Un bûcher sous la neige, le roman de Susan Fletcher qui s’immisce dans votre tête et change votre perception de ce qui vous entoure

Un bûcher sous la neige de Susan Fletcher, c’est une surprise, un roman qui vous prend par la main et qui vous emporte dans les Highlands du XVIIe siècle. Sans même vous en rendre compte, il fait de vous quelqu’un de différent, de meilleur. Quelqu’un capable, encore plus si vous l’étiez déjà, de contempler une coccinelle qui prend son envol, de se réjouir d’un rayon de lumière qui traverse votre bureau, de jouir du vent doux sur votre visage. Et pourtant, ce n’était pas gagné. Durant les 50 premières pages, j’ai lutté pour ne pas refermer ce livre définitivement. Car avant les Highlands, c’est la prison crasseuse dans laquelle Corrag, la jeune sorcière héroïne de cette histoire, est enfermée. C’est une très jolie histoire, presque initiatique, dont on ne ressort pas indemne. Je vous le conseille vivement. 

Résumé de l’éditeur : « Quand ils viendront me chercher, je penserai à l’extrémité de la corniche du nord, car c’est là que j’ai été la plus heureuse, avec le ciel et le vent, et les collines toutes sombres de mousse…

Au cœur de l’Ecosse du XVIIe siècle, Corrag, jeune fille accusée de sorcellerie, attend le bûcher. Dans le clair-obscur d’une prison putride, le révérend Charles Leslie, venu d’Irlande, l’interroge sur les massacres dont elle a été témoin. Depuis sa geôle, la voix de Corrag s’élève au-dessus des légendes de sorcières et raconte les Highlands enneigés, les cascades où elle lave sa peau poussiéreuse. Jour après jour, la créature maudite s’efface. Et du coin de sa cellule émane une lumière, une grâce, qui vient semer le trouble dans l’esprit de Charles. »

Susan Fletcher est née à Birmingham. Chez J’ai Lu, elle est l’auteure des romans Les reflets d’argent, Avis de tempête et La fille de l’Irlandais, succès critique et commercial qui a reçu le prestigieux prix Withbread en Angleterre. Elle a également reçu le prix Coup de cœur 2013 du festival Saint-Maur en Poche pour l’ensemble de son oeuvre.

C’est un livre de liberté que nous propose Susan Fletcher. Et vous savez comme j’aime ça si vous lisez régulièrement les chroniques sur Branchés Culture ! Passé les premières pages d’enfermement, de crasse, d’isolement, de peur et d’insécurité, l’horizon s’ouvre et l’histoire de Corrag naît peu à peu sous les mots de l’autrice.

C’est d’abord au fond d’une Angleterre des villages et des forêts que l’on voit la jeune Corrag naître. Sa mère et les animaux qui l’entourent sont ses seuls repères. Elle apprend la vie au travers de la nature, de la liberté aussi, que s’est choisie sa maman. Elle-même traitée régulièrement de sorcière, de gueuse, dans une époque où les femmes, plus encore qu’aujourd’hui, devaient combattre pour exister. Devaient lutter pour se respecter, pour s’accepter en dehors des normes.

Puis, un jour, Corrag doit tout quitter, elle doit fuir. Emportant seulement le sac d’herbes et de plantes médicinales de sa mère. Ces plantes qu’elle a appris à connaître et dont elle détient le savoir précieux. Elle fuit sur une jument qui devient sa seule amie. Elle fuit pour se sauver, elle fuit pour s’éloigner.

Commence alors un long périple au travers des forêts, par-delà les cours d’eaux. Un trajet qui la questionne, qui lui fait aussi rencontrer d’autres voyageurs. Car les femmes et les hommes que la société rejette n’ont que les forêts pour tenter de créer un semblant de vie. Mais ces forêts, si riches de plantes et de nature, sont aussi le refuge des brigands, des vauriens. Et il faut toute l’intelligence de Corrag pour éviter que les ennuis ne prennent le dessus. Mais, toujours, elle garde cette capacité à l’émerveillement du jour qui se lève, du renard qui traverse le chemin, de la biche qui croise son regard…

Et puis, les Highlands s’ouvrent à elle. Et dans ces montagnes reflétées par les lochs, au milieu de ces hommes bâtis pour la guerre, Corrag se crée sa vie. Elle construit sa maison, découvre le bonheur de ne plus fuir, de se sentir de quelque part. Elle apprivoise la vie qui l’entoure et se lie même quelque fois avec les habitants du coin. 

Elle devient la petite fée qui guérit leurs blessures, qui recoud leurs plaies, qui calme leurs nuits blanches… Et elle reçoit en échange quelques poules, un morceau de pain, une invitation à dîner. Mais c’est surtout l’amour qui la transperce avec une force qu’elle ne pouvait imaginer.

Ce roman est un bijou de liberté, du vent qui souffle sur les montagnes, de lumière qui se réfléchit sur la surface plane des lochs. Ce roman impose son rythme, lent comme le pas d’une jeune fille qui chemine à travers la nature. Ce roman vous emmène là où la vie d’aujourd’hui ne vous propose jamais d’aller. À lire absolument !

Autrice : Susan Fletcher

Titre : Un bûcher sous la neige

Editions : J’ai Lu

Sorti le 9 mars 2022

458 pages

Prix : 8,50 €

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.