Quand un thriller rencontre Le Grand Bleu… Il en ressort Peurs en eau profonde d’Olivier Descosse

Ce sont deux ambiances qui s’alternent au gré des chapitres et qui finissent par fusionner. D’abord, les chapitres emprunts de sérénité dans les profondeurs de l’océan. Les plongées en compagnies de Jean Sardi sont de véritables bouffées d’oxygène pour le lecteur. C’est un comble alors que le milieu est plutôt hostile au quidam qui souhaiterait s’y aventurer sans formation. La puissance du silence, la tranquillité ressentie, la variation des bleus et le noir qui se referme. Même le rythme des battements de cœur du lecteur ralentit. C’est particulièrement immersif (t’as vu le jeu de mots terrible !). Et puis il y a les chapitres qui font monter tes pulsations : le suspense, l’enquête, les découvertes. Un bon thriller qui vous emmène dans le monde de la plongée sous-marine et vous propose de vivre l’expérience des profondeurs comme si vous y étiez.

Résumé de l’éditeur : « Dans la nuit perpétuelle des fonds marins, seule reste la peur…

Au large de Marseille, dans les filets d’un chalutier, un corps de femme est retrouvé entièrement nu, couvert de morsures et le pied gauche sectionné. 

Pour Chloé Latour, commandante de la brigade criminelle, c’est le début d’une traque hors norme qui la conduit à s’immerger dans le monde opaque des plongeurs professionnels et des chercheurs d’épaves. Des spécialistes qui descendent à des profondeurs abyssales et affrontent les pires dangers. 

Parmi eux, Jean Sardi. II est l’un des meilleurs et connaissait intimement la victime. Il pourrait bien avoir un mobile, lié à ce terrible secret qui l’a poussé à se réfugier dans le silence des fonds marins. 

Crime passionnel ou rituel dément ?

La présence dans les poumons du cadavre d’un plancton inconnu en Méditerranée intrigue les enquêteurs de la Crim’. Pendant que le mystère s’épaissit, d’autres corps remontent à la surface et sèment l’effroi chez les plongeurs des eaux profondes.

Un huis-clos à la limite de l’asphyxie. »

Lorsqu’il n’écrit pas des thrillers et des romans fantastiques, Olivier Descosse, avocat à Marseille, aime pratiquer la plongée sous-marine.

Impossible de commencer cette chronique sans ce son reconnaissable entre tous, celui de la musique du Grand Bleu (compositeur: Eric Serra). Parce que c’est évidemment les images du film qui ne peuvent s’empêcher de venir dans votre mémoire quand vous commencez Peurs en eau profonde. Et l’on retrouve cette sérénité, ce calme, cet amour des profondeur et ces personnalités un peu ailleurs. Jean Sardi, c’est tout ça, mais c’est surtout une présence apaisante.

Il en a vécu des galères dans sa vie et c’est un patron d’entreprise très méticuleux sur la sécurité. Il est répétitif dans ses gestes, un peu psychorigide sur les contrôles et les rappels sur le déroulement des missions mais c’est comme ça, il en est certain, que des vies seront épargnées. Car plonger n’est pas sans risque et même si c’est son monde beaucoup plus que lorsqu’il a les deux pieds sur terre, il faut être prudent.

Puis, alternativement, avec ces chapitres de plongée où le lecteur est serein et calme… Il y a ceux de l’enquête avec la commandante Chloé Latour. Quand le corps d’une fille remonte à la surface, elle ne peut s’empêcher d’identifier son histoire et de se plonger à corps perdu dans cette enquête. Pourtant, tout ressemble à un accident en mer. Une nageuse, une plongeuse qui a un malaise et qui ne s’en sort pas. Ça s’est déjà vu. Et le procureur a trois dossiers de noyades par jour qui viennent s’ajouter sur son bureau. Alors, pourquoi celui-ci serait différent ?

C’est avec un mélange d’intuition et d’enquête minutieuse que l’on avance dans cette histoire étrange où se mêlent Marseille, Nice, Genève, le Groenland, les eaux profondes et les vols au dessus des nuages, les histoires personnelles et les meurtres de sang froid.

Olivier Descosse vous emporte avec lui et alterne en permanence la sérénité des fonds marins et l’urgence de l’enquête. Il souffle le chaud et le froid sur votre vie de lecteur et votre cœur s’emballe ou ralentit selon le rythme imposé par l’auteur. Encore un excellent choix de la part de XO éditions, la maison d’édition qui est décidément abonnée aux petites pépites. Bon moment thriller !

Auteur : Olivier Descosse

Titre : Peurs en eau profonde

Editions : XO éditions

Sorti le 17 février 2022

489 pages

Prix : 19,90 €

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.