La Gazette du BIFFF #4 : une guerre des gangs impitoyable, un Totem belge appelé à devenir culte, un petit vampire qui veut se faire un ami humain, une malediction dans la tourbière et un thriller glaçant made in Belgium, le Bifff termine sa première semaine de belle manière

Salut les accros du BIFFF ! Vous qui aimez frémir, trembler, vous agripper à votre siège, le cœur battant et les tempes en sueur tandis que l’hémoglobine coule à flot sur l’écran et que votre héroïne préférée se fait trucider par un psychopathe, avec La Gazette du BIFFF je vous dis tout sur le 40e festival international du film fantastique de Bruxelles. Critiques de films, impressions, anecdotes, coups de coeur et déceptions, par ici m’sieurs dames suivez le guide !

C’est reparti pour une journée au BIFFF ! Ce samedi 03/09, direction le Ciné2 où à 20h30 est projeté TOMB OF THE RIVER.

Ville côtière de Gangneung, jumelée avec Chattanooga, aux States… Gil-suk est un gangster moderne, appliquant scrupuleusement la philosophie non-violente de son boss : finies les ratonnades et les extorsions à tout-va. Maintenant, on cause, on négocie et on place sagement ses billes dans l’immobilier et les pots-de-vin. Le clan a pignon sur rue, les flics leur foutent la paix et tout va bien dans le meilleur des mondes. Mais un concurrent sérieux va venir troubler ce monopole tranquille : le psychotique en question s’appelle Min-suk, seul survivant d’un bateau de clandestins qu’il a massacrés et bouffés pour garder la ligne. Ça vous situe directement le bonhomme. Et Min-suk, il ne demande pas. Il exige, il prend, vole, pend et tue avec son armée de malfrats. Aussi digne de confiance qu’un scorpion, il va forcer Gil-suk et les siens à revenir à la manière forte, à tâter de la lame et de l’embuscade mortelle, quitte à transformer Gangneung en zone de guerre totale… 

Ce film coréen où l’on retrouve Hyuk Jang, la star de The Killer présenté au Bifff en début de semaine, dans le rôle d’un chef de gang impitoyable, nous plonge dans une guerre des gangs dont la violence ira crescendo. Ce très bon thriller se laisse voir avec beaucoup de plaisir malgré un démarrage un peu long, et une fois de plus la Corée nous envoie du lourd.

Un bon ticket assurément.

Note : 12/20

Année 2021
Réalisateur Young-bin Yoon
Casting O-seong Yoo,
Hyuk Jang,
Seong-geun Park,
Dae-hwan Oh,
Hyun-kyun Lee & Seung-hwan Shin
Distributeur K-Movie Entertainment
Genre gangsterthriller
Audience ENA
Durée 120′
Pays Corée du Sud

Et puis pour terminer la soirée au Ciné 2 ce samedi 03/09, c’est une salle pleine qui attend la diffusion de TOTEM en présence du réalisateur et de quelques comédiens.

Dans une forêt bucolique des Ardennes, Buffle, Okapi, Fourmi, Castor et Marmotte sont « toujours prêts », comme on dit. Avec leur foulard et leur jolie chemise à écussons, on imagine facilement ces scouts courir dans un champ de coquelicots sur du Hugues Aufray, ou démonter des tentes en sifflotant (notez l’importance de l’orthographe). Sauf que cette patrouille, c’est surtout une bande de quadras psychotiques, obsédés sexuels pour certains, et traumatisés pour d’autres depuis la disparition de Rat Géant, une vingtaine d’années auparavant, lors d’une totémisation un peu trop « Abou Ghraib » et pas assez « Baden Powell ». Et c’est pour exorciser ce douloureux passé que la psychologue de Buffle a décidé de convoquer tout ce beau monde autour d’un bon feu de camp, non loin de la fameuse « feuillée », endroit mythique du scoutisme qui – pour le dire poliment – accueille les initiales de Kim Kardashian. Mais un matin, en posant innocemment sa pêche, Buffle se fait littéralement avaler par la feuillée et y découvre un passage qui le ramène dans le passé. Forcément, avec le passif de cette bande de branquignols en shorts, le bordel spatio-temporel annoncé va très vite prendre des proportions dantesques…

Attention futur film culte !

Ce film improbable réalisé par l’alchimiste Fred de Loof (vous savez, le réalisateur de Baraki, qui cartonne sur Netflix !), est une franche rigolade horrifico-forestière qui met en scène des ex scouts plutôt atypiques qui ne vous laissera pas indifférent. A la fois, barré, tendre et complètement déjanté, ce film dont la belgitude évidente constitue un plus, est une vraie réussite improbable qui va certainement faire un carton et trouver son public. Et quand ce délire cinématographique sans prétention est servi par des comédiens brillants qui s’éclatent visiblement à l’écran il y a beaucoup à parier que ce film rejoindra vite Dikkenek ou C’est arrivé près de chez vous au palmarès des films belges immanquables qui trouvent place dans le coeur du public. C’est tout le mal qu’on lui souhaite.

