« Give me a hand » chante Mustii ! L’AB lui a tendu des milliers de mains durant un concert brûlant, généreux et énergique que ses fans ne sont pas prêts d’oublier

Fort d’un deuxième album What’s happening now  sorti en début d’année et qui tient toutes ses promesses, Mustii avait donné rendez vous le 8 juin dernier à ses fans sur les planches de l’AB. Une AB pleine à craquer qui a réservé un accueil triomphal au chanteur bruxellois.

Avec un premier EP sorti en 2016 (époque où j’ai fait sa connaissance après un concert plus que prometteur à la Rotonde du Botanique) et le single « The Golden Age » qui lui a permis de se produire dans de nombreux festivals tels que le BSF, les Francofolies de Spa, Les Ardentes, Les Solidarités, Les Nuits Botanique et un succès couronné par le trophée de la Révélation de l’Année aux D6bels Music Awards,  Mustii a vu son premier album 21st Century Boy garnir les bacs des disquaires en automne 2018. Depuis l’artiste multiforme ( il est aussi comédien au cinéma et au théâtre) a affirmé une personnalité musicale qui s’est dessinée peu à peu, pour engendrer ce deuxième album beaucoup plus rock et qui durcit le ton, dans la grande tradition de ses influences majeures que sont des gens comme Bowie, Iggy Pop et Depeche Mode.

Ce soir là à l’AB dès les premiers accords on comprend vite que Mustii a changé son image, qui se projette comme plus sombre et plus torturée, mais qui reste néanmoins solaire sur scène.

Car Mustii c’est avant tout un garçon plutôt réservé dans la vie, mais qui se mue en une bête de scène irrésistible dès qu’il foule les planches. Et cette énergie communicative il la transmet avec une grande facilité à son public qui lui emboîte le pas avec une ferveur peu commune.

Autant dire qu’à l’AB ce fut la grosse ambiance du premier au dernier accord.

Sur scène le décor est assez sobre, seuls trônent en arrière-scène quelques slogans et inscriptions et ungrand cercle suspendu perforé au nom de l’artiste et qui laisse passer les lights en impressionnants faisceaux lumineux dirigés en direction du public.

Mustii tout vêtu de sombre et dont l’apparence a changé ( il a pris de la carrure et changé de coupe de cheveux) se donne à fond comme toujours, et prend un plaisir fou à retrouver la scène.

 » La dernière fois à l’AB tout est passé si vite, cette fois je vais m’arrêter quelques courts moments pour vous regarder » déclare t’il à la foule.

Il démarre le set avec « It’s happening now » suivi de « Alien », « New Becoming » et d’une reprise toute personnelle de « Walk on the Wild Side « de Lou Reed. Notre homme arpente la scène de long en large, comme un fauve prêt à se jeter sur sa proie.

Derrière lui un band réduit à trois musiciens, guitare- basse-batterie, et quelques bandes déclenchées en temps utile pour bien gonfler le son.

Suivent « Run for your friends », « 21st Century Boy » très acclamé par la foule, « Suburban King », « Silver Light », « Shame », « Safety Zone », « Pretty World », « After dark », « Simple Save » et « Blind ». Pas de « The Golden Age » au menu sans doute estimé trop pop, l’accent est mis principalement sur le dernier album qui est joué intégralement dans le désordre et entrecoupé de titres de son premier opus.

Au fil des titres l’ambiance monte crescendo, et notre chanteur équilibriste ne peut pas s’empêcher de fendre la foule avant d’aller se percher sur quelque barrière nadar debout au milieu de ses fans.

Pour leur plus grand plaisir !

En résumé, ce concert de Mustii fut un excellent moment de musique live partagée, annonciateur de dates estivales pleines de promesses.

Il ne reste plus maintenant à Thomas qu’à conquérir le nord du pays et s’exporter au delà de nos frontières avec le même succès. Avec la volonté et le talent qui l’anime, nul doute qu’il y arrivera bientôt.

C’est tout le mal qu’on lui souhaite.

Jean-Pierre Vanderlinden / Photos Fabian Braeckman

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.