BAI KAMARA Jr & The Voodoo Sniffers : le blues africain et ses sonorités au goût exotique, c’était le soleil du W:halll

Au W:Halll, Bai Kamara Jr. est un habitué des lieux. Ce vendredi 18 février, il est venu avec son groupe The Voodoo Sniffers, et nous a apporté du soleil, de la chaleur des contrées de la Sierra Leone, d’où il est originaire et dont est empreint son album Salone. Un album où, il le dit lui-même, il joue de tous les instruments pour nous raconter ses racines, ses souvenirs. 

Dans l’ensemble, ‘SALONE’ n’est peut-être pas un album de blues en soi mais il partage avec le blues son attribut le plus prisé : une histoire, et c’est de cette façon que Bai Kamara Jr. a choisi d’écrire des chansons .

Bien sûr, on aura droit aussi à des extraits de ses déjà nombreux albums (Living Room, Urban Gipsy, Disposable Society, This Is Home et Mystical Survivors) où l’on retrouve un blues comme les modèles que sont John Lee Hooker ou Big Bill Broonzy en proposent, mais aussi du jazz funk et de la soul. Bref, je ne peux que vous invitez à plonger dans son univers si riche. Ce n’est que du plaisir.

Je me suis retrouvé l’espace d’un instant dans le film HOT SPOT avec la musique de : Jack Nitzsche, John Lee Hooker, Miles Davis, Taj Mahal.

En tout cas, nous avons bien voyagé, rêvé, on a retrouvé, l’espace d’un instant, la position debout qui nous a tant manqué et nous avons dansé et même jeté la veste. C’était funky, jazzy, blues, c’était tout.

On a aussi eu droit au désormais culte Substitude, de l’album Urban Gipsy sorti en 2002. Très smooth, jazz, funky, je vous le conseille.

Et puis, si tu sais pas te passer de dancefloor comme moi, il y a REMIXED de 2019 pour faire la fête aussi.

On peut dire qu’avec un groupe live, cela envoie fameusement bien.

L’acoustique au W:halll était parfaite et tout cela a contribué à notre plaisir. Reviens quand tu veux, Bai, nous serons là .

A la batterie, il y avait Josaphat Honnou; à la basse, Desire Some; aux guitares et chants : Julien Tassin et Tom Beardslee (Eric Clapton pour certains) et, bien sûr, le maître de cérémonie : Bai Kamara Jr.

Et voici en cadeau un diaporama complet du spectacle :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Photographe : Axel Tihon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.