(r)e (Critiques + Concours)

Les Shaka Ponk! Existe-t-il en France actuellement un groupe plus stylé et identifiable? Loin de se contenter du seul domaine musical, le groupe parisien (et aussi berlinois puisque leur premier contrat fut signé à Berlin… avec le succès qu’on connait) envahit tous les rayons. Avec un merchandising qui part dans tous les sens (et outrancier, diront certains): bien sûr, au rang des incontournables, il y a les t-shirts, bracelets, casquettes, sacs et autres badges. Mais il y a aussi le rayon des moins probables où se retrouvent les gobelets, les bagues, les coques pour smartphone, les oreillers et même… les figurines. Autrefois, c’était avec des légos ou des figurines métallisées des Chevaliers du Zodiaque qu’on vivait ses aventures; aujourd’hui, les jeux se font en rock couleur shaka et instinct monkey. Et ce n’est même plus limité aux enfants.

laurent-julliand-shaka-ponk-shaka-ponk-monkeyAlors quand, dans la foulée de leur dixième anniversaire (éh oui déjà, tout ça ne nous rajeunit pas), en 2014, les Shaka reviennent en fanfare avec quatre nouveaux articles, on en connait plus d’uns qui ont eu le cœur en pogo. En effet, ce ne sont pas moins de deux cd’s, un pour chaque semestre qui ont rempli les cdthèques. Un white (et light?) The white pixel ape smoking isolate to keep in shape (vous pouvez trouver ma critique ici) et un autre plus black et âpre, plus violent et introspectif aussi, Drinking Cigarettes to Take a Break (mon autre critique est ). Et non contente d’en plus combler les fans, et les moins addicts aussi, lors de concerts de malade mêlant défoulade et ingénieuse projection de scènes en animation (j’en avais touché quelques mots et lignes ici); la Shaka bande nous gâte avec deux livres aux éditions Hachette/Marabout. En attendant de les retrouver à Bruxelles le 21 mars 2015 au Palais 12, après leur annulation du 5 novembre dernier. Mais bon il paraît qu’en prenant son mal en patience, on est rarement déçu. En plus voilà donc ces lectures pour le coin du feu.


Shaka BDLe premier est une bande-dessinée. Et si celle-ci n’est pas autobiographique pour un sou (ou alors peut-être de l’état dégénéré, dans le sens noble du terme, du cerveau des 6 monkeysiciens) et nage bien souvent en plein délire, elle vaut le détour. Avec le scénariste Mile et le dessinateur Sébastien Salingue, les Shaka Ponk vont vivre des mini-aventures de papier toutes plus délirantes que les autres: d’une résurrection voulue par Dieu le père-singe aux leçons de surf, sans oublier les délires sado-maso en coulisses des concerts ou l’incursion de C3PO et R2D2. C’est hilarant et surtout bien dans l’esprit déjanté du groupe le plus fracassant de ces dernières années. Un incontournable que tout fan se doit d’avoir, mais pas sans intérêt pour les « simples » lecteurs de BD’s qui ne connaîtraient pas le groupe… mais auront peut-être envie de les découvrir en sons après les dessins.

Shaka Ponk en gendarmes Shaka BD 2

14/20

Mile et Sébastien Salingue, Shaka Ponk, Marabulles (Marabout/Hachette Livres), 48p., 13,50€.


Shaka-Ponk-Monkey-DiaryPuis il y a cet autre bouquin Monkey Diary qui, lui, est bien ancré dans la réalité du groupe puisqu’il propose leur vie de scène en photos (majoritairement en noir et blanc) immortalisées par le talentueux Laurent Julliand. Mais aussi en entretiens. Tout deux révèlent la vie à grand public d’Ion, Sam, Frah, CC, Mandris et Steve, lors des soirs de grand live où des milliers de personnes se massent pour un bon moment de cérémonial en l’honneur des stages. Mais Monkey Diary est aussi l’occasion unique de découvrir une certaine part d’intimité du groupe: les conseils antistress de Sam, l’enregistrement d’un album, les ptits coups de Jack Daniel’s de Steve, le regard sur les médias, les échauffements, les baskets déglinguées aussi. Puis, il y a ces multiples visages d’un public à chaque fois conquis, qui exulte, quelque soit l’âge, gamine ou vieillard. Monkey Diary, c’est un parfait portrait d’unDSCN7808 band qui a, déjà, créé une oeuvre majeure et révolutionnaire, une oeuvre conceptuelle dont ils n’auraient jamais imaginé qu’elle intéresserait quiconque. Monkey Diary, c’est le portrait de membres d’un groupe disponible et animé par le do-it-yourself. Et qu’on aime ou pas ces gars-là, et cette meuf-là, Laurent Julliand leur rend un hommage exemplaire, l’un des plus beaux qu’un artiste puisse rêver.

17/20

Laurent Julliand, Monkey diary: Photographies et entretiens, Marabout/Hachette Livre, 192p., 20,90€.


Alerte Concours (France et Belgique): CONCOURS TERMINÉ

Hé oui, les fêtes furent bonnes et ils nous restent encore quelques cadeaux. Dont un exemplaire de chacun de ces merveilleux livres.
Du coup, comment faire pour les gagner?
C’est simple!
1) Likez notre page Facebook: Branchés Culture
2) Likez le post Shaka Ponk

3) Partagez-le
4) En fonction du livre que vous souhaitez gagner, répondez à la question en MP sur notre page facebook 🙂
– Pour Monkey Diary: Combien de photos composent le livre de Laurent Julliand? 246 (il fallait compter la couverture)
– Pour la bande dessinée Shaka Ponk: combien de cases Sébastien Salingue a-t-il du dessiner dans cet album? 268 

Pour chaque question, la personne ayant donné la réponse exacte ou s’en approchant le plus repartira avec le livre de son choix 🙂 Bonne chance à tous, vous avez jusqu’au 14 janvier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.