Pour le carnaval, une pluie d' »oeufs de Pâques »: Le Lombard réussit le multivers ultime, Cosplay, en associant Marvel et DC, Dumbledore et Gandalf, Pikachu et John Wick

© Istolainen/Conejero chez Le Lombard

Pikachu, Batman et Obi-Wan Kenobi sur la couverture; John Wick, Luffy, Skeletor, Deadpool, Sailor Moon, Thor (ou Obélix), Gandalf et Dumbledore, et tous les autres, sans oublier le Défenseur de France, dans tous les coins de case, en avant- comme en arrière-plan: c’est sûr, vous allez vous demander où vous êtes tombé si vous prenez cette histoire de court, bombardé par quelque 150 personnages et références appartenant à la pop culture de ces quarante dernières années. Quel malotru peut avoir eu l’impétuosité de convoquer tout ce beau monde dans une histoire commune? C’est peut-être sexy mais c’est dangereux, ça peut se payer en droits d’auteur et de licence colossaux, jeunes fous! Sauf si vous utilisez le droit à la parodie mais aussi au déguisement, que ces héros connus de tous… ne sont pas vraiment eux-mêmes, que leurs attributs! CE N’EST PAS DU DÉGUISEMENT, C’EST DU COSPLAY. Et en rendant hommage à ce monde délirant et déluré, Maribel Conejero et Matias Istolainen soufflent un vent d’insolence et d’insouciance qui fait diablement du bien.

© Istolainen/Conejero chez Le Lombard
© Istolainen/Conejero chez Le Lombard

Résumé de l’éditeur : La vie d’un ado ordinaire de grande banlieue parisienne n’est pas toujours riante. Heureusement pour Abel, c’est bientôt le Comic-Kon et son concours de cosplay ! Il a fignolé chaque détail de son costume de Batman et compte bien s’évader de sa vie trop ordinaire, le temps d’une journée sous le masque. Mais les terroristes qui investissent la convention armes à la main ne jouent pas, eux. Entraînés dans un véritable scénario de comics, Abel et ses amis apprendront que, cosplay ou pas, ce n’est pas le costume qui fait le héros.

© Istolainen/Conejero chez Le Lombard

Le Comic-Con (ou plutôt Kon, dans cet univers pas si parallèle proposé par l’album), cette grande messe apocryphe qui célèbre dans la joie, la bonne humeur et toutes les couleurs, la force universelle des héros d’ici et d’ailleurs, bien plus loin que la BD (manga, comics ou franco-belge) qui lui donne son titre pour balayer large dans le monde des écrans. C’est le rendez-vous incontournable que se donnent Abel le chevalier noir, Émile le jedi, Oscar le Pokémon ou encore Agata la vlogeuse. Sans parler de Luca l’Iron Man de pacotille et Nicolas le bigleux surdoué. Des identités pas si secrètes peaufinées artisanalement, avec imagination et application, aiguilles et récup’, des semaines durant. Avant le Jour-J. Et certains, dans le petit groupe noyé dans la masse, entendent bien tirer leur épingle du jeu lors du fameux concours qui élira le meilleur cosplay, dans l’habit et la scénographie. Effets spéciaux limités, bien sûr…

© Istolainen/Conejero chez Le Lombard

… sauf si un homme, qui a tout juste le temps de se travestir en moustachu de la Casa de Papel, fait irruption dans le salon, poursuivi par un sosie de John Wick et ses sbires, musculeux et à l’air patibulaire. Comme souvent, on a tendance à se ranger du côté de la minorité, et nos super-hérordinaires vont prendre le parti de celui qui se dit lanceur d’alerte. Comme dans un jeu, jusqu’à ce que coup de poing et coup de feu résonnent. Un petit costume implique alors de grandes responsabilités et un peu de schizophrénie.

© Istolainen/Conejero chez Le Lombard

Dans le même genre, pourtant tout autre, que ce qu’avait réalisé Michel Rodrigue avec La Parodie, Cosplay est un album de folie, qu’on lit dans la peau d’un gosse dans un magasin de jouets. Tous mes amis sont là, dirait l’autre, ceux qui nous ont bercés dans notre jeunesse et nous ont parfois accompagnés au-delà, vers l’infini. Mais disposer d’un catalogue de 150 personnages peut être casse-gueule, voire pire gratuit. C’est pourtant la force de Matias Istolainen de proposer une histoire fun et divertissante, rafraîchissante aussi (tant certains protagonistes ont la tête et le physique de l’emploi, quitte à parfois en être indigne, mais que tous les autres ont l’air à côté de leurs pompes, même ultrasoniques). Ça tranche, plus loin que la collection de caméo et d’oeufs de Pâques (easter eggs, comme on dit outre-Atlantique) qui ont tous leur utilité, plus loin que le fan service. Et même sans artifices, les personnages qui sont loin du trip du cosplay, extérieurs à la Comic Kon et amenés dans ce bazar par la force des choses et des activités terroristes, ressemblent à d’autres figures cultes. De quoi jouer de quiproquos, de mythos et de sous-entendus très amusants. De quoi, également, faire la part des choses entre rêve éveillé et réalité.

© Istolainen/Conejero chez Le Lombard

Pour son premier album, la dessinatrice espagnole Maribel Conejero fait un tabac et impressionne pour faire de ce teen-comic un vrai album tout public, qui dynamite son petit format dans les moments de fulgurances et d’action comme les moments plus latents, où aucun des nombreux protagonistes n’est jamais éclipsé. La gestion du temps d’écran est parfaite dans ce récit à rebondissements, comme dans un Scream. Quand on croit que c’est fini, il y en a encore. Quitte, et c’est le grief, à oublier d’expliquer certaines choses et motivations, à risquer le faux-raccord quand un personnage laissé en piteux état se retrouve la case d’après avec une arme dernier cri (croit-il) ou à faire totalement l’impasse sur le résultat du fameux concours. D’accord, il y a un monde à sauver mais il reste que cette imprécision du scénario est dommage. Mais n »arrive pourtant pas, loin de là, à gâcher ce grand plaisir de lecture, pop et assumé jusque dans sa scène post-générique qui promet, on l’espère, un deuxième tome. Qui ne reprendrait pas les mêmes et irait voir d’autres héros, par exemple. Il y a matière, la manne semble inépuisable.

© Istolainen/Conejero chez Le Lombard

Cosplay, sur un thème étonnamment inédit jusque-là dans mes lectures et pourtant génial, me faisait peur. C’est en définitive un excellent hommage à toute cette culture geek et héroïque, cette passion jusqu’au bout des doigts, qui fait carnaval toute l’année, dans les festivals ou sur les réseaux. Avec, comme dans James Bond, quelques excellentes trouvailles en matière de gadgets. En effet, ce n’est pas que du déguisement, ce mélange des genres et des gens!

© Istolainen/Conejero chez Le Lombard

Titre : Cosplay

Récit complet

Scénario : Matias Istolainen

Dessin : Maribel Conejero

Couleurs : Maribel Conejero (aidée par Alba Fresneda Ruiz & Alberto Sanchez López)

Genre : Action, Espionnage, Parodie, Super-héros, Thriller

Éditeur : Le Lombard

Nbre de pages : 89

Prix : 12,45€

Date de sortie : le 21/01/2022

Extraits : 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.