Note: 15/20

Année 2021
Réalisateur Fred De Loof
Casting François Neycken,
Xavier Seron,
Fred De Loof,
Quentin Marteau,
Pablo Andres & Céline Peret
Distributeur 10.80 Films
Audience ENA
Durée 73′
Pays Belgique

Le dimanche au BIFFF c’est le jour de la programmation familiale. J’en ai sélectionné trois, Nelly Rapp Monster Agent, une sorte de Chair de Poule made in Sweden qui se laisse voir mais ne révolutionnera pas le genre, Dragon Princess film d’animation français produit par Ankama qui raconte une jolie histoire et se montre assez convaincant, mais ma préférence va au dessin animé franco-belge de Joann Sfar Petit Vampire (Little Vampire) qui déborde de références au genre fantastique et plaira tant aux petits qu’aux grands.

Vraiment sympa.

Note Little Vampire : 15/20

A 19h au Ciné 2  ce dimanche 4/09 il y avait du monde pour découvrir Moloch.

Alors que Betriek, jeune mère et veuve, retourne dans la maison familiale, vieille bicoque posée en plein milieu d’une tourbière, les habitants du coin sont passablement sur les nerfs: le cadavre d’un homme vient d’être retrouvé dans un trou qu’il semble avoir creusé lui-même, avec une frénésie animale. Et, non loin de là, un autre corps vient d’être retrouvé. Plus vieux, celui-là. De mille ans, au bas mot. Cette découverte archéologique vient forcément troubler la quiétude de la tourbière, qui voit une horde de scientifiques débarquer sur place. Et les parents de Betriek voient ça d’un mauvais oeil: ce n’est pas vraiment le tapage des allées et venues qui les inquiète, c’est autre chose mais, bizarrement, ils refusent d’en parler… Jusqu’à l’intrusion, en pleine nuit, d’un membre de l’équipe dans la maison familiale, poussé lui aussi par une mystérieuse frénésie de violence…

Plutôt habitué aux courts métrages Nico Van den Brink nous propose son premier long avec Moloch. Sombre et oppressant par le biais d’une photographie qui flirte avec les bruns ocres et les ambiances tamisées, le film nous plonge dans un village hanté par une malédiction poisseuse comme la tourbière qui l’entoure.

Moloch entretient assez efficacement le suspense, avant de délivrer un final auquel on s’attend un peu et qui en bout de course ne nous scotche pas plus que ça. Un bon film de mystère horrifique, sympa à visionner mais sans plus.

Note : 12/20

Année 2022
Réalisateur Nico van den Brink
Casting Sallie Harmsen,
Anneke Blok,
Jack Wouterse,
Fred Goessens,
Alexandre Willaume & Markoesa Hamer
Distributeur Splendid Film
Genre horreur
Audience ENA
Durée 99′
Pays Pays-Bas

Pour terminer la journée du dimanche, mon choix s’est porté sur Ritueel au Ciné 1 à 20h30.

Kiki est enquêtrice subaquatique pour la police criminelle. En gros, c’est elle qui repêche tous les cadavres dans la flotte, et c’est le genre de taf qui est supposé imposer le respect. Et pourtant, depuis le début de sa carrière, elle doit faire face aux commentaires machos et réflexes sexistes de ses collègues masculins. C’est peut-être même pour ça qu’elle préfère le silence des profondeurs… Quand elle tombe sur une main tranchée net dans un canal bruxellois, on lui refourgue l’inspecteur général Nick Cafmeyer pour collaborer à l’enquête. Relativement taciturne, le mec, et ça lui va parfaitement, à Kiki. Le duo apprend alors que la fameuse main a été sciée alors que la victime était encore en vie. Pour Nick, il s’agit de toute évidence d’un règlement de compte dans le milieu de la drogue. Mais Kiki, qui se fie à son expérience, se méfie des évidences trop faciles. Son instinct lui crie d’aller voir ailleurs et de creuser d’autres pistes. Mais elle aura tort d’avoir raison, car elle va se retrouver happée par une série d’événements qui convoquent magie noire et lourds secrets coloniaux du plat pays, et qui surtout ne la laisseront pas pas indemne…

Ce métrage signé Hans Herbots ( The Serpent avec Tahar Rahim sur Netflix c’est lui ! ) prouve aux derniers sceptiques que la Belgique n’est plus en reste lorsqu’ il s’agit de réaliser des séries passionnantes qui s’exportent ( La Trêve, Ennemi Public etc…) ou de sortir des films aussi efficaces que certains gros thrillers internationaux.

En effet Ritueel n’a rien à envier à certains blockbusters du genre, et on rentre à 100% dans cette histoire policière dès les premiers instants du film pour rester solidement scotché à l’enquête 120 minutes durant. Adapté d’un best-seller de la regrettée Mo Hayder,

Ritueel est un thriller belge glaçant hautement recommandable, et au casting cinq étoiles.

Bluffant !

Note : 14/20

Année 2022
Réalisateur Hans Herbots
Casting Marie Vinck,
Geert Van Rampelberg,
Eriq Ebouaney,
Lukas Bulteel,
Line Pillet,
Willem Herbots,
Frank Onana,
Babetida Sadjo & Stany Paquay-Renard
Distributeur Kinepolis Film Distribution
Genre thriller
Audience ENA
Durée 120′
Pays Belgique

Voilà pour cette fois c’est fini, rendez-vous très bientôt ici sur Branchés Culture pour une prochaine Gazette du Bifff .

Et en attendant, bon film, goede film !

Jean-Pierre Vanderlinden

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.