L’Arioste l’a laissé dans l’Histoire de la littérature; Pelaez et Laval Ng viennent d’emmener Furioso dans la modernité qui claque

Issu d’un poème épique du 16e siècle, voilà Furioso remis au goût du jour. Les Editions Drakoo nous proposent un début de diptyque intense où la romance, la vengeance et le destin sont portés à leur paroxysme.

Résumé du tome 1 « Garalt est revenu »: Garalt est revenu d’entre les morts, ressuscité par celle-qui était amoureuse de lui, la fée Alcyna. Jadis considéré comme le meilleur chevalier du monde, il fut tué par Roland, le neveu de roi. Aidé par Sibly, une jeune et jolie écuyère qui se met à son service, Garalt cherche à revoir Bradamante, la virago farouche et impétueuse qui lui donna un fils. Mais sur sa route se dressent Morgane, jalouse de l’amour que sa soeur Alcyna porte au chevalier, et Roland, rendu fou furieux par un amour contrarié.

C’est la deuxième fois que ce duo travaille ensemble sur un projet. En 2016, Philippe Pelaez et Laval NG ont crée « Parallèle » série de SF bouclée en 4 tomes, et rééditées sous le nom d’Alter chez Drakoo. Cette fois, ils adaptent un poème épique de Ludovico Ariosto du 16e siècle: Orlando furioso. Soit 46 chants et 38 736 vers.

Et on peut dire que l’adaptation est plus que réussie. Attachons-nous tout d’abord au dessin. Les traits de Laval font encore une fois l’unanimité. Il manie parfaitement le style de l’Heroic Fantasy en y incorporant sa touche personnelle. Nous avons un univers graphique totalement maîtrisé, que ce soit dans les décors et leurs profondeurs ou encore la richesse des détails sur les costumes, les armes. Sans parler de ces planches où les cases se fondent les unes dans les autres et apportent beaucoup de modernité dans la mise en page. Mais ce n’est pas tout, le dessinateur crée une atmosphère très riche en émotions brutes. La colère est palpable, les personnages ont tellement les dents serrées que l’on a le goût métallique du sang dans la bouche. Il n’y a aucune concession possible. C’est beau et sombre à la fois, il faut dire qu’il est bien aidé par les couleurs choisies par Tanja Wenisch.

Philippe Pelaez est un scénariste « métronome ». Il parvient à adapter un texte ancien plein de langueurs en un album au rythme très contrasté. On sent que le temps est un élément très important et qu’il file entre les doigts des protagonistes. Les dialogues, à l’instar du dessin, apportent beaucoup de profondeur aux personnages et une grande détresse. La mélancolie est omniprésente, comme dans les ballades irlandaises, on sait que toutes ces vies seront gâchées par amour ou par des désirs inassouvis. Le fracas des armes fait écho aux âmes se brisant sur les muraille du désespoir.

Le pouvoir et les liens du coeur sont des armes de destruction et on sent tous leurs ravages tant sur les peuples que dans la monarchie. On comprend vite que personnes ne sortira gagnant de cette guerre. Et c’est là que l’on voit la maîtrise parfaite de l’oeuvre originale de L’Arioste de nos deux comparses. Les Editions Drakoo nous livrent un album de belle qualité qui doit figurer dans toutes les bonnes bibliothèques.


Titre: Furioso

Tome: 1 – Garalt est revenu

Oeuvre originale: Orlando furioso de Ludovico Ariosto

Scénariste: Philippe Pelaez

Dessin: Laval NG

Couleurs: Tanja Wenisch

Couverture: Stefania Aquaro et Noëmie Chevalier

Genre: Heroic Fantasy

Traduction: Pascale Simon

Éditeur: Drakoo

Pages: 56

Prix: 14,50€

Date de sortie: le 06/04/2022

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.