La Gazette du BIFFF #6: une méthode Dick Maas bien passionnante, un escape game totalement génial et un duel de psychopates clinquant mais décevant. Et oui tout ça se passe au BIFFF m’sieurs dames !

Salut les accros du BIFFF ! Vous qui aimez frémir, trembler, vous agripper à votre siège, le cœur battant et les tempes en sueur tandis que l’hémoglobine coule à flot sur l’écran et que votre héroïne préférée se fait trucider par un psychopathe, avec La Gazette du BIFFF je vous dis tout sur le 40e festival international du film fantastique de Bruxelles. Critiques de films, impressions, anecdotes, coups de coeur et déceptions, par ici m’sieurs dames suivez le guide !

Mardi 6 septembre, c’est au Ciné2 que sera présenté The Dick Maas Method à 14h.

D’accord, les Belges disent rarement du bien des Hollandais. Mais là, on ne peut que s’incliner devant ce documentaire fascinant sur notre ami Dick Maas. Avec Paul Verhoeven, c’est probablement le batave le plus célèbre du 7e art. Le plus irrévérencieux aussi. Le plus perspicace quand il s’agissait de saisir les attentes du public et d’assumer à 100% son côté « entertainer ». On connaît tous les chefs d’œuvre qu’on lui doit (L’ASCENSEUR et AMSTERDAMNED pour ne citer qu’eux), on sait moins que les TUCHE ont tout pompé à son FLODDER, on découvre aussi – à travers des archives uniques – que son credo est « à l’impossible, nul n’est tenu ». Il veut bloquer tous les canaux d’Amsterdam pour faire la course-poursuite la plus ahurissante et la plus dangereuse jamais faite ? Il y arrive. Quand on lui dit qu’il est impossible de lâcher un lion en pleine ville pour PREY, sa seule réponse est : pourquoi pas ?

Ce documentaire sur un des plus grands réalisateurs bataves est réellement très intéressant et contient une mine d’or d’informations pour les fans, et les autres. Fan du bonhomme je me devais d’être présent dans la salle et j’ai bien fait. D’abord car notre homme est bien sympathique et franc et que ses réponses durant le Q&A qui a suivi la projection du film/ documentaire furent sans filtre et ça c’est du bonheur.

Oui il a connu de gros succès, oui il a aussi vécu des déconvenues, et oui ce n’est pas simple aujourd’hui d’aller chercher des fonds aux Pays Bas pour financer un nouveau film, du moins des films d’actions sans concessions comme il les envisage. Alors il s’accroche, négocie avec des plateformes de diffusion comme Netflix, Play etc…, sans compter les multiples projets qu’il tente de faire valider via la voie normale de financement. Et oui il aimerait tourner encore aux USA. Dick Maas défend le cinéma qu’il aime et que nous aimons avec cette force de conviction qui a toujours été la sienne.

J’ai été très heureux de cette rencontre avec Dick Maas avec qui j’ai pu discuter ensuite quelques moments entre quatre yeux. Un grand réalisateur dont on attend avec impatience le prochain long métrage, présenté au Bifff bien entendu.

Note : 14/20

Année 2020
Réalisateur Jeffrey De Vore
Casting Jan Doense,
Tamara Vosmaer & Jeffrey De Vore
Distributeur Film Events
Genre documentary
Audience ENA
Durée 97′
Pays Netherlands

A 19h au Ciné2 le Bifff présentait ce soir la Bloody Date Night (animée par Evaluna erotic shop) avec 2 films projetés à 19h et 21h30.

