Mystère(s) aux Carroz selon Fanfoué et par Félix Meynet : un city-strips au grand air de la montagne, mais avec le sale air de la peur!

© Félix Meynet chez Les Carroz

Revenu de sa fresque historique et guerrière sud-américaine, avec Sauvage, Félix Meynet retourne à ses Alpages et à son Agecanonix qui en est la mémoire : Fanfoué. À la demande de l’Office de tourisme des Carroz, petite station-village au coeur du grand massif, Félix Meynet a imaginé un mystère (ou plusieurs) sous forme de city- (et nature-)guide, à cheval sur les époques. Bien plus riche et aventureux que ce à quoi les albums promotionnels nous ont parfois habitués. Aux Carroz, l’aventure palpitante n’est pas laissée sur le carreau.

Résumé de l’éditeur : Automne 1953 – Au centre Fleur’Alpes, la nouvelle institutrice, Mademoiselle Alice a fort à faire avec sa classe de garçons turbulents, venus des grandes villes afin de profiter de l’air pur des cimes. L’un d’entre eux, le jeune Victor, est souvent la risée des autres élèves car il peine à grimper les pentes environnantes, tant son asthme lui joue des tours à chaque sortie. Il rencontre un jour Livia, petite fille un peu sauvage dont le père Silvio Martini est chargé de démanteler la mine de charbon de l’Epine à l’écart du village. Tandis qu’un étrange touriste rôde autour de la mine, Victor et Livia découvrent deux autres personnages menaçants qui semblent chercher quelque chose dans la montagne. Et s’il y avait dans les galeries condamnées de la mine la clé de ce mystère ? Et si un autre mystère avait attiré Mademoiselle Alice dans le village des Carroz ?

© Félix Meynet chez Les Carroz

« Les belles histoires, c’est comme la fondue, c’est fait pour être savourée en bonne compagnie ! » La recette est donnée par Fanfoué (ce héros intemporel éternellement vieux et jeune à la fois dont les albums sont épuisés, eux, malheureusement), en toute fin d’album, mais Félix Meynet n’a pas attendu la quarantième planche pour l’appliquer. Dans cette aventure de Fanfoué présente (comme Jean-Pierre Mocky en son temps, appelant d’autres épisodes?), l’auteur ne s’attarde pas à notre époque mais nous plonge tout de suite dans le charme suranné des années 50. Pas de téléphones cellulaires, pas de selfie, la montagne vous gagne en intégralité, corps et âme, dans toute sa pureté, les loisirs qu’elle propose et les aventures. Car elle peut aussi être hostile, dans les lieux difficilement atteignables et protégés qu’elle propose.

© Félix Meynet chez Les Carroz
© Félix Meynet chez Les Carroz

Si bien que dans les bois, entre les pistes de ski et les télésièges, où Livia et Victor s’aventurent, non sans difficulté mais avec courage pour ce deuxième (dont je me demande si Félix Meynet ne lui a pas confié les traits de quand il était petit garçon), ces deux héros sont témoins de choses qu’ils n’auraient pas dû voir. Braconnage ou chasse à quelque chose qui leur échappe jusqu’ici? Et dont ils pourraient bientôt devenir les proies ? De même, la destination de la classe de neige de Victor, sous le patronage de Mademoiselle Alice, a-t-elle été choisie par hasard ou ce voyage cache-t-il un objectif caché ?

© Félix Meynet chez Les Carroz
© Félix Meynet

Suivant l’inspiration de Philippe Poettoz, Félix Meynet réunit là des guides pour toutes les générations : une héroïne craquante comme il sait si bien les animer, de jeunes héros aux caractères opposés mais sachant se transcender, une figure de papou bienveillante, des ouvriers manuels qui font entrer le village dans la modernité touristique mais aussi quelques étrangers patibulaires qui feraient tache s’ils ne poursuivaient pas un but bien défini, renouant avec une sale période qu’a connue le village il y a quelques années. Tout ce petit monde se retrouve réuni dans une aventure mêlant documentaire assez soft et de vrais drames qui ont toute notre attention et nous passionne. Il y a là une belle histoire de l’oncle Paul à petite dose et du polar savoyard comme Meynet sait si bien les concocter, avec de l’action, des conditions météorologiques changeantes, de l’entraide.

