Sorcière de la nuit, l’histoire incroyable et méconnue des Nachthexen, ces femmes russes qui défièrent l’oppresseur allemand à bord de leurs petits avions

C’est sous les sifflements et les ricanements qu’Ania, Sofia, Oksana et les autres font leur entrée dans la base aérienne d’Engels en 1942. Pourtant,ces jeunes femmes russes (certaines n’ont pas 20 ans) n’ont pas beaucoup à envier aux soldats déjà présents sur place. Des soldats qui pour certains voient d’un mauvais oeil et surtout avec inquiétude l’arrivée de ces jeunes combattantes. Il est clair que faire appel à des femmes pour combattre l’envahisseur allemand ne peut signifier qu’une seule et unique chose, la Russie est très mal embarquée dans ce conflit mondial. Le siège de Sébastopol n’en-est-il d’ailleurs pas la preuve?

Formées au pilotage en 12 semaines en lieu et place de 36 mois, ces jeunes femmes aux véritables fourmis dans les ailes vont vite prouver à leurs collègues masculins qu’elles sont aussi à l’aise qu’eux aux commandes d’un Polikarpov.

Mais la guerre s’éternise et les pertes sont nombreuses.

Près de 80 ans plus tard, le jeune Pavel qui vient de vivre un effroyable drame participe avec son oncle Vassili à une randonnée. Au cours de celle-ci, les deux hommes font une découverte bouleversante.

Une découverte chargée d’histoire.

Les sorcières de la nuit

Fermez les yeux et imaginez-vous un instant aux commandes d’un petit avion guère plus solide qu’une maquette en papier. Imaginez que vous ayez à survoler l’ennemi beaucoup mieux armé que vous sans parachute et par -30 degrés, le moteur coupé pour ne pas vous faire repérer au risque que l’avion ne redémarre pas.

Ces risques, des centaines de femmes russes les ont pris quotidiennement lors de la Seconde Guerre mondiale.

On ne peut que saluer leur témérité. Leur bravoure.

C’est à ces héroïnes aujourd’hui un peu oubliées que Charline Malaval a voulu rendre hommage dans son dernier ouvrage. Des femmes extraordinaires qui, pendant plus de 30.000 missions, ont déversé pas moins de 23.000 tonnes de bombes sur l’ennemi allemand. Des femmes qui bien souvent laissaient derrière elles leurs familles pour défendre leur patrie.

Charline Malaval

Ces sorcières de la nuit comme les surnommaient les Allemands en raison du bruit de leurs avions, semblable au bruissement d’un balai de sorcière qui fend les airs, Charline Malaval a tenu à les remettre dans la lumière. Tout comme ses personnages à la recherche de vestiges du passé (les black diggers du roman), elle y parvient parfaitement avec le respect qui leur est dû et l’on suit avec intérêt le parcours de ces jeunes aventurières attachantes.

D’une actualité brûlante, ce livre nous démontre aussi que, quel que soit le camp auquel on appartient, la guerre reste une abomination. Comme le disait Paul Valery: « la guerre est un massacre de gens qui ne se connaissent pas au profit de gens qui se connaissent mais qui ne se massacrent pas. »

Un roman qui ne plaira pas qu’aux férus d’histoire, nul doute que les autres tomberont aussi sous le charme de ces sorcières de la nuit.

Titre : Sorcière de la nuit

Auteur : Charline Malaval

Genre : Roman

Éditeur : Préludes éditions

Nbr de pages : 384

Date de sortie : 07/09/2022

Prix : 19,90€

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.