Krypto et les super animaux: une ode aux productions DC Comics, à travers les âges et les formats, qui ravira les petits et les grands

Beaucoup pensaient que Warner avait décidé de surfer sur la vague d’Illumination, tout en s’appropriant par la même occasion le public de la Paramount/Nickelodeon, en proposant un Comme des bêtes à la sauce Pat Patrouille, avec une bande de super animaux aux couleurs et avec les emblèmes des super-héros de DC Comics, et pourtant il n’en est rien.

DC Comics a exhumé avec brio des personnages oubliés, à l’instar d’Ace et de Krypto, qui avaient connu leurs heures de gloire dans les années 50, tout en ajoutant une nouvelle kryptonite à l’échantillonnage colorimétrique des puristes de Superman.

Krypto et les super animaux est une comédie familiale d’une esthétique très soignée qui mêle par moment divers styles d’animation.

Ce dessin animé est un divertissement agréable, bourré d’autodérision et où le nombre de références aux univers étendus de DC Comics semble incalculable.

Cette belle surprise offre de nouvelles clés pour appréhender et pour comprendre la philosophie et les méandres de la psychologie propres aux héros que sont Batman et Superman.

De plus, le casting vocal de la version original fait rêver de l’arrivée d’un acteur de choix pour les prochaines productions DC Comics. Effectivement, Keanu Reeves qui prête sa voix au Batman de cet univers graphique a clairement laissé entendre qu’il voudrait un jour revêtir le costume du chevalier noir. De son côté, en apposant sa voix au personnage de Krypto, Dwayne Johnson The Rock étend ses collaborations avec DC Comics.

Le casting vocal de la version française reste aussi séduisante. LuLu, le cochon d’Inde de Lex Luthor, qui est la grande méchante de ce long-métrage, fait retentir la voix de Muriel Robin pendant de Denis Brogniart prête la sienne à Lex Luthor et que Soprano s’amuse à imiter les écureuils grâce au personnage de Chip.

Les deux scènes post-génériques laissent entendre qu’une ou des suites sont déjà en préparation.

Enfin, l’idée du pitch de ce film est venu à Jared Stern grâce à sa femme qui fait du bénévolat dans un refuge pour animaux abandonnés. Si ce film permet de conscientiser les enfants sur leurs responsabilités face à leurs animaux et si cette sympathique aventure donne l’envie à certains d’adopter des animaux dans ces refuges, c’est encore deux arguments de plus pour pousser les portes des salles obscures pour découvrir le récit de cette joyeuse ligue de super animaux.

Et voilà la salve d’affiches super-fun qui font la promo du film: 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.