Sardou, impérial, a retrouvé durant deux jours la scène de Forest National devant un public en liesse !

Michel Sardou est de retour. Après avoir fait ses adieux il y a cinq ans lors d’une tournée intitulée La Dernière Danse, le chanteur français aux 150 millions d’albums vendus en manque de son public a décidé, poussé par sa femme, de remettre le couvert pour une soixantaine de dates de cette nouvelle tournée baptisée Je me souviens d’un adieu.

Ces 10 et 11 octobre il occupait la scène de Forest National pour deux concerts qui affichaient complet, et il y a fait un triomphe.

A septante six ans Michel Sardou est toujours au top de sa forme. Après avoir été victime d’une angine qui l’a forcé à reporter récemment deux dates en France, Michel a retrouvé entretemps toutes ses capacités et s’est montré très en voix durant ces deux dates belges.

(c)Richard Melloul pour TS3

Cette fois l’artiste a opté pour une scénographie visuelle impressionnante qui rehausse certains titres comme le fameux Les Lacs du Connemara avec chevaux blancs au galop, prairies verdoyantes, joueuse de fiddle et cornemuses, qui ouvre le spectacle d’une bien belle manière.

L’accueil du public fut énorme et se traduisit à chaque fois dès l’apparition du chanteur par une standing ovation témoignant du bonheur immense ressenti par ses fans de retrouver à nouveau l’artiste sur scène.

Et Michel sourit… Oui vous avez bien lu, il sourit ! L’homme est heureux de retrouver la scène et on pourra le constater durant les deux soirs, où de très bonne humeur il s’amuse et esquisse même quelques pas de danse sur certains titres.

En ce qui concerne le show, deux autres tableaux sortent du lot notamment pour Verdun, un titre rarement joué sur scène, et Vladimir Ilitch ou une imposante statue de Lénine se désagrège petit à petit à côté du chanteur. Superbe !

Notons aussi la présence dans la setlist d‘un medley d’une dizaine de minutes de ses succès populaires dans lequel on retrouve Salut, Je viens du sud,  En chantant, Chanteur de jazzAfrique Adieu, Dix ans plus tôt, Les vieux mariésLe FranceLa java de Broadway, Je veux l’épouser pour un soir, la Vieille, J’accuse, et La maladie d’amour .

Chaque soir ce moment fut salué par une longue et incroyable ovation et par une salle debout et totalement enflammée.

Et puis Sardou nous a aussi offert d’autres titres un peu moins connus ( et encore, tout est relatif avec lui) comme Marie-Jeanne, Parlons de toi de moi, Casino, Mam’selle Louisiane ou L’Autre femme.

(c)Richard Melloul pour TS3

Quelques hommages aussi, avec Aujourd’hui peut être  dans une version jazz Louis Armstrong dédié à son père Fernand, et la reprise de Quelque chose de Tennessee en souvenir de son ami Johnny Hallyday, hélas disparu.

Puis La Rivière de notre enfance sera prétexte à un duo avec l’ami Pierre Billon présent sur scène avec lui.

Et puis il y a les moments incontournables comme Je Vais t’aimer dédié cyniquement à la politique Sandrine Rousseau activiste énervée d’un programme écologiquement radical et féministe, Les Villes de Solitude dont le riff et les paroles n’ont rien perdu de leur côté punchy, et une version formidable des Ricains servie dans un emballage country jubilatoire.

Michel Sardou termine son spectacle par l’inévitable Musulmanes devant une salle debout et un public massé devant la scène avant de revenir une dernière fois nous chanter Comme d’habitude, chanson de crooner par excellence, et preuve supplémentaire que la voix du chanteur est toujours là et bien là.

(c)Richard Melloul pour TS3

Le rideau se referme, et sur le tulle le cheval blanc des débuts réapparait et vient se cabrer une dernière fois au son du Connemara repris en choeur par la foule.

Dans le hall, au stand merchandising des t-shirts noir avec la mention « On ne touche pas au Connemara » pendent fièrement et se vendent comme des petits pains, pied de nez silencieux à une certaine Juliette A. qui aurait mieux fait de tenter de se construire modestement un semblant de carrière avant de se mêler de critiquer celle des autres.

Salut !

Jean-Pierre Vanderlinden

(Les photos et les vidéos des concerts de Michel Sardou étant interdites pour toute la presse par les organisateurs, nous n’avons pas pu illustrer cet article comme nous l’aurions souhaité. Toutes nos excuses à nos lecteurs.)

Michel Sardou sera de retour à Forest National pour deux dates supplémentaires les 2 et 3 février 2024, les tickets sont en vente ici : https://www.forest-national.be/evenement/michel-sardou-je-me-souviens-dun-adieu-18b48609

Un commentaire

  1. Merci pour ce résumé, j’ai trop hâte de le retrouver le 13 décembre à Bordeaux.
    Il me manque tellement, depuis 1972 tous les ans j’assistais à ses concerts, Palais des Congrès, Olympia et puis Bercy !!!!
    Merciiiiiiii

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.