© Félix Meynet chez Les Carroz

C’est vrai, je suis toujours un peu frileux quand je tombe sur un album réalisé pour la communication, la promotion d’une marque, et qui ont souvent le tort, de ne s’adresser qu’à une poignée de personnes, ceux qui ne sont pas forcément lecteurs de BD et sont déjà intéressés à la marque ou le produit en question. D’ailleurs, il y a une partie immergée de l’iceberg, de nombreuses BD de communication sont souvent conçues pour rester intra-muros de l’entreprise commanditaire. Cela fait un beau cadeau, original, de fin d’année, au personnel, par exemple.

© Félix Meynet chez Les Carroz
© Félix Meynet chez Les Carroz

Ici, Les Carroz réussissent tout l’inverse avec un album universel et populaire, qui ne brade pas du tout le talent de son auteur pour la cause. On sent bien, c’est vrai, que Félix Meynet, qui réalise scénario, dessin et couleurs, a donné de sa personne mais a parfois été pris par le temps: des traces du crayonné préparatoire subsistent dans certaines cases et on sent dans d’autres un côté un peu bricolé, qui sont finalement très instructifs sur les étapes qui mènent à faire une BD, plus que dérangeants.  Mais, c’est une vraie aventure au grand air, avec ses rebondissements et ses bourre-pifs plus ou moins cinglants, des ambiances qui rendent les actions des personnages encore plus compliquées, crépusculaires et bon enfant à la fois. Avec, en bonus plus qu’en ligne directrice finalement (et c’est ce qui fait la différence!), ce côté enrichissant sur la vie d’hier et d’aujourd’hui d’une station de ski charmante. Une trépidante réussite dans le genre, qui se conclut par un album photo souvenir d’une montagne vintage et si belle.

© Félix Meynet chez Les Carroz

La bonne nouvelle, c’est aussi que Félix Meynet, pour les trente ans de sa série que je tiens pour culte, Double M, va la voir rééditer avec inédits et surprises, est-il annoncé. 2022, année Meynet? D’ailleurs, ces jours-ci, l’auteur est le sujet d’une exposition rétrospective sur Fanfoué!

Par ailleurs, revenant à un registre historique, Félix Meynet prépare, toujours avec son complice Yann, un récit sur la campagne russe de Napoléon. On n’en sait pas beaucoup plus mais quelques recherches et planches ont déjà été diffusées par le dessinateur sur ses réseaux.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Série : Fanfoué présente…

Tome : Mystère(s) aux Carroz

Scénario, dessin et couleurs : Félix Meynet

Genre : Drame, Enquête, Mystère, Thriller

Éditeur : Les Carroz

Nbre de pages : 48

Prix : 18€

Date de sortie : le 22/12/2022

Comment commander votre BD ?
La commande est possible en contactant à l’Office de Tourisme ou en envoyant un email à bandedessinee@lescarroz.com.
Veillez à mentionner toutes les informations relatives à votre commande : nom, quantité, coordonnées et modalités choisies pour le retrait (cf. ci-dessous).
Toute commande ne sera validée qu’à la réception du paiement en espèces ou chèque libellé à l’ordre du Trésor Public. L’envoi du paiement par voie postale doit inclure les frais de port de 8€ (10€ pour la version deluxe) pour 1 bande dessinée et de 10€ pour 2 bandes dessinées ou plus.
Exemple : précommande d’une BD, le montant du paiement sera de 26 euros (18€ + 8€).

Comment récupérer votre BD ?
Vous pouvez retirer votre BD à l’Office de Tourisme.
Les envois postaux sont possibles en France si les modalités de commande sont respectées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.