Ciné 2/21h30 : You Lie, You Die

À première vue, c’est une chouette soirée en perspective. Barcelone au printemps, les terrasses sont déjà sorties, les masques sont tombés et la cerveza coule à flots. Mais ce soir, Edu a surtout prévu de présenter sa petite amie Marina à ses meilleurs amis, Rai et Viky, respectivement réalisateur, actrice et couple heureux. Et plutôt qu’un bête gueuleton à se baffrer de tapas et de sangria, Edu a prévu une escape room à quatre. Quelques énigmes et des casse-têtes à résoudre ensemble, rien de tel que pour créer du lien ! Et, franchement, ça commence bien: ambiance nazie, billot de torture chromé, du sang plus vrai que nature et une odeur à faire fuir un médecin légiste. Mais, petit à petit, les énigmes vont devenir de plus en plus personnelles, avec des informations que seul un fonctionnaire en télétravail pourrait connaître, y compris les secrets les plus inavouables. Et quand une prothèse se révèlera être une véritable tête décapitée, nos quatre amis vont amèrement regretter les terrasses barcelonaises…

Alors là, gros coup de coeur ! Ce film est peut être mon préféré du Bifff 2022, en tout cas il est dans le trio de tête.

Quel bonheur de visionner un film réussi en tous points : scénario génial, comédiens formidables, dialogues terribles à l’humour décapant, jump scares réussis, et retournements de situation improbables exceptionnels. Bref un film qui se déguste à chaque instant comme un plat aux multiples saveurs qui éclatent littéralement en bouche. You Lie You Die doit impérativement faire partie de vos films à visionner de toute urgence car il s’agit d’une pépite de la comédie noire horrifique venue d’Espagne, et on sait que nos amis espagnols savent faire de tout bons films.

Vraiment génial !

Note: 18/20

Année 2022
Réalisateur Héctor Claramunt
Casting Joel Joan,
Ivan Massagué,
Paula Vives & Monica Pérez
Distributeur Filmax
Genre black comedyserial killer
Audience ENA
Durée 93′
Pays Espagne

En deuxième film de cette Bloody Date Night j’ai vu Have Hold Take à 21h30.

Erica vit un véritable conte de fées. Elle aime Vincent comme une folle, comme un soldat, comme une star de cinéma. En plus, il est beau, Vincent. Il est blanc, hétéro, riche, il lui prépare des petits plats dans leur nouvelle et luxueuse villa. Et là, ils viennent de se marier. Compte à rebours pour la nuit de noces… Mais ce qu’elle ignore, c’est que Vincent a autant d’empathie qu’un gallet. C’est un pervers narcissique qui n’aime que la souffrance et la torture, et Erica est la proie idéale pour ses fantasmes morbides… Attendez, on recommence: alors que Vincent tisse patiemment sa toile autour de l’inoffensive Erica, se projetant déjà dans sa chambre de torture avec tous ses outils préférés, il ne se doute pas un instant que sa dulcinée est une psychopathe invétérée, ne croyant à l’amour que dans sa forme la plus pure. C’est-à-dire passionnel et évanescent. Après quoi, elle tue le prétendant telle une veuve noire… Bref, que le match commence…

Après avoir présenté The Fare  au BIFFF en 2019, D.C. Hamilton nous revient avec un nouveau long qui au vu du scénario annoncé mettait l’eau à la bouche. Ce couple de psychopathes qui nous apparait à l’écran dans un monde clinquant et esthétisé digne de l’univers de Ken et Barbie évolue dans une coquille cinématographique clinquante, coquette et parfaite vu de l’extérieur, mais malheureusement la coquille est creuse et on s’ennuie très vite à la vision de ces très (trop) longues scènes d’amour-haine entre des personnages sans âmes auxquels on ne parvient pas une seule seconde à s’attacher. C’est visuellement d’une beauté glacée mais de ces belles images ne suffisent pas à sauver le film du naufrage, d’ailleurs certains rires et soupirs entendus dans la salle me confirmaient que je n’étais pas seul à attendre la fin de cet exercice de style plus prétentieux que réussi. Un coup dans l’eau.

Note: 9/20

Année 2022
Réalisateur D.C. Hamilton
Casting Brinna Kelly,
Trevor Algatt,
Anderson Manthe & Maxwell Manthe
Distributeur 501 Pictures
Genre romanticfantasyhorreur
Audience ENA
Durée 95′
Pays USA

C’est fini pour cette fois, rendez-vous très bientôt ici même pour une prochaine Gazette du Bifff.

Et en attendant bon film, goede film !

Jean-Pierre Vanderlinden

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.